Post has published by Nathan

Ce sujet a 7 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Nathan, il y a 6 mois et 3 semaines.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Participant
    Posts920
    Member since: 20 décembre 2014

    “La mobilisation de 1914 entraîne 4 millions d’hommes sous les drapeaux. Elle doit permettre l’exécution du plan XVII, qui se base sur les 5 armées que compte l’armée française, chacune composée de 200 000 hommes, soit … un million en tout (200 000 * 5). Donc où sont passés les 3 millions restants?

    La réponse me parait beaucoup plus simple : le million (1.300.000 je crois) d’hommes dont parle le plan XVII sont les hommes effectivement combattants. Mais il serait totalement imprudent d’engager tous les mobilisés dans un plan de guerre !!!! Il ne faut pas oublier non plus que les “soldats” ne sont pas une masse homogène : le système de recrutement français distingue l’armée d’active, la réserve, la “territoriale” et la réserve de la territoriale. L’ordre est celui donné, et en gros ceux de l’active sont les plus jeunes, ceux de la territoriale et réserve de la territoriale les plus âgés (les “pepères”). Donc en dehors des effectifs du plan, concernant tous ceux de l’active et la grande partie de a réserve, les autres doivent occuper les places fortes et les dépôts d’armes et de matériel notamment. Cela demande des effectifs énormes.

    Ce n’est pas non plus souhaitable d’engager immédiatement une partie des troupes mobilisée. il y a une remise à niveau qui est nécessaire pour faire des unités de réserves des unités combattantes, même si les hommes ont eu une longue instruction militaire (3 ans), il y a des chose à revoir, et il faut former des unités cohérentes.
    Donc, se sont des unités d’active et les réserves sortant tout juste du service militaire qui peuvent engager les premiers combats.
    Le fait de ne pas engager la totalité des troupes mobilisée a été largement bénéfique, puisque cela à permis aux français de disposer de réserves importantes qu’ils ont su utiliser au bon moment à la bataille de la Marne.”

    C’est sur la base de ces informations que je bati mon uchronie.

    De tous temps, on a engagé des soldats inexperimenté encadrer par des engagés, et avec de bon generaux ont aussi gagnés des batailles et des guerres.

    Cette methode etait bonne et personne n’y trouvait a redire.
    Cela permettait de gonfler les effectifs, et l’ennemi en faisait autant.

    Napoleon aussi pratiquait cette methode, allant meme jusqu’a avoir nombre de Marie Louise inexperimentés, et qui ont bien soutenu le feux et bien combattu.

    En 1939, il en etait de meme, on n’a pas regarder leur inexperience, ont les a envoyer au front.

    C’est sur ce constat qui m’etonne fort, du choix qu’ont prit nos generaux et le gouvernement de l’epoque, pour dresser leur plan de mobilisation ou ils laissent les 3 quart de la troupe inemployé, decisions inacceptable, quand l’ennemi fait ployer nos efforts par la belgique, et nous repousser jusqu’a Paris, sans qu’entretemps par l’ouverture beante qui s’agrandissait chaque jour sur le flanc allemand, nous ne jetions des divisions entieres par centaines de milliers d’hommes, jusqu’aux millions d’hommes, qui eussent pu porter un coup terrible ou fatal a l’armée allemande, et limiter serieusement la durée de la guerre en europe.

    Quand l’armée presente son flanc ouvert, qui jour apres jour s’agrandit, durant un mois, et qu’aucune action n’est faite pour l’exploiter alors que nous etions forcer de retraiter quand d’enorme reserve sont disponible, ou il suffisait de donner l’ordre qui eut renverser toute la situation, sans attendre que l’allemand face une faute devant la Marne, transformant la retraite en une grande victoire decisive quand presque aucune reserve allemande pouvait nous arreter, je me pose la question de savoir pourquoi nos generaux ont accepté un plan aussi stupide qui laisse complaisament l’ennemi effectuer sa manoeuvre au fond tres dangeureuse, jusqu’a Paris.

    Il y a vraiment de quoi ce poser des questions avec du recul.

