Post has published by cuirassier

Ce sujet a 10 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 1 an et 3 mois.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012
    http://img11.hostingpics.net/pics/480155dragons.png

    Avec le début des commémorations du centenaires de la première guerre mondiale, il est impensable de ne pas évoquer ce conflit sur le forum. Ainsi ce dossier va être l’occasion de nous faire découvrir un fait d’arme, français tant qu’à faire, de septembre 1914 lors de la fameuse bataille de la Marne. Un fait d’arme qui plus est de cavalerie, ce qui n’est pas courant sur le front ouest de ce conflit.
    Nous allons donc découvrir le fabuleux raid de la 5ème division de Cavalerie. Avec dans une première partie : une description du contexte et de cette unité, puis dans une seconde partie nous découvrons la chevauchée en elle-même. Enfin nous terminerons avec les enseignements que ce raid nous apporte.

    (PS : Concernant le titre malgré le jeu de mot, je précise que l’expression « sur les derrières » correspond à la terminologie militaire de l’époque).


    1ère partie : situation sur le front de l’Ouest en 1914 et description de la 5ème division de cavalerie.

    La guerre commence mal pour l’Entente, en effet les français échouent en Alsace-Loraine, pire l’armée impériale allemande a engagé dès le début le gros de ses forces dans un vaste mouvement tournant passant par la Belgique, c’est le fameux plan Schlieffen.
    Pour ne pas se retrouver encerclés, l’armée française et le corps expéditionnaire britannique doivent se replier vers le Sud talonnés par les coups de boutoirs allemands. Ces derniers ne détournent pas des forces en flanc garde face à Paris et continuent leur poursuite vers le Sud-Est.
    Le maréchal Joffre saisit l’opportunité ; en transférant plusieurs divisions depuis l’Est, il forme la 6ème armée à l’extrême gauche du dispositif franco-britannique c’est-à-dire face au flanc droit exposé des allemands…

    http://rosalielebel75.franceserv.com/grande-guerre/bataille-marne-front-paris-verdun.jpg Ce qu’il faut noter ; c’est la position de la 6ème armée française face au flanc droit de la 1ère armée allemande. Noter aussi la présence de la rivière Ourcq sur les arrières de cette même 1ère allemande, c’est ce secteur qui nous intéressera ici.

    Au sein de l’ordre de bataille de la 6ème armée ; vous trouverez le corps de cavalerie du général Sorbet comprenant les 1ère, 3ème et 5ème divisions de cavalerie. Ce corps est dissous le 26 aout cependant la 5ème reste en ligne à l’extrémité gauche de la 6ème armée.

    Alors qu’est-ce donc que la 5ème division de cavalerie ? Au début de la guerre elle comprenait 5 100 hommes et elle était commandée par le général Bridoux. Son ordre de bataille se compose de 2 régiments de chasseurs à cheval, 4 régiments de Dragons, 1 bataillon d’artillerie à cheval, plusieurs groupes de cyclistes dont ses sapeurs du génie et enfin diverses unités comme l’état-major, la logistique etc…
    Elle mène de dur combat retardateur depuis le début de la guerre, au point qu’elle n’aura à sa disposition pour le raid que 1 300 cavaliers, 11 canons et 357 cyclistes !
    Les hommes et les montures sont en outre épuisés par les combats et les manœuvres ininterrompus depuis la Belgique mais le moral est bon.

    http://www.3emedragons.fr/IMG/jpg/BRIDOUX1_site__cle866f61.jpg Le général Bridoux, commandant de la 5ème division de cavalerie.

