Post has published by gytz

Ce sujet a 64 réponses, 14 participants et a été mis à jour par  gytz, il y a 2 ans et 6 mois.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 65)
  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    De Bonaparte à 1900

    Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vous propose aujourd’hui une fiction, plus précisément un récit interactif basé sur l’Europe du 19ème siècle. Nous suivrons les aventures de multiples personnages, tous différents, ayant tous des vies parallèles. Si vous vous lassez d’un personnage, nous procéderons à un vote et nous changerons (peut-être) de personnage. Mais sur ce, commençons :

    Jürgen Drechsler:

    CHAP1 : Un jeune paysan sans expérience:

    C’était un beau matin du mois de Mars. Il faisait beau, le soleil brillait, les prés Verdoyant laissaient paraître la douce chanson qu’est le gazouillement des oiseaux. Étrange climat pour la campagne de Potsdam, une ville à quelques kilomètres de la Grande Berlin. Mais c’est ici qu’habite une petite communauté rurale, assez pauvre, et se devant, soit de vendre sa production au rabais à Berlin, avec pour seul moyen de transport un simple chariot, soit d’émigrer vers l’Est, et s’engager comme mineurs de charbon.
    http://www.herodote.net/_images/vincentlecon.jpg
    La communauté au travail

    C’est dans ce contexte que la famille Drechsler vit en ce moment, mais c’est à c’est aussi comme ça que, Jürgen, du haut de ces 19 ans, sans éducation, assiste à une décision qui changera sa vie. La famille Drechlser est dans une bien mauvaise impasse, la saison a été très froide, et la réserve de blé a été brulée quelque semaine plus tôt. C’est alors que Jürgen surprend une discussion de ses deux tuteurs :
    -Père : Nous devons partir, immigrons vers l’Est, pour travailler dans les mines !
    -Mère : Mais Jürgen refusera, il a 19 ans et n’a jamais voulu travailler dans les mines ! Des amis à lui s’en sont enfuient lui parlant de condition effroyables et dangereuses, ce qui est bien sur faux !
    -Père : Il viendra, qu’il le veuille ou non !
    http://www.lecreusot.com/site/decouvrir/histoire/litterature/img/simonin_08.jpg
    Mine de Charbon

    A ces mots, Jürgen pris peur, que faire ! Lui qui a la Messe gardait une profonde pensée contre tout événement de ce genre ! Se cacher ? Son père le retrouverait ! S’enfuir ? Mais que faire après !
    Mais après quelques minutes de réflexion, il a décidé, il partirait à Berlin, il travaillera en tant que soldat dans l’Armée du Roi de Prusse. Avant tout, il prendra son cheval, qu’il gardera pour devenir cavalier, et il prendra le dernier bœuf de l’étable, qu’il vendra à Berlin, ou qu’il troquera contre un peu de nourriture. Pour se défendre, il prendra le vieux fusil de son grand père, qui date de la guerre des sept ans, et son sabre.

    Quelque temps après, il s’enfuyait dans la campagne, vers Berlin, Pauvre, et peu Habillé. Il espère, une fois engagé, trouver des casernes, et de la nourriture. Mais rien n’est gagné, qui sait ce qu’il lui arriva sur le chemin et même dans la grande ville Berlinoise…

    http://img.over-blog.com/600×480/2/89/06/71/Nabis-fauvisme/van-Gogh-dessins.jpg
    Campagne allemande en 1800

    Choix: Que va-t-il arriver?:

    A. Des bandits attaque Jürgen sur la route.
    B. Jürgen arrive à Berlin sans encombre
    C. Jürgen rencontre un détachement de cavalerie

    VOTRE AVIS M’IMPORTE!

  • Participant
    Posts289
    Member since: 29 mars 2015

    Cela pourrait-être intéressant si le texte est bien écrit, mais je n’en doute pas ! 😆

    Sinon, je vote la C,
    Le pauvre Jürgen pourra peut-être se faire remarquer !

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Cela pourrait-être intéressent si le texte est bien écrit, mais je n’en doute pas !

