Post has published by Saganami

Ce sujet a 22 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  elessar, il y a 2 ans et 9 mois.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Bonjour à tous, je me décide moi aussi à rejoindre l’aventure Rôle Play du forum. Ce récit est mon premier, et je l’écrit au jour le jour, bien que j’ai une idée assez précise de la chronologie et des événements. Les sorties seront donc surement irrégulière et plutôt espacées. J’espère néanmoins que cela vous plaira, et que mes délires ne vous donneront pas trop mal au crâne.
    Je tiens à souligner que malgré le titre de ce RP, l’action ne se déroulera pas dans l’antiquité, mais bien dans un futur proche, et ne s’inspire en rien de l’Iliade. Rassurez vous, cette incongruité sera élucidé dés le proloque.
    En tout cas si vous avez la moindre remarque (mise en page, orthographe, style, récit…), n’hésitez pas, toute critique est constructive 😉


    Chroniques de la guerre de Troie, 2121-2147, par Claire Dutertre

    Avant propos

    Le récit que je vais vous raconter est connu de tous, vous l’avez appelé la Guerre de Troie.
    Ce fut un des plus important conflit de l’Humanité, et nous connaissons tous ce qu’il nous a donné. Mais fort est de constater qu’à l’heure ou se dessine une nouvelle frontière avec le départ prochain de l’expédition Proxima-Un, les enseignements de ce terrible conflit disparaissent peu à peu.

    Je n’irait pas jusqu’à parler de propagande officielle, mais les souvenirs qui m’en reste sont en parfois en désaccord avec l’histoire qui est compté par la version officielle. Nous ne devons pas oublier ce qui fit ce conflit, et comment il se déroula, car souvent le défaut de mémoire nous conduit à répéter les mêmes erreurs.

    La Guerre de Troie ne fut pas une révolution spontanée provoquée par le simple désagrégation des méta-nationales intrinsèquement décadentes. Ce fut une lutte acharnée pour la reprise de contrôle de notre destinée. Et comme toute lutte, ce fut le théâtre de gloires, tragédies et regards détournés. Si l’épilogue nous rend fier, la tentation de fermer les yeux face au contraste entre réalité et fantasme est grande. Heureusement, le temps apaise la tension et nous conduit à l’objectivité.

    Ce récit différera donc peu être de la chronologie établie, et s’il se veux objectif, sera peut être entaché de manque ou d’ajout romancé, car avant d’être actrice, je n’était que spectatrice subjective de l’Histoire.

    http://img15.hostingpics.net/pics/111376InnerSolarSystemen.png
    Carte contextuelle centrée sur l’amas des troyens

    L’actuelle Fédération Troyenne regroupe 12 colonies situés dans différent amas du système solaire :

    L’amas des Grecs, appelé “groupe d’Achille”, précèdent toujours la planète Jupiter. Les colonies Achille, Nestor, Agamemnon; Odyssée et Hector sont situé dans cet amas.

    L’amas des Troyens, appelé “groupe de Patrocle”, suivent toujours Jupiter. Les colonies Priam, Énée, Anchise et Patrocle sont situées dans cet amas.

    La Colonie Europa est située sur le satellite de Jupiter Europe, et Galileo regroupe les satellites Io, Ganymède et Callisto.

    Enfin, la colonie Cérès est située dans la ceinture principale d’Astéroïde, entre Mars et Jupiter.

    Prologue

    2131, Bureau de la direction générale de la MetroWorld Corporation, Munich

    ” Vous pouvez entrer ”

    L’homme d’âge intermédiaire s’exécuta et rentra dans le bureau. Malgré son air neutre, on devinait sa curiosité pour la grande baie vitrée, qui offrait une vue imprenable sur le CBD de Munich baignée dans la brume perpétuelle. L’homme corpulent qui tonnait dans un fauteuil confortable le fixait avec un regard de glace, et l’invité se ravisa :


    – Bonjour Mr Oxwald, je suis le Commodore MacMillen.
    – Je sais qui vous êtes, c’est moi qui vous ais invité. La question est de savoir si vous avez compris pourquoi…

    La brutalité du maitre des lieux fit hésiter MacMillen, mais il prit confiance lorsque celui-ci lui indiqua un siège. Il s’exécuta en s’asseyant, et se risqua à une hypothèse :


    – Je crois savoir, étant consultant militaire du périmètre Jovien, je dirait que c’est en rapport avec l’attentat d’Hector…
    – Continuez, répondit Oxwald comme une approbation
    – Heu… Hector vient d’être racheté par la Kabusha, et le collectif de 2121 à vu cela d’un mauvais…
    – Je sais tout cela Commodore ! coupa Oxwald. Un homme de ma position ce doit de reguarder les web-infos… Ce qui m’intéresse, c’est de savoir pourquoi? Qu’est ce que la Kabusha à bien put faire aux 2000 pour déclencher un tel imbroglio?

    Malgré cette réponse cinglante, Oxwald était détendu. MacMillen avait été désarçonné, peu de civil se permettait de le reprendre par son grade. Mais la fin de cette interrogation lui révéla que son interlocuteur n’était pas là pour le mettre mal à l’aise. C’était en effet une question purement rhétorique.


