Post has published by Henri Beyle

Ce sujet a 4 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Provencal le Gaulois, il y a 1 an et 2 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Participant
    Posts516
    Member since: 17 août 2012

    J’ouvre ce topic suite à différentes lectures (notamment les mémoires de Joffres et de Foch, et Pyrrhic Victory – French Strategy and Operations in the Great War de Robert A Doughty – disponible seulement en anglais).

    La différence avec ce topic https://strategietotale.com/forum/81-le-front-ouest/6509-l-armee-francaise-de-1914-une-armee-de-lions-dirigee-par-des-anes , c’est que je veux me concentrer sur l’après choc initial (après la bataille des frontières).

    Ainsi, on entends souvent que la Première Guerre Mondiale n’a été qu’une série de boucheries, notamment de la part des français avec ces batailles interminables et couteuses (Artois, Champagne, Verdun, Somme, Chemin des Dames, etc.).

    Mais est-ce si vrai ? Les généraux de l’époque étaient-ils à ce point limité qu’ils ne pensaient qu’à des assauts frontaux ?

    On se doute au vue de la façon dont je tourne la question que je ne suis pas totalement de cet avis.

    Premièrement, il y avait de 1914 à 1917 une impasse technologique qui rendait les front “inviolable”, du moins sur le front de l’Ouest.

    Deuxièmement, il y a également la vue stratégique globale. Par exemple, Joffre justifie les attaques d’Artois et de Champagne en 1915 comme étant une réponse à l’offensive allemande de Gorlice-Tarnów qui sur le front de l’Est à enfoncé les lignes russes. Ainsi, il n’y aurait eu qu’une idée de “retenir” le plus de division allemande sur le front de l’Ouest afin de ne pas renforcer le front Est et donc de virer les russes de la guerre, et non pas de percer le front Ouest.

    Et d’une vision globale, je trouve que, à l’exception notable de Nivelle en 1917, les généraux français n’ont pas été mauvais.

    Quels sont vos avis sur la question ?

  • Participant
    Posts568
    Member since: 29 avril 2016

    Je trouve ce jugement injuste car c’était la même chose dans les autres armées: Brusilov, Moltke et Haig n’ont pas été différent de Joffre au début de la guerre.

  • Modérateur
    Posts8420
    Member since: 14 mai 2013

    Je pense aussi que les généraux français sont très critiqués alors que le problème de la grande guerre dans l’armée française (mais aussi chez d’autres) est structurelle: à tous les niveaux, on conçoit une attaque qui n’est pas adaptée à la situation des armements.
    Le fait que les Français (et d’autres belligérants) sont à la fois d’excellents défenseurs et de mauvais attaquants montrent bien que les généraux ne sont pas seuls en cause.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts373
    Member since: 17 juillet 2016

    Alors, pour le moment, je ne peut trop en parler car je suis en train de lire un livre que je vous recommande car il peut parfaitement vous éclairer sur ce sujet : L’invention de la guerre moderne. Du pantalon rouge au char d’assaut de Michel Goya.

    Il nous parle de la transformation faite à l’armée Française, et notamment de l’évolution des officier, de la défaite de 1871 jusqu’à la fin de la première guerre mondiale.

    Selon les critiques que j’ai lus sur ce livre avant que je l’achète, il parait qu’il a eu un impacte certain sur la vision que l’on a des la France lors de son entrée en guerre.

    "La critique de l'art est aisément difficile mais l'art de la critique est difficilement aisé".

  • Participant
    Posts568
    Member since: 29 avril 2016

    Par contre, si Joffre a toujours été catastrophique, je trouve que dès que Moltke a été remplacé par Falkenhayn, la stratégie allemande change avec lui.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.