Post has published by Nicopoleon 1er

Ce sujet a 16 réponses, 10 participants et a été mis à jour par  Solduros_390, il y a 5 ans et 5 mois.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Alexandre le Grand

    Il naît à Pella, capitale du royaume de Macédoine, en juillet 356. Il est le fils de Philippe II et de la princesse Olympias, fille du roi des Molosses (en Epire, le pays d’Achille).
    Le père d’Alexandre, Philippe II de Macédoine, avait projeté de monter une expédition contre les Perses qui constituent une rivale dangereuse. Mais Philippe fut assassiné (336) avant d’avoir pu réaliser ses projets. Dès son avènement, à 20 ans, Alexandre proclame sa volonté de poursuivre l’oeuvre de son père.

    Après avoir soumis la Grèce, Alexandre repre nd l’idée de son père et se tourne vers l’Asie Mineure.

    L’expédition d’Alexandre contre la Perse a été une des plus grandes entreprises militaires de l’histoire.

    La bataille de Granique :

    Après avoir passé le détroit des Dardanelles en -334, Alexandre affronte une première fois les perses près du fleuve le Granique. Alexandre dispose d’environ 40 000 hommes. L’armée perse est bien plus nombreuse : 120 000 soldats et 20 000 mercenaires, mais ses chefs, Darius III et Memnon, sont divisés et préconisent des tactiques différentes. Alexandre remporte sa première bataille en Asie.

    La bataille d’Issos :

    En -333 av. J-C, il croise à nouveau les armées de Darius III à Issos. Darius subit une sévère défaite : 100 000 soldats perses sont tués et seulement 450 dans l’armée d’Alexandre. A la suite de cette bataille, Darius s’enfuit vers l’Est..

    Le siège de Tyr :

    Les perses ont perdu à Issos mais ils dominent toujours la Méditerranée. C’est pourquoi, Alexandre s’empare de tous les ports pouvant approvisionner les bateaux perses.

    En -332 l’un de ces ports résiste : c’est Tyr, située au Liban actuel. Il a fallut 7 mois de siège à Alexandre pour s’en emparer, 8 000 Tyriens sont massacrés et 30 000 sont vendus comme esclaves.

    La bataille de Gaugamèle ou d’Arbèles :

    Cette bataille d’importance capitale dans la vie d’Alexandre se déroula en -331 dans la plaine de Gaugamèle près de l’ancienne ville d’Arbèles.

    Ce fut la dernière bataille où Alexandre affronta les perses. Ce fut aussi une victoire définitive face à Darius, qui, abandonnant ses soldats, s’enfuit dans les montagnes. Alexandre le poursuit, Darius sera assassiné par des satrapes.

    Cette éclatante victoire permit à Alexandre d’entrer à Babylone et de se proclamer roi des perses. Ce royaume agrandit considérablement son empire. Le jeune roi est vite surnommé Alexandre le Grand ou le Conquérant

    La conquête de l’Inde et la reconnaissance du Golfe Persique

    La Perse orientale soumise, Alexandre peut enfin se diriger vers l’Inde qui était son but depuis déjà plusieurs années. Aux yeux des Grecs, c’est un pays peuplé d’êtres fantastiques et regorgeant de merveilles.

    Il descend dans le bassin de l’Indus, puis se dirige vers l’Hydaspe, limite du royaume perse. Au-delà se trouve un roi très belliqueux, Pôros, qui veut interdire aux Macédoniens de franchir le fleuve. Par une ruse Alexandre réussit néanmoins à le franchir mais le combat avec Pôros et son armée, renforcée d’éléphants, est meurtrier. La vaillance de Pôros, sa dignité dans la défaite conquièrent l’estime d’Alexandre qui le traite en allié.

    Cette dernière bataille, si pénible, fut la dernière : l’armée, qui s’est avancée, en pleine mousson, presque jusqu’au Gange (limite extrême du monde connu) se mutine, refuse de poursuivre sa marche et exige d’Alexandre de rebrousser chemin immédiatement. Alexandre ne peut que céder.

    Il revient donc vers l’Indus et descend au sud en direction de l’océan Indien en traversant, au prix d’atroces souffrances et avec des pertes énormes, le désert de Gédrosie. Il sépare les troupes en trois, les plus vieux passent par le Nord, d’autres commandés par Alexandre passe par le désert de Gédrosie et enfin, le troisième groupe part par la mer pour explorer les côtes du Golfe Persique.

    De Suse, Alexandre revient à Babylone, où il entreprend de nombreux et vastes travaux. Il méditait certainement d’autres expéditions lorsqu’il est brutalement pris par une fièvre maligne qui le terrasse en une dizaine de jours (juillet 323).