    – Je sais où vous voulez en venir. Vous parlez de l’incident de 3711-B, auquel j’ai participé lorsque je n’était encore qu’aspirant…
    – Précisément. Je veux savoir ce qui s’est passé là bas. Pourquoi la Kabusha à elle fait feu, et comment ont put naitre les 2000 après un tel massacre.

    Les souvenirs étaient encore brulant dans l’esprit de MacMillen. Que ce soit les légères vibrations du Graser principal ou les surréalistes lumières qui s’éteignaient une à une sur l’écran de contrôle…


    – Comme vous l’avez dit, c’était un massacre. A la base, une grève comme beaucoup d’autre à cette période. Sauf que cette fois-ci, les contestataires ont pris le contrôle de la station… Violemment… Le marteau à été chargé de la reprendre, ce qui à déclenché l’attaque des grévistes…. “Oswald fronça les sourcils, comme s’il demandait un éclaircissement”. A mon avis, ils étaient complétement paniqués. Je dit cela parce qu’il n’y avait aucune logique dans leur progression, certain fuyaient, d’autre chargeait et tiraient… Enfin, tentait de s’accrocher à nous avec de vulgaire vaisseau de maintenance pour découper notre coque… Mais le Commodore Kavlaski à simplement vue une attaque, et à tiré sur tout ce qui bouge.
    – C’est quand même spéculatif tout ça… Avez vous des informations qui permettent de confirmer ce que vous dites, qu’ils ne fessaient que ce défendre sous la panique.
    – Je ne connait pas personnellement des survivant de 3711-B, mais je connait les Troyens. Ils n’ont aucune confiance dans les métanats, et les craignent, encore moins la Kabusha, qu’ils estiment la plus brutale…
    – Brutale? C’est à dire ?
    – Et bien, les contraintes de la vie dans l’Espace sont différente de celle de la Terre… Chose qu’on du mal à comprendre les métanats. Le cas de l’air est déterminant. Les employés coloniaux sont incapable de payer les charges sans s’endetter sur plusieurs génération dans certains cas !
    – Taratata… La fable de la vie chère, cela ne prend pas sur moi… Les coloniaux sont bien payés, et de toute façon leur dette est effacée à leur retour…
    – C’est à dire que peu rentrent. Ils fondent des familles, des clans, parfois même des affaires. Ils ne se considèrent pas comme des employés ou des colons. Mais comme des troyens. Ce choix leur rend cependant la vie impossible.
    – Êtes-vous en train de me dire qu’il ne s’agit pas d’une simple action isolée d’illuminés? Mais de… Je ne sais pas, une rébellion ?
    – Exactement, mais permettez moi de rectifier. Il s’agit d’une insurrection.

    Un sourire carnassier ce dessina alors sur le visage d’Oswald. Il avait mené en bateau MacMillen depuis le début, et il avait entendu exactement ce qu’il voulait.

    ” Et bien mon cher Commodore, vous êtes l’homme de la situation !”

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    super continue!

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 12 avril 2012

    très intéressant! ton style est très agréable à lire et j’attends la suite de ton histoire avec impatience.

  • Participant
    Posts2977
    Member since: 12 avril 2012

    En tant que délégué général du cercle diplomatique de l’empire sociocrate Titanien je vous remercie monsieur saganami pour cette histoire don j’ai hâte de lire la suite.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Chapitre I : Premier feu

    7 Novembre 2121, Amas des Troyens – secteur d’Anchise

    La petite fille lisait son livre préféré du moment : Les Chroniques Martiennes. Elle aimait cette histoire de gens qui vivaient pour la première fois sur Mars et y rencontraient des aliens. Elle qui était née ici, à Anchise, elle se demandais s’il elle rencontraient elle aussi des extraterrestre lors de sa vie future. Elle jouait souvent avec ses copains au colons contre les E-T, mais elle trouvait que les garçons étaient trop bête à toujours faire que les aliens soient méchants. Ses douces rêveries furent interrompues par un son particulièrement désagréable.

    Cette alarme répétitive et ternaire, elle savait ce que ça voulait dire : isolation des unités pressurisés. Elle fut vite prise d’angoisse à l’idée du vide qui aspirait tout. Néanmoins, toute petite fille qu’elle était, elle avait reçus une éducation de colon stricte. Mécaniquement et répétant des geste mille fois appris, elle jeta son bouquin qui flotta rapidement dans la direction opposée au mouvement induit. C’est comme cela qu’on se déplace en gravité 0. Cela lui suffit pour agripper une barre d’appuis et elle put se propulser de l’autre coté de la pièce avec célérité. Là, l’attendait la combinaison pressurisée d’urgence. Elle se glissa à l’intérieur comme dans un sac de couchage, et celle-ci s’ajustant parfaitement, elle activa quelques commande et fut bientôt enserrée jusqu’au cou. La suite de la procédure consistait à surveiller le niveau d’oxygène ambiant, afin de se mettre sur la réserve et de se pressuriser totalement que lorsqu’il devienne dangereux. Par le biais de l’écran sur son avant bras, elle pouvait aussi consulter les infos interne de la station 3711-B afin de vérifier la fin de l’exercice, et dans le cas contraire, les consignes d’évacuation.

    http://img4.hostingpics.net/pics/219006asteroidbase.jpg

    ” C’est reparti ”
    Kerley lisait lui aussi les nouvelles. Il ne savait si c’était bon ou mauvais. Mais c’était un fait : la grève reprenait. La petite station d’exploitation minérale était plutôt loin de tout. Facile à contrôler donc. Les 150 mineurs de cette dernière étaient plus ou moins laissés seul avec un idiot comme manager. Ce dernier n’écoutait rien de ce qu’ils avaient à dire, pas étonnant que ça pète !
    L’alarme c’était tue, remplacée par la voix standard de la Kabusha qui scandait « procédure d’isolation en cours » de manière ponctuelle. Classique. Ce scribouillard à tout simplement bloquée toute la station pour limiter les moyens des grévistes comme la dernière fois. On ne pouvait pas dire qu’il innovait. Sauf qu’il avait oublier l’équipe de Kerley.


