Post has published by Solduros_390

Ce sujet a 82 réponses, 18 participants et a été mis à jour par  Solduros_390, il y a 5 ans et 1 mois.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 83)
  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Une marré hurlante. Du courage à revendre mais sans une once de stratégie. Des formations dignes d’un sismographe parkinsonien. Voilà comment on pourrait décrire une armée celtique. Cette réputation leur a collé à la peau et aujourd’hui encore c’est l’image qui en ressort. Pourtant la vérité était tout autre. Les Celtes avaient développé des techniques guerrières basées sur l’extrême mobilité et sur le mouvement, ce qui déconcerta complètement leurs adversaires. Je vais tenter de corriger cette idée que l’on se fait de leur armée en décrivant les différents corps des armées celtiques. Et tout d’abord je vais parler des chars.

    Attestés chez de nombreux peuples antiques, le char fut l’une des composantes essentielles de l’armement des tribus celtes. Son emploi se fit du 5ème au 1er siècle avant J.C. avec pour seule survivance au-delà de cette période les îles britanniques. Arme de prédilection des nobles et des chefs de guerre, il coûtait fort cher et en avoir conférait un grand prestige.
    Il existe trois utilisations tactiques du char dans le monde celtique. La première consiste à foncer au milieu de l’armée ennemie en hurlant (il faut quand même justifier sa réputation) pour semer l’effroi et provoquer ainsi sa déroute. La charge s’avérait redoutable contre des fantassins légers ou peu entraînés ; le meilleur exemple étant la bataille de l’Alia contre les romains en -390. Cette même charge produisait un effet semblable face à des cavaliers qui ne savaient plus où donner de la tête. A noter que les chars celtes ne portèrent jamais de faux comme celles que l’on retrouve à la même époque en roeint. La deuxième utilisation s’apparente à un transport rapide des guerriers d’élite. Grâce à la vitesse de leur véhicule, les nobles pouvaient fondre sur les points cruciaux du combat, ou profiter des faiblesses adverses. Ils mettaient alors pied à terre et combattaient comme fantassins. Si la situation tournait en leur défaveur, ils remontaient sur leur char et fuyaient rapidement. Le dernier type d’usage est le harcèlement. Lançant des javelots de leur nacelle, les guerriers tentaient de désorganiser les rangs ennemis, un peu à la manière des tireurs montés des steppes.

    http://leuki.pagesperso-orange.fr/images/vaevictis3-1.jpg
    Reconstitution d’un char de combat par une association historique

    Le char disparut peu à peu pour plusieurs raisons. D’abord, il coûtait cher et il fallait une main d’œuvre qualifiée pour le fabriquer. Deuxièmement, il requérait 2 chevaux, un conducteur et le guerrier lui-même. De plus, un char arrêté en pleine mêlée constituait une proie facile avec toutes les conséquences que vous pouvez imaginer. Finalement, les peuples celtiques ne pouvaient pas en aligner un grand nombre sur le champ de bataille. Tous ses défauts étaient absents de la cavalerie qui lui succéda logiquement.

  • Participant
    Posts363
    Member since: 12 avril 2012

    Cette tactique de déploiement grâce au char était utilisée par l’ensemble des peuples celtes?

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Probablement, puisque fondamentalement c’était la même culture. :cheer:

    Excellente présentation, en tout cas ! 🙂

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Les Celtes avaient également une très bonne maîtrise des métaux pour leur époque, que ce soit dans le domaine de l’armement ou de l’orfèvrerie. Cette maîtrise, notamment du fer, leur a permis d’inventer la protection assez pratique qu’est la cotte de maille.

    Après ce qui est intéressant c’est que certains Celtes (les Gaulois notamment) se battaient nus, pour montrer leur courage et effrayé l’ennemis (Imaginez : un colosse armée d’une épée et d’un bouclier, les cheveux raidis et teint à la chaux, qui vous fonce dessus en hurlant, son corps nus peinturlurés et ses parties génitales bien en vue, je comprend qu’on puisse avoir peur)

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Rémicas, tu as totalement raison, mais je préciserai plus tard les “fanatiques dénudés”. Surprise garantie.