    Ne t’inquiète pas, pour le moment, j’introduis au Texte! Le récit se complexifiera au fur et à mesure…

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    B !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    B sieht gut!

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    La C ! Ce récit s’annonce bien ! 🙂

  • Participant
    Posts291
    Member since: 22 novembre 2014

    B ! :cheer:

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    J’ai remarqué que vous étiez nombreux à voter en peu de temps, et ça fait plaisir. Cela me semble suffisant. J’espère poster vers 20h30, et que cela vous plaira!

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Chap.2 : Berlin, ville de toutes les convoitises

    Après nombre de jours et de nuits dans une peur constante du simple Maraudeur, ou du vil bandit, Jürgen en arrive sans encombre dans la grande ville. L’imagination primaire du jeune en fut frustrée ; La ville était grise, très maussade, ses avenues pavées étaient encombrées de riches comme de pauvres, de femmes comme d’hommes, courants ou se promenants… Mais ses monuments furent impressionnants pour le noble agriculteur qu’il était ; Les palais royaux, richement ornés, brillaient comme mille feux, tandis que les églises et les cathédrales sonnaient leur cloches, délivrant un son semblable une douce musique pour toute oreille humaine.
    http://comps.canstockphoto.fr/can-stock-photo_csp20148587.jpg
    Palais berlinois

    Au détour d’un carrefour, Jürgen vit un grand bâtiment sur lequel il était inscrits les gravures suivantes : « militärischen Büro, für Stellungspflichtigen und Freiwilliger » (bureau militaire, pour conscrits et volontaires). Ne sachant pas lire, le garçon demanda aide à nombre de gens, qui rirent pour la plupart au nez, crasseux,du jeune homme. Puis enfin arriva une âme charitable, qui par simple aumône, et en bon luthérien, lui lu les inscriptions. Au son de ces mots, qu’il perçut comme une comptine enfantine, le garçon en tira grande joie, et s’aventura dans ce grand bâtiment. La première pièce, qui fut bien-sûr l’entrée, était assez grande. Face à Jürgen se trouvaient cinq bureaux, grands, certes, mais ne pouvant accueillir qu’une seul personne à la fois. C’est alors qu’il s’avança au pied d’un des bureaux, puis déclara à l’Homme, visible grâce à une simple bougie : Je désire m’engager.

    Le fonctionnaire lorgna alors le jeune homme : Jürgen était Grand de taille. Son corps était chétif, et mal taillé. il disposait de beaux yeux bleus, d’un menton carré, de cheveux profondément bruns. Il est belle homme, mais par force de travail et de jeûne, sa beauté naturelle perdit tout son charisme, sa maigreur annihile tout plaisir visuelle.

    Le fonctionnaire, après avoir observé longuement, la carrure de Jürgen, demanda alors : « Dans quelle corps militaire voulez vous faire partît ? Les forces navales, où les forces terrestre ? Sachez que vous seriez parfait en tant que matelot dans un de nos navires en baltique ! »

    http://www.crhq.cnrs.fr/biblio/couvertures/AUMONT/corsaires/corsaires06_clip_image004.jpg
    Navire allemand
    Jürgen lui répondit alors avec le peu de verbes qu’il subsiste dans son pauvre vocabulaire : « non ! Je ne suis pas fait pour la mer ! Je n’ai jamais vu les étendus d’eau ! Je suis familier aux vaches, et non aux poissons ! Je veux faire parti des forces terrestres, et plus précisément d’un régiment de cavalerie. Je sais monter, galoper, trotter, frapper et respecter les ordres ! Je dispose même d’un sabre et d’un vieux fusil !”

    http://antan.n.a.f.unblog.fr/files/2008/04/cavaliersaxon.jpg
    Cavalier prussien

    L’Homme lui répondit alors : « Je ne connais pas votre potentiel au combat, mais je vous propose quelque chose : je parlerais à mes supérieurs de vous et je leur proposerais de vous jauger. Selon les résultats, nous vous assignerons soit aux forces piétonnes, soit aux forces montée. Où puis-je vous trouver pour vous délivrez la réponse ?»