    – Hé Kerl ! Qu’est ce qu’on fait?
    – Quelle question… on est à une porte de la centrale d’équipement de survie. On ne va quand même pas laisser passer une occasion pareille! T’es avec nous Dorian?
    ” 

    Ce dernier hésita un peu. Les grèves, il s’en fichait. Le manager Durant était un con borné qui ne cèderait pas, et il avait deux facture d’air à payer… Mais les regards insistant de Kerley et Glad le firent changer d’avis. Ces deux là étaient des têtes de mules rancunière, il ne valait mieux pas se les mettre à dos.


    – Bon ça va, le gros Durant va pas s’en tirer comme ça !
    – Yeah Baby, Martians wanna your blood ! répondit Glad, scandant le dernier refrain en vogue sur Anchise-A

    Les deux meneurs se firent alors flotter prestement le long du couloir. Arrivés au bout, ils stoppèrent face à la lourde porte de séparation. Glad brancha alors sa tablette au réseau central


    – Comme on s’en doutaient, l’patron à foutu un d’ses gorilles en surveillance. Il à même pas un pois chiche dans l’crane j’te dit !

    Si ce dernier était si enjoué à l’idée d’avoir à faire une quelconque résistance, c’était tout simplement que la centrale de survie était pressurisée, et donc que la procédure d’isolation serait facile à contourner pour y accéder. Ce qu’il fit. Tout de suite, l’homme en combinaison d’urgence à l’intérieur les interpela :


    – Hé, les marioles ! La station est en procédure d’isolation ! Vous devriez pas être ici… Et d’abord, vous n’avez même pas de combi’. Cassez vous !… Mais!

    Le garde était interloqué car le groupe l’avait littéralement ignoré, se concentrant alors sur les terminaux qui tapissaient la salle. Ils s’activaient à briser la mesure de confinement lorsque le garde se rappela son travail et s’approcha de Kerl pour lui mettre la main sur l’épaule :

    ” Ducon, je te parle, casse…” Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Kerley l’avait coupé d’un rapide uppercut dans l’estomac. Le garde se mit à dériver vers le plafond tel un ballon de fête foraine, mais il se ressaisie et rebondi pour fondre sur Glad, matraque dégainée. Ce dernier pensait la menace écarté et n’avait pas vu venir le molosse. Il reçut alors un violent moulinet du garde qui l’envoya tournoyer plus loin, inconscient. Mais Kerley n’avait pas dit son dernier mot, il s’était jeté de toute sa force depuis l’autre coté de la pièce, jambe en avant. Juste avant le contact, il détendit son genou et son pied écrasa le nez de son adversaire. Ce dernier se pris le visage dans la main, et dans un geste rapide vers la taille, il déclara à Kerley ” Toi, t’es mort!” , et dégaina son arme de service. Dorian avait assisté à la bagarre comme pris dans du roc, ébahis par la brutalité soudaine. Le garde avait atterrit juste à coté de lui suite au coup de Kerley. Mais il réalisa alors se qui se passait, hélas trop tard. Il se jeta vers le garde pour tenter de le maitriser avant que tout ne s’aggrave. Mais l’arme était déjà braquée sur son collègue, et la détente déjà pressée. Le choc de sa charge étourdis légèrement Dorian, qui au lieu de prendre une prise, se retrouva à valdinguer entre Kerley et le garde. Dans la ligne de mire. Mais ce dernier ayant complétement oublié qu’il avait trois opposant, et la fatigue de la bagarre aidant la surprise, il avait lâché son arme qui dérivait maintenant lentement vers Dorian.

    Il n’avait pas le choix. Il fallait la saisir. L’homme en face de lui compris alors ce qui se passait, mais n’ayant aucun point d’appuis, il ne pouvait empêcher se qui allait se passer. Ce dernier eu quand même le réflexe de tendre la main vers son arme, les doigts battant dans le vide. Dorian lui aussi faisait de même, et bientôt il effleura le canon. C’est alors que tout s’accéléra. “Va y! crève le !” . Et il le fit… Le coup était partit sans réfléchir lors du hurlement de rage de Kerley qui l’avait invectivé.
    Le garde était déjà dans les limbes, et le sang s’écoulait de sa poitrine tel une bulle informe et tremblante, éclatant par moment en perles dérivantes et écarlates.

    Le souffle court, Dorian regarda alors le corps sans vie de celui qui n’était que “le garde”, et se rappela alors son nom. Il le connaissait évidement. Tout le monde se connaissait sur 3711-B, et il n’y avait que deux garde dans ce trou de l’Espace. Comment cela avait il put arriver? Derrière, Kerley grognait de douleur, et lui aussi saignait. L’odeur de fer rouillé se mélangeant à celle de la poudre et de la sueur était devenu insupportable. Dorian y ajouta celle du vomis.