    Je m’etonne meme que Schlieffen est pu avoir l’audace de batir un tel plan d’attaque, qui laisse son flanc ouvert et faire comme s’il avait la certitude de ne pas etre attaqué par là et que rien n’etait fait pour y parer et n’en tenir aucun compte, ou son plan etait de plus irréalisable pour atteindre ses buts, par manque de moyen.

    Il le reconnaissait lui meme.

    Il aurait du tout faire pour son plan en faisant intervenir l’industrie ferroviaire et automobile pour le faire soutenir, pour ameliorer aux maximum le ravitaillement et pour ajouter une force armée pour fermer ce flanc.

    S’il etait irrealisable, il fallait l’abandonner pour un autre moins ambitieux.

    Le plan XVII prendre en compte le passage allemand par la Belgique, mais incomplètement, par contre celui qui l’a fait, un ministre, dont je me rappelle plus son nom, à été sur le champ destitué, pour en avoir tenu compte, ce qui n’etait pourtant que bon sens devant un risque a la guerre, car il faut tout envisager avec ses consequences, et y parer efficacement, et jamais l’allemagne n’aurait pu s’enfoncer en france, forcer le front et occuper nos riches regions industrielle et combattre pendant 4 ans sur notre sol.

    Nous aurions ainsi proteger nos industries dans le nord, passer sous la botte allemande toute la durée de la guerre, qui nous a été defavorable a l’effort de guerre.

    Pourquoi nos generaux n’ont pas fait intervenir au plus vite nos 3 millions de soldats quand les allemands n’etait que 900 000h et faisait reculer nos armées jusqu’a Paris ?
    Une absurdite totale, quand on sait que ce flanc s’etendait sur pres de 400kms, et c’est agir contre les lois de la guerre et le bon sens meme.

    C’est une aberration absolument incomprehensible.

    Il y a de quoi ce poser des questions meme sur l’etat d’esprit des generaux qui ont appliqué ce genre de plan, et sur les risques terrible prit par les allemands.
    Malgré l’excuse que l’on suppose de la remise a niveau et que certains etait des “peperes”, la majorité aurait pu etre lancé a l’attaque sur ce flanc, et malgré les pertes, n’aurait jamais atteind celui que l’on a eu et la guerre eut été ecourté de plusieurs années.

    L’allemagne aurait perdu la guerre dès ce moment.
    Ils auraient perdu des centaines de milliers de soldats, morts, blassés, prisonniers.

    Tout les bons strateges et tacticiens de ce forum le comprennent bien.

    Pas besoin d’etre un brillant general, il suffit de reflechir a cette situation, on ne peut que conclure a une veritable aberration strategique de part et d’autre, et pourtant le probleme etait simple a voir et a corriger, tant du coté français que du coté allemand.
    Mais rien n’a été fait, ainsi, des millions d’hommes ont perit pour rien.
    Des années de guerres aurait ete ecourtés.

    C’est donc sur cette base que je lance mon uchronie, ou je lance 1, million et demi de soldats mobilisé sur ce trou beant, cela avanceras comme cela pourra vis a vis du ravitaillement, mais au moins contraindra l’allemagne a reculer et lui portera un coup fatal en tombant sur ces arrieres avec des la cavalerie et de l’infanterie.

    En dix jours, a la vitesse de 20 kms/jours, je devrais en theorie m’avancer jusqu’au coeur des ardennes et Bruxelles, detruire probablement les 3 quart des armées allemandes retraitant.

    Un million et demi d’hommes envoyé a la reconquete de l’alsace, s’ajoutant aux armées en place, qui remonteront par la sarre jusqu’au rhin et si possible, le remonter vers l’embouchure, en formant une pince qui voudrait encercler les allemands retraitant ou deja arrivés en place, et rencontrant l’autre pince pour chercher definitivement a battre les allemands et leur soldats experimenter.