    L’homme des campagnes répondit alors : « je n’ai nulle part où dormir. Je coucherais dans le bas quartiers le plus proche, hors de tout logis ou bicoques habitables. »

    Suite à cette courte entrevue, Jürgen signa alors un papier qu’il ne put lire, mais qui scella son engagement. Il s’en alla ensuite, à la place du marché, où il troqua une grande partie de ses possessions contre quelques maigres victuailles, de quoi tenir une nuit, sans être à l’abri du vol.

    Le lendemain, le jeune homme ouvrit les yeux, dans une atmosphère plus ou moins plaisante ; Il faisait beau, le soleil était déjà à son zénith, les gens recommençaient à se presser dans les rues, ou à s’y promener. Son cheval, bien caché, hennissait fort bien, alertant Jürgen de l’arrivée d’un homme : « monsieur Jürgen, j’ai la réponse de mes supérieur, après un long débats, emplis de controverses et de bonne foi, ces bon gens ont délibéré : Vous êtes accepté !

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a6/Reorganisation.jpg/220px-Reorganisation.jpg
    débat de généraux

    Choix: Que se passe-t-il ensuite?:

    A. Jürgen échoue son test
    B. Jürgen réussi son test, Mais se casse la cheville
    C. Jürgen réussi son test

  • Participant
    Posts319
    Member since: 16 octobre 2014

    Réponse C

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    La C aussi.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A! Rajoutons du piment et quelques obstacles à notre héros!

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    B!

  • Participant
    Posts289
    Member since: 29 mars 2015

    La B !

  • Participant
    Posts686
    Member since: 1 juillet 2015

    C

  • Participant
    Posts145
    Member since: 29 février 2016

    La B

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Ixarys, peux-tu reporter ton message? Je l’ai supprimé par mégarde…

  • Participant
    Posts161
    Member since: 12 février 2016

    La C !

  • Participant
    Posts125
    Member since: 27 décembre 2014
    gytz wrote:

    Ixarys, peux-tu reporter ton message? Je l’ai supprimé par mégarde…

    Pourquoi tant de haine ? :'(
    Bref, voilà : La C, car il faut être sympa avec ce pauvre Jürgen ! ^^

  • Participant
    Posts291
    Member since: 22 novembre 2014

    La c :cheer: sinon super sujet gytz 😉

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Je pense qu’il est temps de clôturer les votes! La prochaine partie paraîtra dans la journée!

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Chap.3 : Berlinoisement votre

    La joie du jeune homme était intense, un feu s’était allumé, le feu de la motivation Un feu qui au plus profondément de lui, brûle, crame, désintègre une enveloppe juvénile, pour la remplacer en une enveloppe mature, celle d’un homme.

    C’est alors que Jürgen enfourche son cheval et alla au trot jusqu’au bureau militaire, où son avenir l’attendait. « Nous vous attendions. », déclare un homme complètement habillé en noire, qui ne pourrait qu’être un officier, « Suivez-moi au terrain vague derrière le bureau, vous nous dévoilerez l’étendue des capacités dont vous avez parlé à Heinrich ! » Qui est Heinrich ? Cette question turlupinait l’esprit peu développé de Jürgen pendant tout le chemin, Qui-est-ce ?
    « Nous sommes arrivés, voilà Heinrich, il va vérifier votre cheval ! » Soudain, tout s’éclairci, l’Homme d’Hier est donc le dénommé Heinrich ! Heinrich le reçu alors : « Bien le bonjour Herr Drechsler, je vais ferrer votre monture et vous prêter un sabre de Hussard autrichien. Vous devrez charger ces bonhommes en pailles, si vous réussissez nous changerons d’armes et nous passerons au fusil montée, allez-y ! »
    http://vivat-hussard.com/wp-content/uploads/2014/08/SAM_1151vivat-hussard.jpg
    Sabre qu’a utilisé Jürgen