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    La cavalerie celtique

    Tout d’abord, je tiens à dire que le matériel qui accompagnait les cavaliers était de toute première qualité, que ce soit les fers, le mors… La cavalerie prit massivement la place des chars au 2ème siècle pour les raisons que j’ai évoqué plus haut, et elle joua un rôle très important dans cette civilisation. Déjà dans le rapport du cavalier au fantassin, qui tourne autour d’un pour 6 à partir de la bataille de Télamon. Ensuite dans le fait que la majorité des peuples celtiques employaient une cavalerie performante, à de rares exceptions prêt. La cavalerie celtique représentait une force efficace, reconnue et crainte par ses voisins.

    On peut évaluer à 5 le nombre de tâches qui incombaient aux cavaliers :
    – servir d’éclaireurs. Pour reconnaître les troupes ennemies et le terrain et si besoin est, de prendre position sur ce terrain.
    – couvrir. Quand les troupes alliées montaient le camp ou pillaient un village, la cavalerie devait surveiller les alentours et s’assurer qu’aucune attaque ne surprenne les troupes désorganisées. Cela s’applique également lors des batailles perdues. Pendant que l’infanterie se replie en bon ordre, la cavalerie créait un écran protecteur qui permettait de gagner du temps et de sauver des centaines de vies.
    – créer des diversions et poursuivre les fuyards. Lors d’une marche de l’armée ennemie, les cavaliers pouvaient feindre d’attaquer la colonne, se replier et ainsi épuiser l’adversaire. Ils pouvaient également se positionner à un endroit et faire croire que toute leur armée se trouvait là, ce qui permettait de gagner du temps pour sa propre armée.
    – harceler. Les Celtes possédaient une cavalerie de tir. Insaisissable, elle tournait autour des formations ennemies pour les désorganiser et créer la panique. Ces cavaliers ne chargeaient qu’après avoir épuisé tous leurs traits. Cette capacité s’utilisait très bien aussi lors de razzias ou la vitesse d’exécution primait sur tout le reste.
    – l’assaut. Cette partie correspond au combat rangé comme on se l’imagine. La lance pointée, les cavaliers fonçaient sur les formations ennemies avant de dégainer leur épée pour continuer au corps-à-corps.

    http://www.les-ambiani.com/photos/2013/Ribemont%20sur%20Ancre/album/slides/P1050382.JPG

    Reconstitution d’un cavalier lourd celtique par une association historique. Notez la longueur de l’épée !

    http://www.europabarbarorum.com/i/units/aedui/aedui_leuceepos.gif
    Représentation d’un cavalier léger fait pour le harcélement

    Les quatre premières tâches appartiennent plutôt à la cavalerie légère voir moyenne et la 5ème à la cavalerie lourde.

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Excellente présentation ! B)

    Pourtant, je crois qu’on pourrait encore ajouter un élément 😉 … parfois (comme ce fut le cas lors de la bataille de cavalerie à l’extérieur des murs, du côté de l’armée de secours gauloise, à Alésia) DEUX hommes étaient portés par un seul cheval. 🙂 Ou, peut-être, le second s’accrochait plutôt à la crinière du cheval et était ainsi “tracté”, mais cela revient presque au même. B)

    Souvent, ce second guerrier était équipé de javelots ou d’armes de jet. Cela permettait d’amener rapidement des troupes de tirailleurs à différents endroits de la bataille d’une part, et parfois de seconder les cavaliers lorsqu’ils étaient engagés en mêlée : les tirailleurs et autres “seconds cavaliers” étaient déposés non loin du futur lieu de l’affrontement. Alors les cavaliers (un par cheval à présent, comme “normal” 😛 ) chargaient et les autres, à pied, s’approchaient pour harceler l’adversaire et, de ce fait même, aider les cavaliers. B)

    Le seul problème, c’est que si la cavalerie gauloise se fait tailler en pièce… ces tirailleurs sont alors isolés et, en fait, des proies faciles. 🙁

    C’est ce qui se serait passé lors de cette bataille de cavalerie… à Alésia. Le gros de l’infanterie gauloise n’a pas bougé car cavaliers romains et gaulois se battaient, encouragés de part et d’autre par les fantassins. Les cavaliers gaulois étaient appuyés par ces “seconds cavaliers”, à pied, qui tiraillaient :cheer: … L’arrivée soudaine de cavaliers en renfort du côté des Romains (c’est-à-dire l’arrivée des mercenaires germains :angry: ), chargeant les cavaliers gaulois fatigués par un long combat (tout comme la cavalerie romaine engagée 😆 ), a mis en déroute la cavalerie gauloise. Et les tirailleurs furent annihilés l’instant d’après. 🙁