    Mais le meilleur choix, a cause de renforts allemands qui commencerait a venir d’allemagne je pense, serais je crois sur cette base, de l’envoyer contre la 5eme et 6eme armée allemande, pour couper le front allemand sur l’axe Bar le Duc-Luxembourg et atteindre le rhin et couper le maximum du ravitaillement et renfort allemand.
    Et face a des forces tres superieure, qui ne pourrait que ceder et reculer jusqu’a que ce rompe ce front et atteind, le Luxembourg et largement derriere le front allemand a l’est et l’ouest, ce rabattre en partie a droite, sur l’arriere ennemi tenant le front Alsace, et a gauche en partie, et toujours largement en arriere du front ennemi, dans le but de l’encercler, en ce rejoignant avec celle des armées reservistes qui s’attaque a ce flanc ouvert.

    l’assaut situé au centre continuera sa route droit devant elle, vers Aix la Chapelle, dans le but de couper definitivement, de ce coté la du front, toute retraite allemande, encerclant ainsi les 3 quart de l’armée allemande.

    Sinon, continuer pour couper la retraite allemande partant de france.

    ( Je ne prend pas en compte le recul allemand, mais tel que cela serait engager, meme si ces buts ne sont pas atteind a ce point, les dégâts serait decisif.)

    Meme si ce but final n’est pas atteind, la perte d’autant de soldats experimenter en plus ne peut que permettre de raccourcir la guerre.

    Nous ne combattrions pas sur notre sol et nos industries du nord travailleraient pour nous.

    Cette simple decision, devant un probleme aussi visible, en exploitant cette ouverture et employer tous les reservistes, dont je ne comprend pas pourquoi personne n’a relevé cette information nulle part, a croire que nous sommes hypnotisés par ce qui c’est passé, ( je ne parle pas de ce forum ) aurait changé irremediablement le resultat de la guerre et y aurait mis fin dans un court laps de temps.

    Sans attendre la bataille de la Marne, en attaquant un peu plus tot, et en laissant l’ennemi s’enferrer toujours davantage dans cette faute, cet assaut, ne lui aurait pas permit d’envoyer 100 000h en 15 jours vers la Russie pour obtenir la victoire de Tannenberg, ( vu dans un doc tv ) les Russes, vainqueurs, avecd 400 000h contre 200 000h auraient marcher sur berlin.

    Si la progression russe eut été empecher d’avancer avant qu’elle ne prenne une importance trop grande par de nouveau renforts prelevé sur la population, elle aurait pu s’etablir, soit sur la Vistule, soit sur l’Elbe, selon son avance, mais aussi choisir une autre strategie, et contre les Autrichiens qu’ils auraient alors depassé, qui alors etaient battu devant des forces superieures russes et ne pouvaient representer une menace a leur avance sur Berlin, au contraire, aussi les Russes pouvait inflechir leur route et tomber en partie ou totalement sur l’arriere du front Autrichien ( 900 000h ) qu’ils alors aurait depassé, et battu irremediablement, en leur coupant aussi leur ravitaillement, et l’Autriche, perdait la guerre, eliminant un adversaire definitivement.

    Ils auraient subit une grande defaite et perdu des centaines de milliers d’hommes.
    Peut etre plus de 200 000h, ce qui aurait été largement decisif pour ce front.
    Deja 1 200 000 Russes lui faisait face, et l’avait battu, aussi, 300 000h, prelever de cette armée victorieuse, pour profiter de l’avance sur Berlin et la possibilite de tourner le front Autrichien et de l’attaquer par l’arriere, s’ajoutant a ses 400 000h, montant alors a 700 000h pouvait conduire l’assaut vers Berlin ou l’Autriche, ou les deux, selon les possibilités d’alors.
    Mais si choix devait etre fait, d’abord contre l’Autriche, qui etait l’ennemi le plus faible.

    Voila en tout cas qui aurait changé la face de la guerre et sa durée.

  • Participant
    Posts686
    Member since: 1 juillet 2015

    Aurais tu des cartes de chaque étape de ton plan ?

    La démocratie ,c'est l'oppression du peuple par le peuple pour le peuple
    Oscar Wilde

    Donnez moi une raison et je vous donnerai une guerre (Achille dans Troy :Fall of the city )

  • Participant
    Posts920
    Member since: 20 décembre 2014

    Non tout est là, a l’ouest, aucun obstacle n’empeche l’offensive française, à Verdun, l’enorme concentration permet de reussir la percée pour empecher toute retraite allemande vers l’est, meme si elle ne va pas jusqu’au bout de sa manœuvre, elle accomplit suffisamment ses operations pour en terminer avec le gros de l’armée allemande.