    C’est le moment tant attendu, il va faire ses preuves, il va charger de toute ses forces et le plus habillement possible. L’homme se prépare, se penche sur sa monture et avance au pas, puis au trot, puis au galop. Sa vitesse et prodigieuse, ce n’est qu’en plissant les yeux que l’on distingue encore son sabre. A grande vitesse, son sabre percute alors ce qui s’apparenterait à quelques hommes appartenant à un régiment d’infanterie légère, et coupe la tête à l’un de ces hommes de pailles. Et il repart de plus belle, cette fois-ci contre un homme de paille à plat ventre. Toujours à grande vitesse, Jürgen se met à plat ventre, et baisse son sabre, jusqu’à déchiqueter, les pauvres habits de paille de ce mannequin. Les officiers applaudissent, des coups de feu sont tirés en l’air pour appeler l’habile Jürgen. On lui donne maintenant un fusil à rouet, son objectif est de viser en mouvement les hommes de pailles sans rater sa cible. Jürgen se met en place, envoie son cheval au galop, vise…..et…. tire. La balle fuse jusqu’à la tête du mannequin, l’ouvrant complétement. L’opération se réitère finalement près de 8 fois, avant que l’on ait rappelé le jeune homme.
    http://images.delcampe.com/img_large/auction/000/068/644/875_001.jpg
    Le fusil à rouet de Jürgen

    « Félicitation ! Jamais dans ma vie d’officier n’ai-je vu quelqu’un d’aussi habile que vous ! Vous êtes engagé ! Votre caserne de cavalier léger se trouve derrière le bureau. Laissez votre vigoureux cheval ici, nous le rentrerons à l’écurie ! »
    Jürgen éprouva une satisfaction immense, sa flamme ne s’arrête de bruler. Son corps en sueur a besoin de se refroidir. Il se changera à la caserne.
    La caserne était immense. 500 lits étaient alignés, formant des droites parfaitement parallèles. Sur son lit se trouvent des habits et un casque. Il descendra pour une importante manœuvre, mais avant cela, il mangera au réfectoire sa bouillie froide. Jamais il n’a autant été heureux.
    https://sites.google.com/site/amicaledu3rima/_/rsrc/1430916124613/les-activites-en-image/Tmoignages-et-garnisons/vannes/111_001.jpg
    La caserne de Jürgen

    Choix: La prochaine nous retrouverons Jürgen 6 ans après en tant que sous lieutenant de cavalerie. Mais dans quelle état allons nous le retrouver?

    A. Jürgen a très bien passé sa période de manœuvre, il est très heureux
    B. Jürgen a très mal passé sa période manœuvre, il est dans un sale état
    C. Jürgen va moyennement bien, il est content de ses manœuvre, mais pas de ses conditions de vie. Il veut au plus vite monter en grade pour devenir riche.

  • Participant
    Posts319
    Member since: 16 octobre 2014

    La B !

  • Participant
    Posts291
    Member since: 22 novembre 2014

    La c !

  • Participant
    Posts289
    Member since: 29 mars 2015

    La A

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je vote B! Jürgen vit très mal ses débuts de militaire, gagne peu. Il affronte les malheurs de la pauvreté, s’habitue aux quartiers de contrebandiers de Berlin, et sombre dans la malhonnêteté!

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    Comme Florian ! B !

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    La A. On va le laisser rêver encore un peu… Disons qu’il est tellement motivé qu’il ignore les difficultés qu’il inflige à son corps.

    Édit : Florian30051 et Skyros, je vous trouve bien cruels avec notre pauvre garçon ! 😉

  • Participant
    Posts686
    Member since: 1 juillet 2015

    Je vote la A

  • Participant
    Posts145
    Member since: 29 février 2016

    Je vote pour la C

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Votez!Votez, amis, la suite n’arrive que Mercredi!