    🙁 Par Toutatis, pourquoi les Gaulois n’ont-ils pas engagé plus de troupes d’infanterie pour aider leurs cavaliers et repousser ces Germains ? :huh:

    Enfin, toujours est-il que la cavalerie gauloise avait aussi cette fonction de TRANSPORT de troupes. B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 avril 2012

    Voila un beau sujet pour détruit plein de pré-jugé(tu ma grillé car je voulais moi aussi en faire un ^^)!

    J’aimerais rajouter un truc ou deux :

    Pour les chars, les raisons de leur déclin à partir du III et II siècle av JV sont due principalement à deux choses(autre que le cout d’entretien):
    -Apparition de plus en plus de monture “grande” qui favorisa la “monte”. En effet à cette époque les chevaux ressemblaient plus à de grand poney dont la “monte” n’était ni pratique ni confortable, d’où leur utilisation pour les chars.
    -Lors des invasions germaine les Gaulois firent face sur le champ de bataille à la cavalerie Germaine et ils comprirent rapidement l’utilité de cette dernière que se soit sur le champ de bataille(mobile, maniable, déployable sur différent type de terrain..) ou en campagne (raid, guerre de harcèlement sur les arrières etc..).

    Sur la cavalerie :
    Les gaulois étaient reconnu par tous pour leur excellente cavalerie, d’ailleurs la cavalerie d’élite de l’Empire Romain était recruter en Gaule.
    Après il faut faire attention à l’idée qu’on se fait de la “la charge” , car à cette époque les étriers n’étaient pas encore connu et donc on ne pouvait foncé lance baissé vers l’ennemie sans risqué d’être jeté bas de sa monture.
    Il semblerait que le plus souvent la lance était lancée sur l’ennemie avant “l’impacte” et qu’ensuite le cavalier passait à l’épée longue(avec bout arrondis la plus pars du temps, car le cavalier avait plutôt tendance de par sa position à frapper de taille de pars et d’autre que d’estoc).
    L’utilisation de la cavalerie dans l’antiquité n’a pas grand chose à voir à l’utilisation qu’elle aura plus tard dans le bas-empire/haut-moyen age. Comme l’a bien dit Solduros_390 elle a surtout un rôle harcèlement/soutien

    @solduros_390 : Je te soupçonne d’avoir lue excellent “Les Gaulois en Guerre”, non ? ^^

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Les gaulois étaient reconnu par tous pour leur excellente cavalerie, d’ailleurs la cavalerie d’élite de l’Empire Romain était recruter en Gaule.

    C’est tout-à-fait exact. :cheer:

    La cavalerie gauloise était vraiment excellente et, si mes souvenirs sont bon, Vercingérotix aurait rassemblé pas moins de 15’000 cavaliers. :woohoo:

    Jules César avait été impressionné par cette cavalerie et par la qualité de ses montures. D’ailleurs, il a noté dans ses commentaires sur la Guerre des Gaules que Vercingétorix prenait un soin tout particulier à sa cavalerie. Vercingétorix en avait compris l’importance… B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts25
    Member since: 24 avril 2012

    Superbes présentations , il est vrai qu’on entend trop souvent des préjugés sur les celtes… les romains avait lancé cette propagande disant que c’est des barbares semblable a des animaux sauvages … :p

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    les romains avait lancé cette propagande disant que c’est des barbares semblable a des animaux sauvages
    d’où le terme galli (coq) pour ce peuple

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    ouaip, quand on sait que c’est eux qui ont inventés le savon… :whistle:
    Et preuve encore de leur maîtrise des métaux : ils avaient des mines d’or en Gaule Celtique, et avait développé un système de torsade pour le fourreau, car vu que c’était une armé de mouvement, le fourreau pouvait les gêner s’il se balançait partout, dé lors les forgerons ont créer ce système, qui n’a toujours pas été reproduit : les plus grands maîtres forgerons s’échinent encore à le recréer.