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Merci beaucoup !
    Certain d’entre vous connaissent surement dja tout ça, mais en tant que néophite, j’avait tendance à me perdre parmis toutes ces bataille 🙂

  • Participant
    Posts15
    Member since: 12 avril 2012

    le siége de Tyr et la bataille de Gaugaméles je reste toujours admiratif dommage qu’il meurt si jeune j’aurais été curieux de voir si il perdrait …

  • Participant
    Posts538
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai lu quelque par je crois que lors du siège de Tyr, des soldats d’Alexandre portait des javelots rattachés a une corde, il envoyait le javelots dans le bouclier de l’ennemi et a plusieurs il tiraient sur la corde. L’ennemi devaient alors lacher son bouclier et alors il se retrouvait sans défense. 🙁

  • Participant
    Posts2176
    Member since: 12 avril 2012

    C’est l’inverse. Les Phéniciens balançaient des javelots sur les boucliers macédoniens et tiraient pour les désarmer.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Cette tactique était vraiment efficace?

  • Participant
    Posts2176
    Member since: 12 avril 2012

    Diodore (si je me rappelle bien) affirme que cette tactique marchait bien et que cela permettait d’infliger “de lourdes pertes” aux Macédoniens. Maintenant, avec le Sicilien, il faut toujours lire jusqu’au bout. Parce qu’à l’Hydaspe, les Indiens infligèrent aussi beaucoup de pertes aux Hellènes et en fait, il mentionne juste 500 ou 1000 morts. Donc si ça se trouve, il y eut 10 pertes du côté d’Alexandre et Diodore estime que c’est lourd 😆 .

  • Participant
    Posts538
    Member since: 12 avril 2012

    C’est vrai que quand j’ai lu qu’Alexandre avait perdu 1000 hommes contre les indiens et que c’était sa victoire la plus serrée, ça m’a bien fait rigoler. Faut dire qu’avec son génie militaire.

  • Participant
    Posts387
    Member since: 12 avril 2012

    Moi ma connaisance d’Alexandre se rèsume au film “Alexandre”(Justement)de je sais plus qui

  • Participant
    Posts2625
    Member since: 12 avril 2012

    Très bon sujet, tu as d^u en suer pour faire ce travail. 😉

  • Participant
    Posts116
    Member since: 12 avril 2012

    Il faut aussi parler de son éducation philosophique et de sa passion pour l’illiade de D’Homère qui l’a inspirée dans son épopée.Et des anecdotes :
    -Alexandre coupant le nœud Gordien dont on disait que celui qui le denourai serai maître de l’Asie
    -En Égypte les moines du temple d’Amon lui disant que son père n’est pas mortel

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    C’est le noeud Gordien 😉

    Et je dirais même plus! Il a carrément été désigné comme “Pharaon” d’Egypte, ce qui n’est pas rien dans la mesure où cela lui a garantie la fidélité de l’Egypte.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 12 avril 2012

    Non Ragnarock la phrase en grec avait deux sens possible et bien sur Alexandre a pris celle qui l’arrangeais.

  • Participant
    Posts116
    Member since: 12 avril 2012

    Dsl si j’avais écris nœud Gardien mais c’est mon portable qui écrit ce qu’il veut quand il comprend pas .
    Après j’ai dit ça pour que l’on parle un peu du mythe que cet homme à créé tout seul. Les croisés l’identifiaient ccomme le plus grand des leurs et un ville chinoise pense avoir été fondée par lui alors qu”elle est en mer de chine!!
    Si ça c’est rien alors je laisse tomber.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    C’est une particularité de l’illustre personnage qu’est Alexandre le Grand, on ne sait pas où s’arrête le mythe. Avec tout ce qui a été écrit ou dit à son sujet, on peut aller jusqu’à se demander si tout ça n’est pas qu’une légende? Bien sûr l’archéologie nous a prouvé que cet homme a réellement existé, mais il a réussi à se faire en quelque sorte déifié.
    Pour de nombreuses personnes tout au long de l’histoire, Alexandre fut considéré comme un demi-Dieu de son vivant et après sa mort.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Oui, le culte d’Alexandre était un de ciments de son armée. D’ailleurs, les Diadoques se devait d’assurer leur “filiation” avec ce mythe pour assoir leurs légitimités avec le demi-Dieu, et notamment le soutient des terribles Argyraspides.

    Ainsi Eumène de Cardia disait parler à Alexandre en rêve et planifiait ses action devant le trône vide du conquérant. De même, Ptolémée détourne le tombeau du Roi et devient ainsi une des pierre angulaire de la continuité du culte l’Alexandre. Et il y a surement eu beaucoup d’autre tentative à ce sujet.

  • Participant
    Posts2176
    Member since: 12 avril 2012

    D’ailleurs lors de la bataille d’Ipsos, Plutarque rapporte que la veille du combat, Antigone vit Alexandre en rêve. Ce dernier lui demanda quel serait son cri de ralliement. “Zeus et victoire” répondit-il. Alors Alexandre se détourna de lui en disant qu’il irait soutenir Seleukos vu qu’Antigone ne citerait même pas son nom.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.