    Edit:

    On peut ce poser des questions, pourquoi un ministre qui avait etablit un front de l’alsace a la mer du nord fut destitué pour cela, alors qu’il évitait tous risque allemand, celui passant par la Belgique ?

    ( Vu sur wikipedia )

    Quel etait le but de ceux qui voulait garder un front ouvert face a la Belgique quand celui du dit ministre évitait l’attaque allemande par la Belgique ?

    Pourquoi ne pas avoir employer les 3 millions d’hommes ou une partie quand l’armée française avait grand besoin d’aide avant la Marne ?

    Joffre est le concepteur du plan, rien n’a été fait selon la logique de ces situations, il a agit comme s’il n’avait que les troupes du front sous la main.

    Pourquoi avoir laisser si peu de divisions face au flanc ouvert allemand, leur laissant l’entiere liberté d’action, on les voie sur la carte quand des reserves enorme pouvait agir a volonté.

    C’est agir comme un ennemi complaisant, meme si le terme peut paraître fort, il convient a la situation, rien n’a été fait pour empecher l’ennemi de continuer sa manœuvre d’encerclement en dehors d’etre frontal.

    Pourquoi avoir laisser perdre les riches territoires industriel du nord et ne pas chasser l’allemand au plus tot, ce qui fait que nous combattions sur notre territoire durant toute la guerre, détruisant village et souffrir la population sous le regime allemand brutal.

    La concentration de telles forces attaquant le flanc s’entendant jusqu’à Paris, aurait mis un terme definitif a la guerre a l’ouest, pourtant visible pour ceux qui connaissait les forces veritable, pourquoi n’avoir pas agit ainsi et travailler contre l’interet meme de la France.

    Sous le pretexte possible et supposer de remise a niveau militaire, la situation n’attendait pas, en ne les utilisant toujours pas, ils ont aussi permis aux allemands de retraiter correctement et de recevoir tout les renforts possible entretemps pour qu’arriver a la mer, le front soit impossible à percer avant des années.

    Les conséquences ont été grande apres guerre, la France a payé un prix fort qui etait evitable.

    Comment peut-on concevoir un mode operatoire aussi absurde, aussi inexcusable, pire qu’une faute, contraire au bon sens, maintenant que l’on a les yeux ouvert sur ces problèmes.

    Joffre à agit contre l’interet de la France quand il pouvait la sauver de cette façon, on l’a payé par 4 ans de guerre.

    On ne saura jamais sa veritable pensée, mais ses actes ont parlés contre lui.

    Oui, c’est bien une accusation, il avait le pouvoir d’agir, de vaincre décisivement, il ne l’a pas fait et a laisser faire l’ennemi.

    pourquoi le gouvernement ne l’a pas poussé a agir ?

    Il est autant fautif que Joffre.

    re edit;

    Quand à Schlieffen, il a bati son plan comme s’il ne risquait rien comme attaque venant de l’ouest alors que l’ouverture s’etendait jusqu’à 400km environ.

    Son successeur a fait de meme en le modifiant un peu.

    Quel est le general sensé qui peut concevoir un tel plan et faire comme s’il n’avait rien a craindre d’un ennemi qui exploiterait en attaquant ce flanc beant, normalement, alors que l’adversaire dispose de 3 millions d’hommes suplementaire, qu’inévitablement les allemand on du eux aussi estimer a peu pres pour la mobilisation generale et qui devait rendre ce plan impossible a appliquer.

    Joffre et son gouvernement, comme Schlieffen et Moltke ont agit de façon absolument insensé, rien de raisonnable ne peut expliquer cela.

    Pourquoi l’adversaire a été si complaisant envers l’offensive Schlieffen et lui a laisser toute la liberté d’action sans lui donner un coup d’arret definitif en exploitant cette ouverture ?

    Cela n’a jamais été mis en lumiere, auccun officier n’a denoncés cela, ni aucun gouvernement interessé, et pourtant, cela saute aux yeux quand on dispose des elements necessaire.

