Post has published by Provencal le Gaulois

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Provencal le Gaulois, il y a 7 mois et 2 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Participant
    Posts567
    Member since: 29 avril 2016

    C’est un texte imaginé hier soir dans mon plumard et écrit ce matin, rapidement. S’il n’est pas parfait, désolé.

    * * *

    — Pas un seul Anglais en vue.
    — T’es pressé ?
    — Non, mais ça nous ferait un peu d’action.

    Sous l’action du foyer alimenté en charbon par les aides-mécaniciens, la pression augmentait de plus en plus à mesure que l’eau se transformait en vapeur. Le piston s’actionna dans son « tac, tac » caractéristique suivi du «pshhht» de la chaudière. Il communiquait son mouvement de va-et-vient aux bielles. Les roues étaient alors activées et le véhicule avançait. La machine causait des voix tremblantes aux deux officiers juchés en tourelle du canon d’assaut.

    — En haut de cette colline, on fera des cibles de choix. Si un bombardier passe par ici on est perdu. Les artilleurs, sauf s’ils sont bigleux, ne pourront pas nous rater.
    — Pilote! En avant vers l’orée du bois.
    — Transmettez aux escadrons: En avant !
    — Reçu !

    Le fameux désastre lors de la tentative de débarquement sur les plages britanniques en 1778 avait été catastrophique sous les incessants bombardements des dirigeables britanniques. La marine due envoyer des embarcations de tous types pour rembarquer l’armée alliée. Mais cette fois, le débarquement en Louisiane en 1781 avait été réussi. Il faut dire que l’on est en territoire français. L’idée de Rochambeau était de débarquer une importante armée pendant que les escadres attaquaient la marine britannique sur la côte Est. Le lieutenant-général Delcourt et sa division formait le fer de lance du corps expéditionnaire français. L’activité du duc de Choiseul avait payé. Son acharnement à vouloir réorganiser l’armée la rendit beaucoup moins rigide. La nouvelle organisation divisionnaire et la prise en compte des technologies les plus récentes à disposition rendaient les anciennes formations inefficaces.

    — Transmission ! Ordonnez aux peloton de reconnaissance d’avancer au sommet de cette crête.
    — Pilote ! Suivez la progression.

    Le transmetteur se plaça sur le toit du véhicule et commença à remuer ses drapeaux. Delcourt affectionnait le commandement en tête de ses troupes. La division de deux-cent cinquante Coyotte s’ébranla. Camille tentait de distinguer à travers la poussière et les fumées des machines à vapeur les immenses plaines américaines. Depuis le 14 avril où ils avait débarqué et repoussé les armées anglaises vers leur colonies. Elles étaient arrivées très proche des frontières et le corps expéditionnaire avait fait sa jonction avec l’armée continentale de George Washington. L’escadron du capitaine Christophe était en fer de lance et le général progressait en avant-garde avec ses chars. La 2e division en direction des frontières où l’objectif fixé était Richmond. Très ambitieux se dit-il. Camille connaissait la mission de l’armée des Amériques, reprendre les colonies perdue il y a une vingtaine d’années.

    Louis XVI avait ordonné la reprise des colonies américaines aidés des continentaux. La première machine à vapeur adapté à l’utilisation militaire avait été des canonnières utilisé uniquement sur les fleuves. Mais soutenu par Louis XV, des inventeurs aidé des croquis de Léonard de Vinci et de la progression dans la machine à vapeur, on avait commencé à fabriquer des machines. Des dizaine de prototypes avaient déjà vu le jours. Bien entendu, il y avait dans le lots des choses bizarre, des idées saugrenu et farfelu. Mais cependant, il y eu aussi des idées géniales, dont ces véhicules à roue tractant des canons, des immense ballons volant et des véhicules roulant sur des rails.