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    La B et la A sont en parfaite égalité, Nous jouerons cela au pile ou face.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Leonidas wrote:

    Édit : Florian30051 et Skyros, je vous trouve bien cruels avec notre pauvre garçon ! 😉

    Ce n’est pas une question de cruauté, mais davantage de piment; afin que le récit puisse ainsi exploiter les réalités de l’époque. Car Berlin a de nombreux faubourgs populaires, où il ne fait pas bon vivre. Les réseaux clandestins y prolifèrent comme dans toutes les grandes villes d’Europe. Cette histoire mérite de faire transparaître cette réalité que bon nombre de contemporains de Jürgen ont vécu. Baudelaire a passé une partie de sa vie dans le Paris populaire. Le jeune poète y découvre l’amour de sa vie, Jeanne Duval, cette “jeune mulatraîsse”, mais aussi de nombreux clubs où se mêlent trafics de drogue et plaisirs de la vie. Je trouve qu’il y a beaucoup à explorer là-dessus, en partant du principe que le jeune provinçard sera désorienté par son immersion au sein d’une ville aussi grande.

    Voici pourquoi je juge qu’il y a un tel potentiel qu’il serait dommage de négliger. Zola le retracera dans son Bonheur des Dames, mais nous pouvons aussi penser aux Misérables de Victor Hugo. Il y en avait déjà des Thénardiers à cette époque, et dans toute l’Europe!

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Le pile ou face a été effectué. Le résultat est le suivant:

    Spoiler:
    A
  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Chap.4 : « Engagez-vous, qu’il disait … »1

    Les temps sont durs. Pendant 6 ans durant, le temps fut impossible. Les hivers étaient trop froids. Le simple habit ne pouvait couvrir le maigre corps de Jürgen, légèrement grossi. Les printemps aussi étaient froids, les prés gelés servaient de terrains d’entrainement. Monter à cheval, se coucher dans la neige que très peu fondue, c’était pendant 6 ans la routine de Jürgen, et ce dernier en souffrait horriblement. Il gagne peu, dort peu, rêve peu, réfléchit peu… Son esprit est meurtri par les courts cris de la poudre et par les fortes réprimandes des officiers. Il vit mal, il faut se rendre à l’évidence.

    http://st.depositphotos.com/1006076/3710/v/950/depositphotos_37100589-Vector-winter-landscape.-Forest-firs-near-frozen-river.jpg
    Prés gelés allemands en Hiver

    Ses seuls plaisirs sont ses vagabondages à travers les faubourgs de la capitale. Lors de ses 8 jours de permissions, il se promenait à travers la ville, s’essayant au comportement de la civilisation, observant artistes et voleurs, maçons et peintre, tous pratiquants leur art. Jürgen, au début, était très déstabilisé, les gens nombreux se pavanaient dans d’éclatant smokings, les pauvres se déplaçaient tristement, habillés de loques et de pauvres chaussures. Il fut étonné par l’existence de voitures, coûtant très chère à louer. Mais après 1 ans et demi, il s’est accoutumé à la ville et à sa misérable vie, mais il ne se console que très peu, en se déclarant mieux ici que dans des mines. Jürgen était très au fait, du fait de sa curiosité naturelle, au sujet des activités clandestines. Il surveillait Gigots à prix cassés, diplômes scolaires, et drogues, de quoi se consoler dans sa complainte sempiternelle.

    http://ekladata.com/8dm8TZUCcqyZmAnY7Ep9Z89jLdU.gif
    Quartiers pauvres de berlin

    Un jour, lors de son vagabondage saisonnier, il fut ébloui, que dis-je, illuminé par une créature nouvelle. Elle était habillée en loques,mais rayonnante. Elle avait été bien faite par la nature : Son visage était d’un rose incroyable. Ses bruns cheveux étaient longs et rêches, et pouvaient s’apparenter à la crinière d’une jument. Son visage ovale était richement orné : Ses yeux étaient en amande, ouverts laissant paraître des pupilles d’un noir profond, et une belle couleur de Jade. Son nez était pointu, et, à sa gauche, se trouvait un petit grain de beauté. Sa beauté était parfaite, mais comme Jürgen,La faim et l’ouvrage ont volé la création.