    Quelle sont vos opinions a ce sujet ?

    Je vais meme choquer, etait-ce meme un accord entre gouvernement pour limiter la population en s’engageant dans une guerre mondiale, ou banquiers et industriels ne pouvait que profiter de la mane qui allait tomber entre leurs mains, l’argent n’a pas de patrie, et qui aurait poussé les gouvernements a la guerre, expliquant peut etre aussi pourquoi tout s’enchaina si rapidement par des accords prevu a l’avance pour obtenir la guerre ? tout est possible et envisageable devant de pareilles absurdités militaire aussi flagrante une fois renseigné.

    On peut meme le supposer.

    Si tel serait le cas, ces absurdités pourrait s’expliquer et trouverait une reponse logique, a moins que vous n’ayez d’autres opinions expliquant l’inertie française d’exploiter cette ouverture qui aurait dès le debut donné la victoire…

  • Participant
    Posts516
    Member since: 17 août 2012

    Je pense qu’il y a beaucoup d’éléments qui sont omis dans ton uchronie.

    Déjà, il n’y a pas 3 millions d’hommes qui ont été laissé de côté : la mobilisation s’est faite petit à petit, pour des raisons évidentes d’encombrement ferroviaire, mais aussi pour des raisons d’équipement.

    À savoir au 15 août, 2 887 000 hommes ont été incorporés (et pas tous équipé). On peut raisonnablement penser que ce sont ceux là qui ont participé à la bataille des frontières.

    Ça laisse 1 800 000 qui n’aurait pas été utilisé. Sauf que ce qui semble être oublié, c’est qu’en mobilisant 3 000 000 d’hommes, on n’obtient pas 3 000 000 de combattants… En 1914, environ 70% des hommes sont des combattants, le reste s’occupe de la logistique, etc. Ce ratio a progressé au point qu’aujourd’hui, on compte 4 hommes à l’arrière pour un combattant.

    Et enfin, il y a les hommes qui s’occupent de protéger les voies de communication (env. 200 000), les marins (70 000) et les places fortes (820 000 au 1 septembre environ). Et là je ne parle même pas de remise à niveau des troupes.

    Au final, en grattant bien, il aurait peut-être été possible de disposer d’une 6ème armée de 200 000 hommes (modulo l’équipement), mais franchement, je doute même que ce fusse possible.

    Concernant la stratégie, Joffre a lancé en premier une attaque en Alsace (son flanc droit). Cette attaque s’est faite repoussé violemment. Il voit également que les Allemands sont très nombreux en Belgique (le 2ème bureau – le renseignement – lui indique 7 corps d’armée allemand face à la France et 10 en Belgique), du coup il se dit que si les Allemands ont put bloquer aussi bien l’offensive en Alsace et avancer en Belgique, c’est que leur centre en Lorraine doit être faible. Il ordonne donc aux 1ère armée et 2nde armée d’attaquer en Lorraine. Ils sont là encore violemment repoussés.

    En fait, la disproportion de force est juste trop importante entre les allemands et les français/anglais/belges : 1 690 000 allemands vs 1 046 000 français/70 000 britanniques (qui ne sont arrivés que tardivement)/117 000 belges.

    Finalement, ce qui a permis le redressement durant la bataille de la Marne, c’est d’une part les offensives russes en Prusse orientale qui font qu’une partie des divisions allemandes partent à l’Est (4) et les places fortes qui tiennent au Nord et en Belgique (6). Donc le fait d’avoir laisser des hommes dans les places fortes est ce qui potentiellement a permis à la France de tenir et in fine de gagner. Prélever des forces des places fortes ou bien négliger de protéger ses voies de communications, tout ça pour permettre une offensive supplémentaire qui n’aurait même pas eu la supériorité numérique, aurait eu, je pense, de très graves conséquences sans assurer la victoire…

    Au contraire, devant les contraintes militaires, techniques, technologiques et diplomatiques, je vois mal comment l’armée française aurait pu mieux faire à partir du 2 août 1914. À la marge, il aurait été possible d’améliorer des choses, mais d’un point de vue plus global, je vois mal. Et couvrir toutes la frontière Nord Est de troupe n’aurait eu que comme conséquence d’être faible partout et fort nulle part.