    Le rôle de la cavalerie selon le général Joffre:
    “Préciser le contour apparent sur la frontière et l’importance des intervalles entre les diverses factions, retarder la marche des colonnes ennemies s’il y a des mouvements, déblayer la région de la cavalerie adverse, répandre le bruit que tout l’armée française suit”.

    http://www.encyclopediss.com/medias/images/cheval-291024.jpg Un chasseur d’Afrique. La 5ème DC a une brigade à 2 régiments de chasseurs à cheval. Ils servent en tant que cavalerie légère en reconnaissance, avant ou flanc garde etc…

    A suivre…

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    cuirassier écrit :

    (PS : Concernant le titre malgré le jeu de mot, je précise que l’expression « sur les derrières » correspond à la terminologie militaire de l’époque).

    Heureusement , j’ai failli tomber de mon fauteuil en lisant le titre . Sinon bonne continuation pour la suite de ce dossier .

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    ça promet !

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    2ème partie : le raid est lancé !

    C’est donc le 8 septembre que la division se met en marche, elle s’infiltre sur les arrières de la 1ère armée allemande en passant par les bois de Crépy-en-Valois. Le terrain légèrement vallonné, parsemé de petits bois et villages, est propice à ce genre de manœuvre d’infiltration. Les rivières Aisne et Ourcq délimitent l’espace de manœuvres respectivement au Nord et au Sud.
    Le raid commence bien avec la destruction d’un avion au sol et la capture de 3 automitrailleuses.
    Les cavaliers constatent une intense activité d’aéroplanes ennemis. Puis finalement ils repèrent un aérodrome allemand sur la rive Sud de l’Ourcq fortement gardé. Mais il en faut plus pour décourager les bouillants dragons français qui décident de lancer une charge à la lance ! Cependant l’effet de surprise ne joue pas et les cavaliers sont repoussés avec 28 pertes sous un feu nourri de mitrailleuses et ce malgré le soutien efficace des canons de 75.

    http://daily-steampunk.com/steampunk-blog/wp-content/uploads/2011/12/200px-KluckGBW.jpg Le général von Kluge commandant de la 1ère armée allemande. Il se trouvait sur l’aérodrome lorsque les cavaliers français lancèrent la charge ! Il dû, comme le reste de son état-major, prendre un fusil pour assurer sa propre protection.

    La situation au 9 septembre est donc que la division est isolée sur les arrières ennemies, qu’elle a un très faible stock de vivres et de munitions afin de garder pleinement sa mobilité et qu’elle n’a aucune communication avec le reste de l’armée française.
    Les allemands sont inquiets de la présence de cavaliers qu’ils n’ont pas osé poursuivre, pourtant les français ont bien l’intention de mette la pagaille. Les dragons se placent d’ailleurs sur une position dominant les artères logistiques de la 1ère armée. A partir de là ils n’hésitent pas à s’attaquer aussi bien à des convois d’approvisionnements qu’à de fortes colonnes armées.
    Les français infligent des pertes sensibles en hommes et au matériel et font quelques prisonniers dont des officiers et un espion en uniforme britannique qui sera fusillé comme il est de coutume à l’époque. En outre Les français perturbent l’arrière du front, les ordres sont interceptés, les communications et télégraphes coupés, tout ceci est loin d’être rassurant pour les troupes allemands et leurs commandants…

    http://img15.hostingpics.net/pics/537034raidcarte.png Cliquez sur la carte pour la voir en plus grand. Notez bien le parcourt de la division notamment l’attaque de l’aérodrome et l’échappée vers le Nord ouest.

    Les allemands lancent timidement leurs avions et leurs propres cavaliers contre les dragons français. Mais ces derniers esquivent et faute de ravitaillement décident que la journée du 10 septembre sera consacrée au retour vers les lignes françaises.
    Cependant les allemands en pleine retraite ont renforcé leur présence dans le secteur, il va falloir effectuer un passage en force. Les avants gardes de chasseurs à cheval repèrent les axes à emprunter, d’autres convois sont détruits et les attaques allemandes repoussées. L’armée impériale agacée commettra des exactions envers les civils français qui ont aidé les cavaliers de la 5éme DC.
    Finalement les français s’échappent en force par le Nord-Ouest, par le village Orouy et la forêt de Compiègne, couverts par les canons de 75mm. Les caissons d’artillerie et de nombreuses montures épuisées sont abandonnés pour ne pas ralentir l’échappée.