    Jürgen va donc aborder la jeune fille : « Bonjour Fräulein, cherchez-vous quelque chose de précis ? Je suis ici depuis près de 6 ans. »-la jeune fille lui répond alors : « Je ne suis qu’à la recherche d’ustensiles de cuisine, je ne suis que femme de chambre dans la famille Karkoven. »-Jürgen lui rétorque alors : « Enchanté, je m’appelle Jürgen, pour vous servir, je travaille dans l’armée. Ce que je ne puis que vous dire, c’est de ne pas rester là. Vous ne trouverez pas d’ustensiles ici, et encore moins à prix cassés ! Ces quartiers sont d’autant plus dangereux pour une femme. Puis-je vous raccompagner ? »- La jeune fille lui répond alors : « Volontiers, alors ! Mais je ne crains que de me faire battre par ma maîtresse pour ne pas avoir ramené les ustensiles ! » -« Ne craignez rien, nous nous en occuperons sur le sentier du retour, je vous les achèterais de ma paie, comme ça vous garderez l’argent de votre maîtresse, tout en achetant son bien, tant que je serais en vie, elle ne vous battra pas ! »

    Ainsi, Jürgen accompagne la jeune fille, et acheta les ustensiles, à l’aide de ses économies. Idiot, pensera-t-on, mais cette jeune fille, par ce geste, redonnera le sourire à Jürgen pendant les 3 jours de permissions qui lui restaient. Ils se voyaient tous les jours, en un coin sombre, pour bavarder. Elle était devenue, sa seule et meilleur amie. Mais le voilà qui doit partir, il est appelé à la guerre contre la France Napoléonienne. « Catherine –car c’est comme cela qu’elle s’appelle- je me dois de vous laisser. La patrie m’attend. Ecrivez moi, faites m’en la promesse, postez vos lettres au bureau militaire. Sur ce je vous dis adieu. » A ces mots, Jürgen se retira pour un an. On ne le verra plus jusqu’à ce qu’il soit devenu un homme, des plus expérimentés.

    http://bonaparteenvrai.files.wordpress.com/2013/06/lamecourbes.jpg
    cavalerie napoléonienne

    Choix: où va se retrouver Jürgen?

    A. à la bataille d’Eylau
    B. à la bataille de Iéna

    ***

    1Je n’ai pas pu m’empêcher d’utiliser ce titre, Asterix légionnaire m’avait beaucoup plus….

  • Participant
    Posts319
    Member since: 16 octobre 2014

    La A !

  • Participant
    Posts125
    Member since: 27 décembre 2014

    La A, je veux une charge de cavalerie spectaculaire ! 😛

  • Participant
    Posts145
    Member since: 29 février 2016

    La B, juste par esprit de contradiction 😛

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    B

  • Participant
    Posts289
    Member since: 29 mars 2015

    La B, il verra les formidables tactiques de l’Empereur et de se Maréchaux !

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    La A, pour l’Égalité ! 👿 😛

  • Participant
    Posts291
    Member since: 22 novembre 2014

    La A !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Les deux choix ont leur intérêt. Si tu choisis A, tu pourrais mettre en scène l’une des plus grandes charges de cavalerie de l’histoire militaire. Mais B est aussi attrayant, particulièrement si notre héros est sur le champ de bataille de Auerstedt. Le petit corps d’armée de Davout qui défait à lui seul la grande preußische Armee ça, c’est du grand spectacle!

    Encore une fois, je ne peux que te renvoyer sur les cahiers de Jean-Roch Coignet qui a vécu les deux batailles.

  • Participant
    Posts289
    Member since: 29 mars 2015
    Leonidas wrote:

    La A, pour l’Égalité ! 👿 😛

    Salo !! 😛

  • Participant
    Posts686
    Member since: 1 juillet 2015

    La A

  • Participant
    Posts161
    Member since: 12 février 2016

    La B

  • Participant
    Posts500
    Member since: 25 juillet 2013

    B parce que la magie du pif!

  • Participant
    Posts1769
    Member since: 8 septembre 2015

    Merci beaucoup pour vos réactions! Surtout rappelez vous, si vous vous lassez, prévenez moi pour choisir que faire Jürgen!

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012
    Pierre Censier wrote:

    Leonidas wrote:

    La A, pour l’Égalité ! 👿 😛

    Salo !! :P[/quote]

    Tu ne parles pas de cette République j’espère ! 😆

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    A quand la suite ? 🙂

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 65)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.