    ***

    PS : j’ai sectionné en deux le chapitre 1 afin que ça ne soit pas trop long (et parce que je n’était pas réellement satisfait de la suite). Dites moi si vous préférez des chapitres entiers ;).

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le récit est toujours très plaisant à lire. Un seul mot: continue!

  • Participant
    Posts2977
    Member since: 12 avril 2012

    Merci pour se chapitre. 😉
    Personnellement je ne voit pas d’inconvénient à ce que tu fasse des portion plus longues,le texte est prenant et digeste,la lecture est donc un réel plaisir.^^

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    En tout cas, merci de vos encouragement, cela fait vraiment plaisir 😉

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 12 avril 2012

    géniale Sgaga tu es désormais mon rival de la fiction >_<

    comme vauban moi je ne verrais pas d'inconvénient a lire des chapitre plus long.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012
    ***

    ” Procédure d’isolation terminée, pression rétablie et uniformisé ”
    Les 96 hommes et femmes massées dans le réfectoire levèrent le yeux vers l’écran principal, un peu surpris. Apparemment, le manager Durant avait cédé. Mais pour quelle raison? La dernière fois, ils s’étaient fait prendre aussi dans ce piège, et devant l’oxygène qui allaient manquer, ils avaient décidés de remettre ça à plus tard. Depuis le manager contrôlait allées et venu via les portes de confinement et veillait à ce que jamais un groupe de plus de 5 personne ne se trouvent dans la même pièce. Le travail avait put reprendre sous ce rythme de chef d’orchestre pendant 1 mois. Ce n’est que par une cyber-attaque franchement illégale qu’ils avaient put se défaire de cette emprise, mais leur manque de coordination les avaient empêche de prendre les systèmes vitaux centraux avant d’être pris au piège à nouveau. Bref, une grève comme une autre, qui prenait fin généralement après le changement d’équipe. Lorsque cela tardait, le manager devait accorder des largesse sur les contrats afin que la production ne soit pas paralyser indéfiniment. Mais cette fois-ci, ils étaient à nouveau libre de leurs moyen, et quelques heures seulement après le début du bras de fer. Ils reçurent alors la réponse à cette incongruité par le canal de communication général.

    ” ici Dorian Dutretre, j’ai besoin d’aide ! ”

    ***

    Cheng Ha Zho, chef d’équipe respecté, entra avec 4 autre mineurs dans la centrale d’équipement de survie. Il découvris alors la scène terrifiante. Kalitchenski gisaient, se balançant mollement en apesanteur, et Kerley était blanc comme un linge était soutenu par Glad qui lui faisait un point de compression. Sang et vomi flottait un peu partout et se collait à toute les surface qu’ils rencontrait. Une vrai scène d’épouvante si elle n’était baignée dans l’éclairage criard des néons. Dans un coin de la pièce, Dorian Dutetre se tenait la tête. Mais lorsqu’il les vit, il la leva vers eux et dit en français :

    ” Chef, c’est un accident ”

    ***

    Le Manager Alex Durant se rongeait les ongles dans son bureau. La situation lui échappait méchamment… Il attrapa son mug de café et en aspira une gorgée par la paille. Si seulement il savait casser les codes de cloisonnement, il pourrait sortir d’ici et peut être trouver cet idiot de Garner et reprendre le contrôle de la station. Au lieu de ça il était bouclé là comme un vulgaire… gréviste. Oui, la situation s’était inversée. Enfin, pas totalement

    ” Ici le Commodore Kavlaski, à vous ”

    Heureusement, son canal privé échappait encore à ses geôliers. Durant s’était résigné à appeler le Marteau qui était en approche depuis 5 jours pour la relève d’équipe qu’il avait demandé il a de ça 1 mois, lors de la précédente grève. Devant son incapacité à se sortir de là, il n’avait pas eu le choix

    ” Donc si je comprend bien, vos gréviste ont tué un des gardes? Demanda une voix calme.
    – Exactement. Il ne me disent plus rien depuis qu’il m’ont annoncé ça. Mais je ne sais même pas si c’est vrai…
    – Quels sont les moyens offensifs et défensifs de la station?

    Blême, Durant répondit :

    “Heu… Comment ça? Il s’agit d’une station de minage, pas d’un bunker ! Et puis, je ne vois absolument pas pourquoi vous me demandez cela ! Rentrez et reprenez les systèmes vitaux tout simplement… Il n’est pas nécessaire de…
    – A vrai dire si, Monsieur Durant. Vos employés ont tué un homme, et doivent donc être arrêté pour être jugé par une cour de Justice Japonaise, pays où réside le siège social du propriétaire de l’installation, comme le stipule le traité de l’Espace. Il s’agit d’un crime, et la solution ne peux donc pas se réglée seulement en interne avec la Kabusha. De plus, il vous détiennent clairement en otage.

