Post has published by Solduros_390

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Solduros_390, il y a 7 mois.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Darius 1er fut roi des Achéménides de 522 à 486. Célèbre pour avoir été le premier roi des guerres médiques, cet épisode n’arriva qu’à la fin de son règne. En effet, il monta sur le trône à la mort de Cambyse, fils de Cyrus bien des années auparavant. Si les guerres médiques sont bien connues, son accession à la royauté l’est beaucoup moins. Et comme elle ne se déroula pas sans accroc, je vous propose de nous pencher sur cette histoire.

     

    Contexte historique

     

    Cambyse prit la succession de son père Cyrus le grand, fondateur de l’empire achéménide, en 529. Il est  principalement connu pour avoir conquis l’Egypte et pour le meurtre de son frère Bardiya. Lorsqu’il revint d’Egypte, il mourut, laissant le trône vacant. On était en 522.

     

    Les inscriptions de Darayavahush à Behistun

     

    L’histoire est souvent écrite par les vainqueurs. Cette histoire ne fait pas exception. Penchons-nous donc sur ce que le vainqueur Darius, nous a laissé ! En l’occurrence il s’agit de fresques monumentales gravées dans la roche dans les montagnes de Perse à Behistun.

     

    Les inscriptions en question

    DB § 10

    Un certain Cambyse, fils de Cyrus, de notre lignage, fut autrefois roi ici. Le frère de ce Cambyse, né de la même mère et du même père, fut nommé Bardiya. Alors Cambyse tua ce Bardiya. Quand Cambyse tua Bardiya, il ne fut pas su du peuple/armée que Bardiya avait été tué. Puis Cambyse alla en Egypte. Lorsque Cambyse arriva en Egypte, alors le peuple devint arika et le Mensonge grandit fortement parmi les pays ; en Perse, en Médie et parmi d’autres peuples.

     

    DB § 63

    Darius le roi déclare “Pour cette raison Ahura Mazda m’a donné son soutien, lui et les autres dieux qui existent ; parce que je n’étais pas arika, je n’étais pas draujana, je n’étais pas zurakara, ni moi ni mon lignage”.

     

    DB § 52

    Darius le roi déclare “Ceci est ce que j’ai fait selon la volonté d’Ahura Mazda en une année après être devenu roi. 19 batailles j’ai livré. Selon la volonté d’Ahura Mazda je les ai vaincus et 9 rois j’ai saisi”.

     

    DB § 13

    Le roi Darius déclare “Personne, ni Perse ni Mède ni quelqu’un de notre dynastie ne prit le royaume des mains de Gaumata le Mage. Le peuple le craignait énormément parce qu’il massacra beaucoup d’hommes qui avaient connu le vrai Smerdis. Pour cette raison il les tua “Ils ne doivent pas savoir que je ne suis pas Smerdis, le fils de Cyrus”. Personne n’osa agir contre Gaumata le Mage jusqu’à ce que j’arrive. Puis j’ai prié Ahura Mazda et Ahura Mazda m’a aidé. Le 10ème jour du mois de Bagayadis, j’ai tué ce Gaumata le Mage avec quelques hommes…”

     

    En lisant Darius, on apprend que Cambyse tua son frère sans mettre au courant le reste de l’empire. Suite à cela, le Mensonge gagna le peuple qui devint arika, ce qui mena à l’usurpation de Gaumata et d’autres hommes. Darius arriva alors et grâce à Ahura Mazda il remporta plusieurs victoires et il rétablit les Achéménides sur le trône. Maintenant, essayons d’aller plus loin dans l’analyse !

     

    Dans le paragraphe 10, Darius se présente comme faisant partie de la lignée des Achéménides, ce qui légitime son pouvoir. Malheureusement pour lui, il y a de très fortes chances pour que ce ne soit pas vrai. En fait, il se fait remonter à Achéménès plusieurs décennies auparavant mais on ne voit pas le rapport entre lui et Cambyse. On pourrait croire qu’il s’agisse de son cousin mais non. Dans les faits, la lignée mâle des Achéménides est éteinte avec Cambyse.