    Qu’on vienne plus dire qu’ils étaient attardés ou sauvages

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Merci pour les encouragements. Le mogui, j’avoue que j’ai lu cet excellent ouvrage. Il y est écrit que les étriers comme on les connaît n’existaient pas mais qu’il est probable qu’ils aient existé sous une forme différente. Dans mes présentations, je parle globalement, j’oublie volontairement plusieurs aspects autrement on pourrait écrire des pages entières en une fois. Et c’est bien que chacun rajoute ce qu’il sait.

    J’en profite pour parler de l’armement de ces cavaliers. Les légers utilisaient la lance (arme de prédilection des Celtes) à la fois comme javelot et comme arme de corps-à-corps. Ils portaient également un bouclier et peut-être un casque pour les plus chanceux. Vu que leur mission était de harceler, ils ne possédaient aucune armure mais des vêtements (évidement pas standardisés) “civils”. Pour la cavalerie lourde, formée parmi les nobles à cause du coût de l’ensemble de l’équipement, l’armement différait un peu. Aussi armés de la lance, ils avaient également une épée pour le combat rapproché. Le casque et la cotte de maille offraient une très bonne protection, tout en conservant une bonne mobilité. Vu qu’ils étaient nobles, ils portaient le sagum (le tartan antique) pour montrer à quelle tribu ils appartenaient. Et comme les cavaliers légers, les braies faisaient office de pantalon/armure (si j’ose dire).

    http://www.les-ambiani.com/photos/2013/Asnapio/album/slides/P1050100.JPG
    Une autre représentation d’un cavalier lourd
  • Participant
    Posts26
    Member since: 21 avril 2012

    Les celtes ont aussi inventé le tonneau et une sorte de serrure. Ils ont aussi inventés une forme de rasoir, une pince à épiler et un coupe ongle.

    C’est aussi eux qui ont inventés la cotte de mailles et le heaume dont ce servent les romains
    (ils l’utilisaient déjà pendant la Guerre des Gaules

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Voui, les Gaulois étaient bien avancés technologiquement pour leur époque ! 😉 Bien que généralement on entend dire le contraire… 🙁

    ‘Faut rendre aux Gaulois ce qui leur appartient ! 😆 Bravo.

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    et puis aussi, comment un peuple attardé aurait pu conquérir la moitié de l’Europe, et même un peuple celte qui alla en Anatolie donné le nom à une région : les Galates qui donnèrent la Galatie.

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 avril 2012

    Enfin, les Celtes ont “conquis” comme tu dit la moitié de l’Europe suite à de grands mouvements migratoires à une population très importante pour l’époque.

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    pour ceux que ça intéresse 😉

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    En tout cas, ça intéresse, merci beaucoup. 🙂 Bon reportage. :cheer:

    Rémicas, tu as totalement raison, mais je préciserai plus tard les “fanatiques dénudés”. Surprise garantie.

    Eh bien ? :huh: Tu nous as fait envie là… 🙂 Ne nous laisse pas languir, stp. 😆 Qu’as-tu à nous raconter sur les fanatiques dénudés ?

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Ne t’en fais pas Pano, je continue ma présentation. Mais avant de passer aux fantassins, j’aimerais parler des tireurs dans le monde celtique.

    Les unités de jet

    Les javeliniers constituaient la première catégorie des unités à distance. Leur arme pouvait prendre plusieurs formes, plus ou moins longues, lourdes… Les fers étaient aussi plus ou moins larges pour infliger différents types de blessures. Ils pouvaient également servir de traits enflammés pour bouter le feu. Les javeliniers possédaient également un bouclier et une arme de poing, mais très peu d’autres pièces défensives. Leur rôle était de se placer au premier rang et d’arroser les fantassins ennemis. Quand ces derniers se rapprochaient, les javeliniers se repliaient derrière les lignes. Ils pouvaient également tendre des embuscades grâce à leur agilité et à leur vitesse. La puissance de leur arme permettait soit de tuer un adversaire ou de le blesser gravement (un javelot belge pouvait transpercer une épaule), soit de rendre un bouclier dur à manier par le nombre de fers qui l’alourdissaient.

    http://www.europabarbarorum.com/i/units/casse/casse_gaeroas.gif
    Représentation d’un javelinier brittonique reconnaissable à ses peintures de guerre