    Quand Louis XVI arriva au pouvoir, il continua à soutenir les expérimentation commencé par son grand-père. On le savait passionné de mécanique, mais ce ne sont pas ses compétences qui furent décisive, mais c’est davantage la compréhension de son potentiel. Dans le même temps, l’armée et la marine commencèrent à s’intéresser à cette technologie. Le gouvernement fit des appels d’offres alléchants pour une utilisation militaire. La machine à vapeur évolua à une vitesse hallucinante. En cinq années elle se perfectionna à tel point qu’elle était suffisamment performante pour propulser des navires de guerres océanique, des trains, d’immense dirigeables et les premiers canons d’assaut. C’est aussi à ce moment que les industriels européens s’emparèrent à leur tour de cette invention.

    Sous l’impulsion de Louis XVI, l’année 1775 marqua le début de la révolution industrielle.

    Comme son chef d’état-major à côté de lui il se souvint de son impatience à se battre. Mais ce que l’on ne dit pas, c’est cette lassitude qui arrive elle aussi très rapidement. Les boucheries des batailles du début de guerre lui avait fait passé l’envie de glorifier quoi que ce soit. La guerre n’a rien d’honorable. Camille l’apprit à ses dépends. Oh oui, on va vous parler de gloire et d’honneur; mais il n’y a aucun honneur à patauger dans la boue et le sang. À être paralyser par la terreur lorsque vous marchez en ligne entourer des explosions et de la mitraille. Ces longues heures en tourelle lui avait permit de réfléchir à tout cela. Il était encore très jeune et plein d’illusion en 1756.

    — C’est ta première campagne ?
    — Non, j’ai fait la guerre de Sept Ans.

    Camille le regarda. Il essaya de se rappeler de sa première campagne, en 1759 lors de la bataille de Fort-Carillon « Quelle boucherie ! ».
    Avait il été aussi idiot que ce bleu innocent ? Il ne sait même pas ce qui l’attend. Il ne s’en souvient même pas. Ses long cheveux brun ondulait sous le vent au-dessous d’un tricorne d’officier de cavalerie. Il avait quitté sa veste écarlate et portait une chemise et culotte blanche. Sa peau blanc-crème et ses yeux d’azur.

    Sur les plaines de l’Ohio, la fumée des machines à vapeur se mélangeait à la poussière soulevée par les énormes roues en fer et donnaient à leur visage cette couleur grisâtre. Les hommes avaient retiré les protections de fer du toit et latéraux qu’ils remplacèrent par des draps de toile. Seul le bouclier de fer du blindage avant restait en place. Mais la chaleur était étouffante proche du foyer.
    Les conditions étaient insupportable pour les trois mécaniciens et les huit artilleurs transformés en aide-mécanicien quand le véhicule est en configuration de marche. La place libérée permettait aux hommes de se reposer. À tour de rôle, ils s’occupaient de la machine à vapeur. Pendant les long déplacement, le canon est tracté. Arrivé proche de New York, on descendit le long de l’océan Atlantique en direction de la Virginie et Richmond.

    Le poste de pilotage se trouvait au-dessus du sabord d’où sortait la gueule du canon. Enfin, le chef de char avait son poste derrière les deux pilotes, un peu au-dessus, le lieutenant Camille Delcourt, se tenait en tourelle de son canon d’assaut Coyotte. Plus précisément, ce véhicule est nommé VS61.2 pour Véhicule Spécial de série 61, modèle 2 choisi par le roi Louis XV. Le véhicule avait été le fruit d’une longue amélioration que l’on attribut à Léonard de Vinci.

    Le véhicule est équipé d’un canon de 12 livres et un blindage de deux couches de fer de 2 millimètres et matelassé à l’intérieur. Il est propulsé par une chaudière à vapeur. Il est loin d’avoir la vitesse d’un cheval au trot en tout-terrain, mais suffisamment rapide pour suivre sur route. Il existe d’ailleurs des véhicules plus léger servant au soutien de la cavalerie légère lors de mission de reconnaissance, il s’agit du Fennec, dépourvu de blindage mais équipé d’un canon rapide actionné par manivelle. Le pont supérieur est occupé du pilote et du chef de char. Au dessous c’est la salle des machines avec le mécanicien et les servants de l’artillerie qui deviennent, en marche, les aides du mécaniciens.

    — Comment ce nomme cette ville là-bas demanda le maréchal de Rochambeau.
    — Yorktown je crois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.