  • Participant
    Posts920
    Member since: 20 décembre 2014

    Voila qui regle tout les gros problemes en cours, je prefere.

  • Participant
    Posts920
    Member since: 20 décembre 2014

    Il est probable que l’on aurait pu economiser des forces sur celle qui occupe les fortifications, 800 000h c’est beaucoup pour cela, et 200 000 h pour proteger les communications, c’est aussi beaucoup, d’autant qu’une bonne partie doit ce trouver a l’arriere de l’armée, et donc, tant que tient le front, on aurait pu l’a aussi certainement prélever des forces, mettons un total de 200 000h sur ce total general, semblerait que ce soit possible ? me tromperais-je ?

     

    Si cela serrait plus ou moins correct, ils serviraient a menacer le flanc du plan Schlieffen que l’on montre decouvert sur le coté, et l’étais-ce vraiment ? les allemands avaient-il commit pareille faute ?

     

    Et pourquoi l’armée française n’a pas constitué de reserves digne de ce nom au lieu de pratiquement tout engager, qui pouvaient servir et frapper le flanc ennemi ?

     

    Ajouter a celle des divisions territoriales, 8 a 12, je crois, voir la carte, cela aurait pu faire tres mal et causer des pertes si grave et  peut etre influer sur la forme du front tel que la course a la mer fut loin a l’interieur des terres Belges…ou plus encore…

  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    Euh, en fait, ce que tu préconise, ça s’appelle juste la bataille de la Marne. Et c’est ce que les généraux ont fait…

    Quand l’armée presente son flanc ouvert, qui jour apres jour s’agrandit, durant un mois, et qu’aucune action n’est faite pour l’exploiter alors que nous etions forcer de retraiter quand d’enorme reserve sont disponible, ou il suffisait de donner l’ordre qui eut renverser toute la situation, sans attendre que l’allemand face une faute devant la Marne, transformant la retraite en une grande victoire decisive quand presque aucune reserve allemande pouvait nous arreter, je me pose la question de savoir pourquoi nos generaux ont accepté un plan aussi stupide qui laisse complaisament l’ennemi effectuer sa manoeuvre au fond tres dangeureuse, jusqu’a Paris.

    On a très exactement 12 jours entre les derniers combats en Belgique et le début de la bataille de la Marne. La place de Maubeuge est investie le 27 août, jusqu’au 30 août, on ne peut pas vraiment dire que l’armée allemande a un flanc dégarni. Elle avait jusque là, la première armée qui faisait face à l’ouest, et en état de stopper une contre attaque menée avec des troupes concentrées dans la précipitation.

    Le 25, les ordre pour la création de la 6ème armée sont donnés. A partir du 28, les avants-gardes arrivent pour déploiement vers Amiens et Péronne. Sous pression de la première armée allemande, et pas assez nombreux, les français doivent reculer. Les troupes de la 6ème armée sont en effet transférées depuis l’est, et leur transport n’est pas instantané.

    Donc, la fenêtre du flanc “découvert” des allemands, c’est plutôt 7 jours tout au plus.

    Et dans ce délai, il faut : renforcer les armées engagées depuis un mois qui viennent de faire une campagne on a pas loin de 100 000 pertes à remplacer, sans compter les confusions dues à une retraite.

    Il faut préparer deux armées supplémentaires :

    • c’est la pression allemande entre la 5ème et la 4ème armée française qui a déterminé la retraite. Ces armées qui étaient censées défendre face aux Ardennes on du s’étirer sur leur gauche pour couvrir la frontière belge, puis se prennent deux ou trois armées allemandes tout en étant en mauvaise posture. Les anglais ne sont ni assez nombreux, ni assez rapide dans leur concentration (4 DI et 1 DC) pour être une menace sérieuse sur le flanc allemand pour contrebalancer ça. La neuvième armée de Foch viendra s’intercaler entre les deux pour venir les solidifier, sinon c’est toute l’armée qui risque l’encerclement sans possibilité d’y faire face.
    •  la sixième armée est créée pour venir déborder le flanc par l’ouest, malheureusement, les troupes doivent être prélevées à l’est pour ça.