    Les archers formaient le 2ème type de tireurs. Aussi léger que les javeliniers, ils servaient aussi à désorganiser l’ennemi. Les qualités réelles de l’arc celte sont dures à estimer mais 2 faits peuvent nous donner une idée. Le 1er: césar recruta des archers celtiques non seulement pour sa campagne en Gaule mais en plus ils les conserva pour aller se batrre en Ibérie. Le 2ème: ce même césar rapporte que lors d’une bataille, les flèches des Celtes lui causèrent des pertes non négligeables et que leur nombre était important. Le rôle des archers était aussi de tendre des embuscades et de désorganiser les lignes adverses. Cependant, vu que leur portée leur permettait de tirer plus loin, ils n’avaient pas à se replier comme les javeliniers. Il semblerait qu’au lieu de porter une arme de poing, ils disposaient d’une lance pour le corps-à-corps.

    http://www.europabarbarorum.com/i/units/eleutheroi/celtic/rebel_sotaroas.gif
    Représentation d’un archer

    Les frondeurs sont la 3ème catégorie. Armés d’une lanière en cuir, ils projettaient des balles de pierre ou de terre cuite. Ils ne portaient pas ou peu d’armement défensif et leur atout résidait dans leur vitesse. Cependant, les frondeurs n’étaient guère efficaces car leur projectile tuait rarement. Il servait principalement à semer la confusion dans les rangs ennemis. Par contre lors de siège, il pouvait très bien enflammer des bâtiments.

    http://www.europabarbarorum.com/i/units/aedui/aedui_iaosatae.gif
    Représentation d’un frondeur

    Comme vous pouvez le constater, les tireurs celtiques comptaient sur leurs traits pour désorganiser les rangs ennemis. Peu protégés, ils répondent aux critères de la guerre celte: vitesse d’action et mobilité. Vu qu’ils ne devaient pas participer aux combats rapprochés, ils se repliaient rapidement pour laisser l’infanterie lourde décider du sort de la bataille.

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Quelque chose m’a toujours étonné :unsure: : si les Germains semblaient faire un grand usage (militaire, s’entend :lol:) de la hache, cette dernière ne semble pas avoir été très prisée chez les Gaulois… C’est curieux, non ? :huh:

    Les Germains semblaient utiliser beaucoup la hache (avec toutes sortes de marteaux ou de masses) alors que les Gaulois semblaient privilégier plutôt l’épée. Saurait-on pourquoi ? B)

    Bien sûr, c’étaient des peuples et des cultures un poil différents, mais… :unsure:

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts32
    Member since: 11 mai 2012

    Très bon sujet. 🙂

    Malheureusement le cliché type du “barbare attardé”: mauvais guerrier, indiscipliné , mauvaise hygiène etc … est encore fortement ancré dans les moeurs d’aujourd’hui … :pinch:
    Pourtant, ceux qui nous disaient ça (“civilisés”), en contrepartie recrutaient ces soi-disant “piètres guerriers” en tant que mercenaire dans les armées méditerranéennes …
    Un propagande bien réussie.

    + 1 pour toi Solduros 🙂
    En espérant que tu continues ta présentation 😉

    Sur ce fameux fourreau (un bijou !):
    Les Celtes ont apporté une attention toute particulière à leurs fourreaux : ils ont été les premiers à concevoir des fourreaux en fer équipés d’ingénieux systèmes de suspension. Les forgerons du III s. av. J.C ont créé un système de suspension du fourreau fait de chaînes articulées permettant au guerrier de charger sans se prendre les pieds dans le fourreau au II s. av. J.C différentes modifications sont apportées, notamment à cause de l’importance croissante de la cavalerie, cela aboutit au Ier s. av. J.C à un nouveau système constitué d’un ceinturon avec anneaux de fer et courroies qui supportent le fourreau. Porté du côté droit, celui-ci est constitué de deux tôles de fer serties, d’un élément de suspension, le pontet, de frettes resserant les plaques et d’une bouterolle fermant le fourreau par le bas. Tout cela devait permettre de sortir l’épée du fourreau avec la main droite par une légère torsion du poignet et aussi de l’y remettre facilement sans endommager les tranchants de la lame.
    A ces aspects fonctionnels s’ajoutaient, pour les fourreaux des siècles précédents, la qualité extraordinaire de l’ornementation où étaient gravés des décors propres à l’art celtique: esses, spirales, etc, et des figurations d’animaux fantastiques, en particulier la paire de dragons affrontés. Tout ceci relève d’une conception religieuse de la guerre, propre aux Celtes, où la bataille est vécue comme une ordalie. Au début de la guerre des Gaules, les armées celtiques tendant à ressembler de plus en plus aux armées romaines, cette conception de la guerre devait commencer à s’attenuer.