    Le Commodore Kavlaski avait déclaré tout cela d’une traite sur le ton de la leçon, comme s’il tenais à montrer la droiture de sa position. Le temps d’arrêt laissa à Durand le temps de répondre :

    ” On ne peux pas les berner?
    – Je préfère ne prendre aucun risque. L’abordage est dans mes prérogatives étant donné l’usage de violence, mais cette dernière implique la prise en compte de tout les scenarii possible. Et l’un d’eux implique une continuité de l’usage de la force, et donc la nécessite de défendre le Marteau ainsi que l’équipe d’abordage. Je veux savoir, en conséquence, les capacités offensives et défensives de la station, et c’est valable aussi pour les moyens non militaires détournés à ces fins.

    Durant réfléchit un long moment, puis s’exécuta :

    ” La catapulte électromagnétique, qui sert à propulser les conteneurs sur orbite de transfert vers…
    – Capacité motrice? Coupa sèchement Kavlaski.
    – 2 Giga-joules, répondit avec fierté l’administrateur, comme si ce joujou lui appartenait réellement et que cela pouvait clouer le bec à cet officier désagréable.
    – De quoi pulvériser n’importe quoi… répondit assez sombrement l’officier, puis il poursuivit sur un ton amical. Merci administrateur Durtrant, ne vous inquiétez pas la cavalerie arrive !

    En plus il s’accordait le droit d’écorcher son nom… Non mais vraiment, quel homme prétentieux ! Cela dit, il le sortirait bientôt du pétrin même s’il devrait supporter ses fanfaronnades jusqu’à la fin de la relève. Tout les officiers du service spatial de sécurité en font des tonnes, ces question n’étaient probablement que des précaution sans incidence. Il fallait se concentrer afin de préparer sa défense pour légitimer ce fiasco auprès de la direction. Durant inspira profondément pour faire le vide, et alluma une cigarette.

    ***

    PS :
    voilà la suite avec beaucoup de retard. La suite dimanche (elle est déjà écrite ;)). Je ne suis pas très content des dialogues dont je n’apprécie pas la mise en page… Il semblerait que j’ai oublié mes cours de 5 ième en la matière :D. Dites moi si cela va.
    Ensuite, j’ai décidé de ne pas publier les chapitre entier (le premier fait 9 pages…)
    Enfin, je ne met plus d’image. Je ne trouve que des représentation naïves à la Star Wars, ce qui ne correspond pas du tout à mon univers. Je vous donnerait cependant des plans très simples, des cartes ou des schéma de champs de batailles 😉

  • Participant
    Posts1004
    Member since: 12 avril 2012

    Tres bien imaginé et tres bien écrit, continue comme ça ;).

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 12 avril 2012

    ah depuis le temps que je l’attendais 🙂

    super continue a nous faire rêver.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Continue donc, c’est de plus en plus génial!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Le récit est sympathique en effet, même si cela mériterait parfois de rajouter des détails sur les émotions & sentiments des personnages pour accroître l’immersion et ainsi permettre au lecteur de s’y identifier.

    Sinon pour les dialogues il y a deux options :

    soit
    Tartempion s’exclama :
    « Bonjour !
    – Salut », lui répondit Untel en souriant.

    ou alors
    Tartempion s’exclama :
    – Bonjour !
    – Salut, lui répondit Untel en souriant.

    Personnellement, j’opte pour la seconde option, car sans les guillemets c’est moins contraignant à écrire. Après il faut être suffisamment explicite pour que le lecteur comprenne là où c’est la réplique du personnage et là où ce sont des précisions sur la manière dont il la formule : “en souriant” ou encore tous les verbes du type : “répondit”, etc.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    A 600 km de la station, le Marteau replia ses contrepoids, et stoppa sa rotation progressivement. Ceux-ci étaient reliées au fuselage principal par de long filins fragile de 10 km chacun. Ainsi, les contrepoids qui conservaient les quartier d’habitation étaient maintenu en pseudo-gravité par la force centrifuge. L’opération ne dura pas plus de 10 minutes, et lorsque l’étanchéité du système de survie et des conduits supra conducteurs fut confirmée, le Marteau entama une rapide manœuvre de lacet.

    C’était le dernier cri en matière de torpilleur, les fer de lance d’une flotte spatiale moderne. Au repos avec ses contrepoids dépliées, les dissipateur tisé entre les filins tel des voiles le faisait ressembler à un simple morceau d’étoffe de taille colossale. Replié – apte à la manœuvre – il avait plus l’air d’un mince crayon long de 500 mètres. A la poupe, un superbe moteur Ionique de capacité militaire lui assurait une mobilité exceptionnelle, soutenu par les nombreuse bouche d’attitude latérales. A la proue, l’armement principal, soit un canon ionique d’une puissance d’un demis Giga-Joule. Cette faible puissance était compensé par une cadence de tir très élevé de 100 coup par heures. De plus cet armement était relativement nouveau. Sur les flancs se déployait rapidement les tourelles-laser qui servaient à l’appui, guidage et contrôle de tir. Enfin l’armement qui en faisait le bâtiment d’une telle classe : des boucliers à absorption quantique, tout simplement invulnérable au armes laser. La couverture n’était pas totale, laissant toute une bande à découvert dans le plan du navire, ne couvrant que le « haut et le « bas », soit ce qui était nécessaire pour ne pas interférer dans l’armement et le moteur. Certains annonçaient déjà la fin du torpilleur du fait de cet équipement révolutionnaire. En ce jour cependant, rien ne pouvait résister à un tel navire. Déjà le puissant canon était braqué vers 3711-B, et faisait feu.