    A l’est, justement, les troupes française sont en pleine bataille défensive pour contrer la contre-attaque allemande.

    En gros, la réserve est pratiquement consommée fin août. Sur 680 000 hommes au dépôt après le 15 août et la première vague de mobilisation, il y a 100 000 hommes de consommés pour les remplacement des pertes, 400 000 pour la création de deux armées supplémentaires (enfin, pour le remplacement à l’est des troupes d’active qui partent vers l’ouest. Si tu comptes le support logistique nécessaire, les 680 000 hommes sont consommés. Ne restent plus que le million d’homme de la réserve territoriale, en cours de mobilisation, armés de fusils Gras… Pas sûr que ce soit le bon outil pour mener la contre offensive victorieuse.

    Sur la question des troupes de fortifications, la France dégarnie tout ce qu’elle peut dégarnir. Malheureusement, son système fortifié est en première ligne. Maubeuge est assiégée, Verdun, Toul, Epinal, Belfort ont les allemands qui toquent à la porte, pas sûr pour que ce soit le bon moment pour dégarnir. Lille n’est pas défendue, et le “pré carré” de Vauban dans le nord qui était difficilement modernisable n’est pas non plus tenu. De même que sur l’Aisne, les places de la Fère et de Laon sont complètement abandonnées (et seront la clef de voute des positions allemandes pour 3 ans…). Il semble donc difficile de prendre de nouvelles troupes sur les forts sans compromettre gravement la situation. Ce sont elles qui permettent par exemple le transfert de troupes de campagne d’active vers l’ouest pour mener la contre attaque.

    Après, la question de l’espace se pose. Mettons qu’une armée est concentrée sur Amiens dès le 25 août et qu’elle est disponible pour une contre attaque vers le 30 août, une offensive vers l’est exposerait son flanc aux renforts allemands qui suivent les têtes des armées attaquantes, l’armée de siège de Maubeuge est aussi une menace sur le flanc de cette armée.

    Il n’y a personne ou presque pour couvrir la frontière Belge depuis la mer jusqu’à Lille, les allemands peuvent passer par là et encercler une armée qui tenterait d’aborder trop près de leur force le flanc de la première armée.

    En reculant jusqu’à la Marne, les français se donnent plusieurs avantages :

    • la distance entre les troupes allemandes retenues en Belgique et les armées qui avancent augmente, et donc le risque d’un retour offensif des allemands pour dégager leurs camarades s’amenuise au fil des kilomètres.
    • Les troupes allemandes se fatiguent, se désorganisent et entrent dans l’inconnu. La logistique est de plus en plus difficile, l’artillerie lourde a aussi du mal à suivre. La guerre de mouvement a consommé énormément de chevaux, c’est encore plus vrai pour les allemands qui ont de l’artillerie lourde à tracter.
    • On s’approche de Paris et du grand nœud de concentration des rocades française pour le transfert des renforts est-ouest. Tout les trains pour aller vers Amiens depuis l’est doivent passer par Paris. l’acheminement des renforts est facilité.

    Par contre, dans l’offensive, Galliéni lance l’attaque plus tôt que ce qu’aurait souhaité Joffre, il est intéressante de se demandé ce qui arrive si c’est Joffre qui à l’initiative de l’attaque plutôt que Galliéni, parce que là, on a potentiellement les armées allemandes coincées entre Marne et Seine qui se font flanquer par la sixième armée française et les anglais. On aurait pu potentiellement assisté à l’encerclement de l’aile marchante allemande.

     

  • Participant
    Posts920
    Member since: 20 décembre 2014

    Merci, au moins ta reponse a le merite de tout clarifier, a voir de trop haut, on ne voit pas les détails important qui s’ajoutent et rendent le plan uchronique irréalisable.

     

    J’avais pensée a une fenetre de temps plus importante que les 7 jours pour l’ouverture du flanc et a une mobilisation plus efficace pour tenter l’attaque, et je pensais que 800 000h pour occuper des forteresses, que c’est vraiment beaucoup, heureusement que tu es un expert pour corriger nos erreurs…

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.