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Voici quelques compléments : :woohoo:

    Pas mal, non ? 😉

    @Solduros : Alors, pour ces fameux fanatiques dénudés ? :cheer: Tu nous fais languir, là… 😆

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Merci à toi Pano pour les 2 documentaires que tu as posté ; ils sont très intéressants. J’arrive enfin à la reine des batailles, l’infanterie. Désolé Pano, tu devras prendre ton mal en patience car là je vais parler des fantassins « traditionnels ». Mais promis, la prochaine fois je parlerai des fanatiques dénudés.

    L’infanterie

    L’armée celtique était divisée en trois catégories : les nobles et leurs proches qui formaient l’élite de l’armée avec des armes et un entraînement à la hauteur de leur rang (les meilleurs d’entre eux protégeaient les chefs de guerre et étaient appelés solduros), les hommes libres riches qui pouvaient avoir un bon équipement mais dont l’entraînement était moins poussé que les nobles et enfin les hommes plus pauvres et qui ne possédaient qu’un faible équipement et entraînement. Je vais décrire les deux extrémités comme ça vous pourrez vous imaginer les soldats de la « classe moyenne ».

    Les guerriers “populaires”

    Les pauvres étaient armés d’une lance (peu chère à fabriquer) et d’un bouclier de basse qualité qui constituait leur seule pièce défensive. Heureusement pour eux, ils ne formaient pas l’avant-garde des armées. Ils étaient plutôt envoyés là où le besoin pressant se faisait sentir.
    Suivant les périodes, ils étaient appelés pour défendre leur communauté en cas d’attaque ennemie ou pour prouver leur valeur. En effet, il apparaît que ce type de soldats étaient jeunes et qu’on leur offrait leurs premières armes sous cette forme. En cas d’actes jugés honorables, il est probable qu’ils obtenaient un meilleur statut dans la société et donc un armement en conséquence.

    http://www.europabarbarorum.com/i/units/arverni/arverni_gaelaiche.gif
    Un de ces lanciers

    Les guerriers d’élite

    A l’inverse les nobles se plaçaient en première ligne. Casque protégeant bien le pourtour du visage, cotte de maille complète renforcée sur les épaules, bouclier renforcé de pièces métalliques, lance, épée et poignard ; en voyant leur armement, il ne fait aucun doute qu’ils formaient l’infanterie lourde de leur peuple. En plus de cela ils portaient un sayon aux couleurs de leur tribu et des braies, ce qui montre qu’ils étaient lourds mais avec une bonne mobilité quand même.

    http://www.les-ambiani.com/photos/2013/N%c3%aemes%202013/album/slides/copyrighted_YK_KYN2210.jpg
    Reconstitution d’une troupe lourde en formation
    http://images2.wikia.nocookie.net/__cb20100225062514/europabarbarorum/images/5/5b/Aed_Solduros.gif
    Une autre représentation montrant de quelle manière le soldat était vêtu

    La technique des armées celtiques ressemblaient aux autres Européens : le choc d’infanterie devait contraindre l’autre à la fuite. On ne cherchait pas la destruction de l’adversaire car on faisait des prisonniers. Les deux armées se faisaient face. Un champion défiait quelqu’un de la tribu ennemie pour pouvoir le vaincre. Inutile de dire que le vainqueur (quand il y avait un tel duel) donnait l’ascendant psychologique à ses hommes. Puis les deux masses s’avançaient lentement l’une contre l’autre. Des tirs de javelots étaient échangés et la charge suivait de peu. Ceux-ci servaient à tuer ou à handicaper un bouclier adverse pour le rendre moins efficace car ces derniers jouaient un rôle considérable autant comme arme défensive qu’offensive. Lors du choc, ils s’entrechoquaient et le corps-à-corps s’engageait. Je ne pourrais pas décrire les combats à ce moment là mais à mon avis ils sont loin du cliché hollywoodien. En deux ou trois coups les soldats devaient être hors de combat. Comme la conception de la guerre celte se basait sur une grande mobilité, les combattants étaient séparés par un mètre (plus que l’hoplite), ce qui leur donnait une plus grande marge de manœuvre. Cependant, ils pouvaient aussi former un mur de bouclier. Dans tous les cas, le but était de pousser en avant pour faire rompre l’ennemi et le faire fuir.