     

    Avant d’aller plus loin, il faut se pencher sur le mazdéisme, la religion d’état des Achéménides.

    Dans le mazdéisme, le monde dure 12’000 ans. Le dieu suprême est Ahura Mazda, celui qui a créé le monde, les 5 éléments. Celui qui ne peut pas mentir, celui qui est forcément parfait. A un moment donné cependant, le Mensonge va apparaitre. Celui qui sera appelé Ahriman chez les Parthes va voir la création d’Ahura Mazda et il en sera jaloux. Il n’aura qu’un but, la détruire. Il va alors insuffler le mensonge partout où il passera. Ahura Mazda se battra alors pour repousser le Mensonge. Et lorsqu’il l’aura vaincu, il règnera sur toute la terre dans le but que tous les peuples soient heureux.

    Avec ça en tête, nous pouvons poursuivre.

     

    Toujours dans le paragraphe 10, Darius nous dit que Cambyse tua son frère et qu’il cacha cette mort. Après cela, le peuple fut perméable à Ahriman. Le message est clair : sous Cyrus, la situation était parfaite, comme au début du règne de Cambyse. Mais Cambyse fauta et à cause de lui, Ahriman put venir sur terre. Il fallait donc le combattre.

    Dans le paragraphe 63, Darius emploie les mots arika, draujana et zurakara qui renvoient tous au mensonge. Le 1er renvoie à la pensée du mensonge, le 2ème à prononcer ce mensonge, le 3ème à faire ce mensonge. Darius n’étant soumis à aucun de ces trois niveaux et étant de lignée royale, il pouvait alors succéder à Cambyse pour rétablir le bien. C’est pourquoi Ahura Mazda le désigna pour régner. Darius devait donc faire sur terre ce qu’Ahura Mazda devait faire dans les cieux.

     

    Darius, muni de son nouveau mandat divin, devait donc se mettre en marche. Contre qui ? Contre deux sortes d’ennemis. Dans d’autres inscriptions, Darius emploie soit le mot adurujiya (il a menti) soit le mot athanha (il a déclaré). Le deuxième terme est très fort. C’est un acte royal. On ne peut pas utiliser ce terme pour un boulanger par exemple. Un roi ne peut pas mentir (c’est pour ça que l’acte de Cambyse est particulièrement grave). Pour 9 hommes qui se prétendent roi, Darius utilise 6  fois le premier terme. Ces hommes sont donc des usurpateurs nobles qui voulaient s’emparer du trône achéménide. Il devait donc les vaincre. Pour 3 autres hommes il emploie le deuxième terme. Le meilleur exemple est le roi des Saces (ceux que nous appelons Massagètes).

     

    A cette époque, les Saces ne faisaient pas partie de l’empire achéménide. Darius peut donc employer le deuxième terme car le roi des Saces est légitimement roi. Mais alors pourquoi l’attaquer ?

    Il y a en fait deux faces sur les inscriptions de Behistun. Sur la première face, le roi sace est présenté comme légitime. Mais sur la 2ème, il est présenté comme arika. Darius doit donc l’attaquer avant d’être contaminé. Cela légitime la conquête des terres saces.

     

    Petit à petit, la version de Darius s’effrite. S’il était légitime, il n’y aurait pas toutes ces révoltes contre lui. Cambyse n’eut aucune difficulté à succéder à son père.

    Je vous ai dit qu’il y a deux faces sur ces inscriptions. Sur la première, la version officielle. Sur la deuxième, la même histoire… mais raccourcie. Darius y jure de dire la vérité. Seulement quand on compare les 2 versions on note 4 oublis fâcheux.

    – On ne mentionne pas le meurtre de Bardiya par Cambyse

    – On ne mentionne pas l’usurpation de Gaumata

    – On ne mentionne pas l’assassinat de Gaumata

    – On ne mentionne pas l’accession au trône de Darius.