    http://img11.hostingpics.net/pics/445576marteau2.jpg

    Trois heures plus tôt, trois corvettes d’abordage avait été larguées en direction de 3711-B. Elles étaient maintenant en approche finale, mais personne n’avait put remarquer ces nefs furtives. La première entra bientôt dans le périmètre de détection. Ce fut quasiment simultané avec l’impact de la masse de particule lancé à vitesse quasi luminique par le Marteau. La catapulte électromagnétique entra directement en fusion et se désintégra. Plus rien ne menaçait les lourdes corvette, qui percutèrent sans sommation la structure de l’installation minière. Elles étaient conçues pour éperonner directement la cible, afin d’éviter les graves conséquence d’un assaut par sas. L’éperon déchira sans mal les entrailles de fer d’une coursive qui dévidait déjà son air dans le vide. Mais immédiatement une mousse auto-colmatante fut déversé afin de briser l’épanchement. Puis l’éperon s’ouvrit. De cette bouche sombre, sortirent bientôt 10 hommes en armure de combat, fusil d’assaut épaulé et déjà prêt à faire feu sur quiconque leur barrait le chemin.

    PS : encore merci de vos encouragement. Ils me sont indispensables pour continuer cette saga qui me fait souvent douter de mes capacités d’écriture. C’est pas du grand art, mais j’essaye de faire le nécessaire pour vous maintenir accroché, malgré le manque de régularité des parutions. J’espère que vous avez apprécié le dessin du Marteau ;).
    Maxsilv, comme on en a déjà conversé, c’est vrai que j’ai beaucoup de mal pour donner de la profondeur à mes personnages. Cela dit si tu veux de l’émotion, c’est prévu par la suite 😀 (et ce écrit avant même ta remarque. Et merci pour le rappel de grammaire ;).
    Prochaine parution en fin de semaine !

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 12 avril 2012

    Super sujet Saganami,continue et ton style d’écriture est très plaisant 😉

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Merci Elessar. Je n’ai pas abandonné ce projet, mais il est vraiment en pause actuellement…

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 12 avril 2012

    Avec l’accord de Saganami, je reprends le RP qui s’était arrêté il y a si longtemps 😉 .
    Voici le nouvel épisode bonne lecture 😉 :

    Chroniques de la guerre de Troie
    2121-2147

    Dans la mégalopole nord européenne, secteur Munich, Siège de CMMA(Center München Metallurgie ausserplanetarischen (centre munichois de Métallurgie extra planétaire))Mr Von Schwarz, le PDG de l’entreprise est inquiet des dernières nouvelles, qui apparaissent sur son journal holographique:
    _“ Des mineurs de Kuiper ont refusé de travailler, chose sans antécédent depuis 20 ans! Il semble qu’un des gardes a été tué par le comportement animal des révoltés, heureusement que l’assaut a été donné voilà quelques minutes pour empêcher tout autre mort du côté des administrateurs et autres dommage matérielle“ La nouvelle ne plaisait guère au vieil homme âgé d’alors 145 ans depuis une semaine mais qui en paraissait la soixantaine, comment allait il faire lui dans 3 mois sans matière première!
    _ “ Je vais devoir refusé des commandes“ pensa t’il, c’est dommage, le robot défouleur marchait si bien, de même que pour toutes les parties du corps robotique, depuis que la Loi 1454533-124353232 avait été voté autorisant à un homme d’être un cyborg et confère au robot des droits fondamentaux qui d’après le vieil Hubble :
    _“était une grande avancé dans la compréhension robotico humaine.“ Maintenant c’était le mariage humano robotique qui faisait la Une des journaux holographiques, qui entrainait bien sûr des troubles entre les évolutionnistes et les conservateurs qu’on traitait d’Universitaire,
    _ “C’est vrai que durant mes 10 premières années jamais on aurait pensé une tel chose possible, m’enfin le monde évolue pareille que les mœurs“ dit il à voix basse.
    _“Pareille que nôtre compte en banque!“ dit un homme d’apparence asiatique qui venait de rentrer dans le bureau, le PDG le regarda avec des yeux écarquillés comment avait il put entendre cela?,
    _ “ Désolé“ fit l’homme d’âge mur,“ J’oublie toujours de baisser la sensibilité de mon appareil auditif, faut dire qu’il y a 100 ans on ne pouvais pas tout entendre avec un appareil auditif, je le sais j’en avais eu un pour mes 64 ans.“ L’homme en question été le grand patron de la Kabusha:Otoma Naga l’un des hommes les plus riches et les plus vieux du monde, ses frasques faisaient régulièrement la une des journaux.
    _ “toutes mes condoléances, Mr Naga pour vôtre station minière, je sais que les pertes seront lourdes et vous risquez de baisser de 5 places dans le classement journalier des plus grosse fortune et ceux pendant au moins un mois!“ Dit le bavarois,
    _ “Vous risquez de passer momentanément devant moi, mais je ne suis pas là pour ça, je veux renégocier un contrat avec vous, notamment pour transformer ces ouvriers improductifs en Cyborgs, pour qu’ ils soient plus productif, et rattraper le retard accumulé, tout en s’en mettant plein les poches!“ Dit le Japonais, pendant son interlocuteur ouvrit une boite à cigare et l’interrompit pour lui en proposer un, l’asiatique refusa et surenchéri “et je veux le dernier modèle, pas de la camelote! Tout en aluminium renforcé titane“ Von schwarz alluma un cigare prit une bouffée du Cigare et dit:
    _“ il vous faut l’autorisation des dits ouvriers pour une tel opération, et vue les circonstances actuels ça m’étonnerai qu’il accepte…“ Le PDG japonais devint rouge de fureur et dit tout en expiant sa colère sur un trombone prit sur le bureau:
    _“ Ils accepteront…“

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 12 avril 2012

    Etant donné que le RP est en pause depuis deux ans je me propose pour prendre la suite,Saganami,elessar êtes-vous d’accord?