    http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/Photos_As_et_Personnel/Stephane_Vernet/Cuirassier_1914.jpg Un cuirassier français en 1914. Le 9 septembre une centaine d’entre eux, appartenant à la 3ème DC, rejoignent les dragons de la 5ème. Ils leurs apportent de précieux renseignements sur les positions ennemies pour l’échappée du 10 septembre. Les allemands, apercevant les cuirassiers, surestimèrent leurs nombres et crurent qu’une brigade de cavalerie lourde toute entière se trouvait dans leur dos !

    Par miracle le pont de la Croix Saint Quentin est intact et sans surveillance. Le 1er échelon de la division y passe éliminant quelques motards ennemis au passage. La garnison allemande de Compiègne envoi une colonne rattraper les français, mais son véhicule de tête se renverse et la colonne est repoussée par 3 seulement cavaliers trainards…
    Seule ombre au tableau, le détachement du commandant Jouillé est perdu et seulement 113 de ses dragons sur 243 s’échappent.
    Quelques accrochages ont encore lieu où les français capturent de nouveaux des officiers allemands. La division est définitivement sauvée le 11 septembre à 15h30 après un raid de 180 kms en 3 jours et 40% de pertes.

    A suivre une petite conclusion….

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    énorme !

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts601
    Member since: 14 juin 2012

    Très intéressant cuirassier ! J’ignorais que les armées occidentales aient utilisé des motos à cette époque.
    Je me demande comment étaient transportés les prisonniers. On les mettait à cheval ou ils suivaient à pied?

  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    Je suppose sans en être certain que les prisonniers suivaient à pied surveillé par un détachement de cavalier ou de cyclistes.
    Ils devaient probablement être à proximité des trains de bagages et des mitrailleuses et canons tractés qui avançaient plus lentement que le reste de la division.

    Pour les motos c’est à la 1ère guerre mondiale qui va révéler leur utilité notamment en tant que véhicule de liaison (leur présence prouvent que les dragons ont bien du perturber les communications). La plus grande partie des motos de cette époque provenée des USA.

    http://2.bp.blogspot.com/_vu5GdfwqBYo/S-h334UkePI/AAAAAAAAA40/gOTH3HqUjTI/s1600/WWI-Motorcycles.jpg

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    Conclusion :

    Alors que pouvons-nous retenir de ce raid ?
    Chose curieuse il constitue l’un des rares faits d’arme de la cavalerie sur ce front. Cela s’explique par le terrain qui était propice à l’infiltration et aussi parce que les cavaliers français se trouvaient à l’extrémité de l’armée allemande ce qui permit de les envelopper.
    De plus nous sommes encore dans la guerre de mouvement, à partir du moment où le front sera une ligne ininterrompue de tranchés de la mer du Nord à la Suisse et que le terrain sera dévasté sous les obus, il deviendra bien difficile de réitérer cet exploit.

    http://img.xooimage.com/files53/e/a/0/dragon-1914-27aa730.jpg Le sabre et la lance restent les principales armes des dragons, bien qu’ils disposent de carabine Berthier de 8mm pour les hommes du rang et de pistolet pour les gradés. Leurs casques et le mêmes que celui des cuirassiers.

    Il est malheureusement impossible d’avoir un bilan précis et chiffré de ce raid, on peut néanmoins s’en faire une idée. En effet en gros pendant 3 jours environ 2 000 hommes à cheval, ou à vélo, avec des canons et des mitrailleuses ont parcouru les arrières de la 1ère Armée allemande, celle qui va subir le plus gros choc de la contre-attaque de la Marne. Lors de multiples combat de rencontres ils ont infligés des pertes et capturaient de nombreux prisonniers allemands dont des officiers. Selon l’aveu même d’un rapport de la 1ère armée dans leur secteur ; la logistique et les communications ont été empêchées par ce raid. Il faut prendre en compte aussi que des troupes ont dû être détournées pour poursuivre les dragons. Et je vous laisse imaginer aussi l’impact moral de la présence des cavaliers français sur leurs arrières alors que les allemands se trouvaient dans une phase critique et en pleine retraite…

    http://i66.servimg.com/u/f66/10/06/23/84/sapeur10.jpg Un chasseur cycliste. Et oui au combat ils portaient leur vélo sur le dos ! Ils constituaient généralement l’arrière garde et servaient à tenir le terrain conquis.