     

    Certains historiens pensent aujourd’hui que Darius a caché la vérité. Selon eux il faut tout inverser. Bardiya tua son frère Cambyse et Darius sauta sur l’occasion pour assassiner Bardiya en le faisant passer pour Gaumata. Darius fit ensuite passer Gaumata pour un Mage. En quoi est-ce important ? Un Mage est un prêtre mède. Pour les Perses, il est inconcevable qu’un prêtre mède puisse s’assoir sur le trône perse. Gaumata serait donc illégitime par essence.

     

    Voyons maintenant ce que nous dit Hérodote !

     

    Hérodote, III, 76-78.

    Les sept Perses, ayant résolu d’attaquer les mages sur-le-champ et sans différer, se mirent en marche, après avoir prié les dieux […] Lorsqu’ils furent aux portes, ce que Darius avait prévu arriva. Les gardes respectant ces hommes très en vue parmi les Perses, et ne soupçonnant de rien de mauvais de leur part, les laissèrent passer sans rien leur demander. Ils marchaient en effet sous la conduite des dieux. Quand ils eurent pénétré dans la cour du palais, ils rencontrèrent les eunuques chargés de présenter au roi les messages. Ces eunuques leur demandèrent quel sujet les amenait ; et, menaçant en même temps les gardes parce qu’ils les avaient laissés entrer, ils firent tous leurs efforts pour les empêcher de pénétrer plus avant. Les sept, s’encourageant alors mutuellement, tombèrent, le poignard à la main, sur ceux qui voulaient les retenir, et, les ayant tués, ils coururent promptement à l’appartement des hommes. Les deux mages y étaient, pour lors, à délibérer sur l’action de Prexaspes. Le tumulte et les cris des eunuques étant venus jusqu’à eux. Ils accoururent, et, voyant ce qui se passait, ils se mirent en défense. L’un se hâte de prendre un arc, l’autre une lance, et ils en viennent aux mains. Comme l’ennemi était trop près, l’arc devint inutile à celui qui s’en était armé; l’autre se défendait mieux avec la lance : il blessa Aspathines à la cuisse, et Intaphernes à l’oeil. Intaphernes perdit l’oeil, mais il ne mourut pas de sa blessure. L’un des mages blessa deux des conjurés; l’autre, voyant que son arc lui était inutile, s’enfuit dans une chambre qui communiquait à l’appartement des hommes. Il voulut fermer la porte mais Darius et Gobryas s’y jetèrent avec lui. Gobryas saisit le mage au corps mais, comme on était dans les ténèbres, Darius craignit de percer Gobryas, et se trouva très embarrassé. Gobryas, s’apercevant de son inaction, lui demanda pourquoi il ne faisait nul usage de la main. « Je crains de te blesser, répondit Darius. Frappe avec ton épée, lui dit Gobryas, même à travers nous deux.» Darius obéit, et, par un heureux hasard, le coup qu’il porta n’atteignit que le mage.

     

    Hérodote, III, 84.

    Les six autres Perses consultèrent ensemble sur le moyen d’élire un roi de la manière la plus juste. […] il fut décidé que, le lendemain matin, ils se rendraient à cheval devant la ville, et qu’on reconnaîtrait pour roi celui dont le cheval hennirait le premier au lever du soleil.

     

    Hérodote, III, 86.

    Lorsque l’aube parut, les six furent présents sur leur cheval comme ils l’avaient convenu. Ils traversèrent le faubourg et comme ils allèrent vers l’endroit où la nuit précédente la jument fut attachée, le cheval de Darius se mit à courir et hennit. En plus du cheval, on vit un éclair dans un ciel calme et on entendit le tonnerre. Cela se produisit pour Darius comme on l’avait convenu. Les autres descendirent alors de cheval et s’inclinèrent devant Darius.

     

    Ici, Darius fait partie d’une conspiration de plusieurs nobles perses destinée à éliminer un usurpateur. Mais il y apparait comme hésitant, sans en être le chef. Tandis qu’un de ses compagnons est prêt à mourir, Darius hésite à frapper.

    Une fois les usurpateurs éliminés, les nobles choisissent le meilleur moyen d’élire un nouveau roi. On décide donc que les dieux décideront du prochain souverain. Darius utilise alors une ruse pour l’emporter.