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 12 avril 2012

    Non je comptais le reprendre après le bac, on a passé tellement d’heures sur Skype pour développer la trame, les personnages, les technologies, les systèmes sociaux que je me dois de le continuer^^.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 12 avril 2012

    Ah ok j’ai cru que le projet était abandonné,désolé.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 12 avril 2012

    Nouveau chapitre 🙂

    Chronique de la guerre de Troie :

    Lieu Jupiter, Titan, Chrysopolis.

    « Voilà 40 ans que les humains avaient installé la 1ere colonie sur Titan ; mais le vote sur les intelligences artificiels avaient poussé bon nombre de terrien dont de nombreux grand diplômé à venir s’installer définitivement sur Titan, et à couper les ponts avec la métropole. Les terriens les ont appelé universitaires (du fait de leur diplôme) ou antiques(ils refusés la robotique dans sa forme évolué), ils se trompèrent car nous sommes les véritables humains… »

    « Je Trouve cette IA, particulièrement endoctriné par nos algorithmes, heureusement que ces choses ne sont pas plus développé. » dit Alexis Aristote, 2nd du service diplomatique des universitaires.

    « Encore heureux,c’est bien pour cela que nos géniteurs se sont enfuis de la Terre, impur et souillée par la robotique, c’est pour ne plus avoir d’IA avec un libre arbitre ou des ordinateurs trop intelligent et indépendant, il est bon quelques fois d’aller au musée pour se remémorer tout ça. » dit Alexis Démosthène sous officier préposé aux défenses de Titan.

    « Te souviens-tu quand nous étions jeunes dans nos poules d’éducation ? Nous étions dans la poule Alexis 1-324 ».

    « Bien sûr, nous étions dans une poule du début de l’alphabet grâce aux matériels génétiques exceptionnels de nos géniteurs, à l’époque tu étais déjà l’Alpha Aristote, le meilleur parmi nos 26 frères et sœurs…Tu terminas Alpha à 16 ans et moi Delta »

    « C’est pour cela que j’ai un poste plus élevé que le tiens, attend c’est l’heure de mes pilules, contre le vieillissement, n’oublie pas que c’est grâce à elle que les premiers peuvent vivre dans un corps éternellement jeune. »

    « Combien a le vieux diplomate déjà ? Tu dois le savoir t’es dans son service. »

    « Il s’en orgueil d’être l’Homme le plus vieux de Titan, il a 150 ans et comme nous tous il n’a pas une ride. »

    Les deux amis sortirent du musée pour se rendre en tube à pression dans le centre ville, plus particulièrement dans le centre ville, Alexis Aristote avait rendez-vous avec le haut conseil de Titan, une nouvelle importante d’après le message.

    « Je me demande ce que te veux le haut conseil, malgré ton intelligence, ça m’étonnerait que tu puisses obtenir un poste plus haut que le tiens bien que tu es eut un vote favorable au sein de ton service pour monter en grade. »

    « Tu es tout simplement jaloux mon ami, parce que tu t’es fait rétrograder par vote bien que je dois dire que ce n’était pas mérité, mais bon quelle idée de se faire plaisir avec la femme de ton supérieur sans son consentement ! » dit Aristote de manière ironique et arrogante, il savait que cette manière de s’exprimer allait rendre son ami fou de rage, bien plus que ses paroles.

    « Tu dis ça car tu es un Alpha, tu peux avoir toutes les femmes sans besoin de consentement ! » dit Démosthène irrité.

    Les deux compères se trouvaient maintenant devant le parvis de l’immeuble central, là ou est le gouvernement de Titan.
    « Nous y voilà, Aristote, je suis toujours impressionné par la taille de ce gratte-ciel il doit faire dans les 700 mètres. »

    « Moi ce qui m’étonne le plus c’est le fait qu’on se trouve sous des tonnes d’eau et que la bulle artificiel tienne toujours, jour comme nuit. »

    Une fois arrivés dans le hall du gouvernement, Aristote fut le seul habilité à aller jusqu’au dernier étage, il rentra dans une pièce ronde avec un plafond de verre, les membres du haut conseil était assis sur des sièges en lévitation.

    « Approchez Alexis Aristote ». Dit l’Alpha absolue le chef du haut conseil.
    Alexis se plaça donc au centre de la pièce.