    Néanmoins, ce raid révèle déjà les insuffisances des unités de cavalerie. Tout d’abord la division de cavalerie a un train logistique très limité pour garantir sa mobilité, ainsi dès le départ tout est rationné : eau, nourriture et surtout munition… Beaucoup d’énergie a été dépensé pour trouver de l’eau, et du fourrage.
    Les communications sont inexistantes, pendant les 3 jours la 6ème armée française n’a aucune nouvelle de la 5ème Division de cavalerie, on croit même que la division est détruite…
    La puissance de feu est elle aussi très limitée. Seulement 11 canons de 75mm (12 dans l’ordre de bataille théorique), quelques mitrailleuses mais c’est surtout le sabre et la lance qui relèvent de l’anachronisme… Les chevaux sont en outre très vulnérables aux tirs intenses notamment des armes automatiques. De plus en cas de combat à pied, un tiers des cavaliers est consacré à la garde des montures…

    http://img.xooimage.com/files43/8/a/5/896_001-6fccc5.jpg Mitrailleuses servies par des dragons. La cavalerie a du mal à cerner l’intérêt de ces armes pour son appui, ainsi lors d’une manœuvre on demanda à un colonel la solution. Il répondit « Je charge ! – Et vos mitrailleuses ! Qu’en faites-vous ? – Elles chargent avec moi ! »

    La 1ère guerre mondiale est donc bien l’ère où la cavalerie devait se convertir au « moteur-combattant » notamment via l’introduction d’automitrailleuses. Il est en outre dommage que la cavalerie fut autant exploitée depuis le début de la guerre, pas toujours à bon escient d’ailleurs. Finalement peu de cavaliers purent participer à ce raids avec des montures à bout de souffle, imaginez si c’était tout le corps d’armée de cavalerie qui avait été déployé sur les derrières allemands… Imaginez encore qu’avec plus de puissance de feu ils auraient détruit tous ces précieux aéroplanes, ou encore imaginez la neutralisation du commandant en chef de la 1ère armée : von Kluge et de tout son état-major présent sur l’aérodrome alors en pleine phase critique de la bataille de la Marne !
    Ce raid reste néanmoins un succès grâce aux talents tactiques des cavaliers qui ont démontré une fois de plus qu’ils constituaient une élite dans l’armée française.

    (J’ai rajouté une citation du général Joffre sur l’utilisation de la cavalerie à la fin de la première partie.)

    Sources :
    Champ de bataille N°9 : le raid de la 5ème DC.
    http://remy60.pagesperso-orange.fr/histoire/histoire40.htm
    14-18 la grande guerre de François Bertin éditions Ouest France

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts235
    Member since: 25 janvier 2015

    Excellents articles! Par contre, un détail: l’image en bas de ton 1e article, ce n’est pas un chasseur à cheval, mais un chasseur d’Afrique

  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    Excellents articles! Par contre, un détail: l’image en bas de ton 1e article, ce n’est pas un chasseur à cheval, mais un chasseur d’Afrique

    Merci, je vais corriger cette coquille de suite. 😉

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts8413
    Member since: 14 mai 2013

    Y a t’il d’autres exemples durant la guerre de raids similaires de cavalerie (ou d’autres unités mobiles)?
    Et je pense entre autres, tu parles du rôle de cette unité de cavalerie durant la retraite en 1914, la cavalerie anglaise eut un rôle similaire?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.