     

    Dans les inscriptions, Darius a le beau rôle et il réussit à vaincre Ahriman. Mais il cache quand même une bonne partie de la vérité. Chez Hérodote, Darius triche pour parvenir à ses fins.

    Deux choses ressortent néanmoins des deux récits.

    – Darius est noble et il existe une conspiration.

    – Darius n’était pas plus légitime qu’un autre pour succéder  à Cambyse.

     

    Pour finir, j’aimerais parler d’un autre passage d’Hérodote, le 5ème chapitre du livre 7. Il s’agit d’un dialogue entre Mardonios et son beau-frère le roi Xerxès avant la 2ème guerre médique.

    À ces motifs de vengeance, il ajouta que l’Europe était un pays très beau, d’un excellent rapport, où l’on trouvait toutes sortes d’arbres fruitiers, et que le roi seul méritait de l’avoir en sa possession.

    Ce passage posa énormément de soucis aux traducteurs. Qu’est-ce que ça peut faire que l’Europe soit bien pourvue en essences végétales ? Pour un peu on aurait appelé les guerres médiques la guerre du concombre.

     

    Encore une fois il faut revenir au mazdéisme. Souvenez-vous d’Ahura Mazda ! Le dieu parfait a créé un monde parfait et le roi achéménide est son image sur terre. Or Ahura Mazda a une volonté. Il veut réunir tous les animaux et toutes les plantes au sein d’une même entité pour y régner en paix. Des animaux et des plantes réunis quelque part. Est-ce que ça ne vous rappelle rien ? Un endroit paisible, un petit jardin. Un paradis en fait.

    Si l’Europe possède des plantes inconnues en Asie et que le roi des rois doit faire la volonté d’Ahura Mazda, alors le roi des rois doit conquérir l’Europe pour y recréer le paradis voulu par le dieu suprême du mazdéisme. Ce qui revient à l’idée de conquérir le monde pour le diriger dans le but du bonheur commun de l’humanité sous la direction des Achéménides.

     

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Sujet à la fois fort intéressant et quelque peu complexe ! 🙂

    Peut-on comprendre Smerdis comme « l’héritier » ? Étant donné que ce nom (grec ?) a aussi été donné à Bardiya…

    On dit que Ahura Mazda, qu’on pourrait traduire par « Seigneur de la Sagesse », était la divinité centrale dans d’un ancien culte (dit mazdéen ; ou était-ce déjà une religion à proprement parler ?)… Suite à une réforme (liée à un prophète qui fut appelé, par les Grecs, Zoroastre), Ahura Mazda est devenu une divinité unique… et aussi quelque peu abstraite. (Ce qui sous-entend qu’elle était plus « concrète » avant… ce qui me rend un peu perplexe ! 😉 ) Cette réforme serait intervenue au cours du 1er millénaire avant J.-C. !

    À l’époque qui nous intéresse, on a affaire à Darius Ier… Le mage mède Gaumata venait de se proclamer roi de l’empire perse ! Ici, on peut comprendre « mage » comme « prêtre officiel perse ».

    Lorsqu’il est âgé d’environ 28 ans, soit en -522 (ou en 522 av. J.-C. ; c’est comme on préfère !), Darius Ier a renversé ce mage Gaumata… Cela se passait donc alors que Ahura Mazda était considéré comme divinité unique.

    Anecdote : on a certainement tous entendu parler des voitures de la marque… Mazda ! Ce nom a été adopté en 1934 par une société fondée par un Japonais, un certain Matsuda Jujiro. Un clin d’oeil à la divinité Ahura Mazda ? Pourquoi ? En outre, ce nom de Mazda se retrouve(rait) aussi dans la prononciation japonaise du patronyme dudit fondateur…

     

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Oui. Il me semble que Bardiya et Smerdis sont le même personnage.

     

    C’est un peu étrange parce que les premiers Achéménides ne juraient que par Ahura Mazda mais cela changea sous Artaxerxés II. A partir de là le culte d’Anahita se développa et il dura jusqu’à la fin de l’empire sassanide.

     

    A la base, les textes sacrés iraniens et indiens sont très proches. Logique après tout. Mais cela changea avec cette réforme.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.