    « Vos résultats sont plus qu’impressionnant, et le vote du service diplomatique a fait de vous quelqu’un de célèbre dans les hauts cercles, avoir autant de soutiens à un si jeune age. C’est pour cela que le conseil vous nommes Grand Drongaire(amiral en chef) de la Flotte de guerre. »

    Aristote resta abasourdie par la nouvelle, le poste de grand Drongaire était un des postes les plus haut dans la Hiérarchie, il permettait d’accéder à toutes les pièces et tout les dossiers secrets de Titan, sans compter le prestige qu’apporter ce poste. Une fois ses esprits retrouvé Aristote dit ceci « Pourquoi moi ? »

    L’Alpha absolu répondit « Vous êtes le plus apte, courageux, sarcastique et indépendant. Et votre habilité chez les diplomates nous a convaincu. De plus nous sommes sur le pied de guerre d’après nos information une loi autorise les hommes à se mélanger avec des machines, ces choses répugnantes…Partez maintenant nous avons fort à faire ! »

    Aristote parti le sourire aux lèvres.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 12 avril 2012

    Lieu Jupiter, Titan,Chrysopolis :

    Aristote sorti la tête haute du bâtiment, Démosthène se précipita vers son ami :

    _ «  Alors comment ça s’est passé avec le conseil là haut ? 
    _Mieux que ce que je ne pouvais espérer, je suis rentré en tant que second diplomate, et je suis ressorti en tant que grand Drongaire ! »
    Affirma t’ il avec une nouvelle lueur dans les yeux, une lueur qu’on avait pas vu depuis longtemps, et qui laissait entrevoir un rapport avec le divin.
    « _Quel avancement dis moi, je n’aurais jamais cru que les votes dans les cercles diplomatiques s’étaient si bien passé pour toi. »
    Sur ces paroles leurs montres sonnèrent.
    _ «  Il est temps de notre don mensuel de gamètes, allez vient Démosthène. »
    Chez les universitaires, l’acte sexuel n’était qu’un divertissement comme un autre, le fait de n’avoir qu’un seul partenaire d’ailleurs était vu comme une tare mentale, mais ce n’était point dans un but reproductif. Les adultes quant à eux font un don mensuel de gamètes pour assurer une croissance démographique, les enfants grandissent dans des placentas artificiels. Dans un but de variété génétique, les gamètes de citoyens supérieurs sont mélangés avec celles des citoyens dit inférieurs. Les enfants à leur naissance sont confiés à des unités nourricières dont le but est de les faire grandir jusqu’à l’âge de 3 ans, le temps qu’ils apprennent à parler.
    Puis l’on arrache ces jeunes enfants à ces unités au prix de nombreuses larmes, et ils passent les test de niveau 1. Ces tests on pour but de former les 1ères poules celles qui s’étalent de l’âge de 3 à 7 ans, durant le premier apprentissage. Puis vient le GRAND teste celui qui décide de l’avenir de tout un chacun, et forme les poules définitives de l’âge de 7 à 16 ans.
    Les enfants de ces poules sont toujours ensembles, en classe, en dortoirs, en sport, tout le temps. On met un enfant. Le nom donné à cette poule sera le prénom des ses composants. Une poule est composé de 26 enfants mixtes, ils sont choisis selon le score qu’ils ont obtenu, l’on mélange les meilleurs résultats avec les mauvais ; le but étant de permettre aux meilleurs de s’exercer au commandement et au leadership, une poule est déjà hiérarchisée.
    A 16 ans ils passent le test décisif, celui dont dépend le reste de leur existence. A ce moment ils reçoivent un autre nom en rapport avec leur classement l’Alpha aura un nom qui commencera par A ainsi de suite. Dans cette société inégalitaire, les alpha reçoivent un traitement génétique qui leur permet de vivre éternellement ; à condition de prendre des pilules tout les jours. Ils peuvent assouvir leur bas instinct sur n’importe quelle personne, le consentement étant alors optionnel. Ils sont aussi habilités à faire leur étude dans la branche de leur choix, ils sont bien sûr prioritaires, La durée des études étant indéterminé pour eux et il ne fait aucun doute qu’ à la fin ils reçoivent les meilleures propositions.
    Après leur affaire dans le bâtiment reproductif, Aristote quitta Démosthène pour aller chercher son nouvel uniforme dans le bâtiment central de la flotte de titan. Il se déplaça toujours par tube à air comprimé vers une bulle de verre de diamètre inférieure à l’extérieur de Chrysopolis, cette bulle relié par un tube de verre à la ville nommée :la sphère martiale.
    C’est dans cette sphère que vivaient les soldats du commun avec pour seule compagnie l’administration martiale , les officiers quant à eux vivaient dans la grande ville.
    Le nouvel homme fort de l’armée se rendit dans le palais martial, un palais style classique, période artistique qui passionne les universitaires vous en conviendrez. Il passa donc sous une porte cerclée d’or avec une face sculptée couronnée de lauriers. A l’intérieur le parquet était de Style hongrois avec des miroirs de toute par.
    Il se présenta au bureau central, et étant donné la rapidité que l’on connaît à l’administration il du attendre 3h avant d’être autorisé à rentrer dans son bureau. Il disposait d’un bureau ouvragé, d’un secrétaire, d’une décoration fourni en tableau et le reste des murs étaient des écrans qui fournissaient la décoration choisi, mais il lui manquait l’essentiel, l’uniforme…
    On lui fourni un uniforme boutonné d’or, et de couleur cramoisi, seul le grand drongaire a droit à cette couleur, c’est pour cela qu’il porte le surnom de « Grand Cramoisi ». Les vices amiraux ont un uniforme de couleur cardinal, vous devinerez aisément leur surnom.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.