    Pour finir, il semblerait que les Celtes aient connu une évolution dans leur conception de la guerre. Si dans les temps les plus reculés on pouvait les comparer avec la conception féodale, avec une élite qui devait faire la différence tandis que le reste des troupes créait un surnombre, par la suite le système évolua. Les soldats se professionnalisèrent et les troupes de choc lourdes devinrent plus fréquentes.

    http://europabarbarorum.heimstatt.net/pics/Info/celtic_infantry_neitos_INFO.jpg
    Possible restitution d’un de ces soldat de ligne
  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    D’ac B), j’attendrai encore un peu… 🙁

    En attendant, justement :lol:, voici quelques compléments d’information :woohoo: :

    http://fanmodules.free.fr/Our%20Resources/Magazine%20articles/Le%20char%20celtique,%20Redoutable%20machine%20de%20guerre.pdf

    http://www.jeuxdepees.fr/Articles/Armement_celt1.htm

    http://www.jeuxdepees.fr/JEUX%20D'EPEES%20old/PDF/CombatCelt1.pdf
    (Cette dernière adresse est vraiment super, par contre, je suis désolé, mais à cause de l’apostrophe, impossible de mettre direct cette adresse Internet… ‘va falloir la réécrire à la main. Désolé… mais ça vaut le coup d’aller voir, c’est garanti ! :))

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Pour la dernière des trois adresses Internet que je vous ai donnée, il y a un truc qui vous permettra d’y accéder SANS devoir la réécrire à la main 😉 : sur le message qui la contient, appuyez sur “citer”. Cela vous permet de la sélectionner et de la copier (ctrl+c). Fermez alors cela (la “citation”) en appuyant sur “annuler”. Ouvrez alors une nouvelle page Internet, ou un nouvel onglet, peu importe, et collez (ctrl+v) direct sur la barre d’adresses. 🙂

    Et voilà. :cheer:

    En espérant que ça vous aide à y accéder. C’est un peu ennuyant, je sais… mais ça vaut le détour ! B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Pano je vais enfin satisafire ta curiosité. Je tiens à vous présenter deux “unités spéciales” du monde celtique: les gaesate et les mori gaesum.

    Les gaesate ou fanatiques dénudés ont crée l’image du guerrier celte complétement nu. La source principale pour cela est Polybe lorsqu’il décrit la bataille de Télamon en -225. Dès lors, les historiens anciens ont imaginé que toutes les armées celtiques étaient constituées de géants à poil. En fait, les gaesate représentaient probablement une sorte de “confrérie” (désolé de l’anachronisme) qui n’existait que dans les Alpes. Ils étaient voués à la guerre et pouvaient servir de mercenaires à différentes tribus. Leur nom vient de la racine celte gaes qui signifie javelot car ils en portaient lors des combats. Imbibés d’un peu plus que de l’eau, ils formaient les premières lignes de l’armée. Ils portaient pour tout équipement des chausses, une épée, un bouclier et un casque. Très musclés et grands, ils devaient impressionner leurs ennemis lorsqu’ils se mettaient à chanter leur chants guerriers. Y a-t-il besoin de préciser qu’ils se battaient jusqu’à la mort et que leur dévotion était sans faille? Et lorsqu’on lit certains témoignages de leur valeur, on comprend pourquoi ils effrayaient leurs adversaires. Certains gaesate relançaient le javelot qui les avait transpercé quelques secondes auparavant…

    http://img118.imageshack.us/img118/8963/battle4qi7.png
    Des unités de gaesatai aux prises avec des lanciers romains

    Les mori gaesum, ce qui signifie mer de lance, sont des unités typiquement helvètes. Elles employaient la technique de la phalange avec un équipement celte. Armées d’un casque, d’une armure, d’une lance et d’une épée, elles ressemblaient aux hoplites classiques. On suppose que lorsque les Celtes envahrent la Grèce au 3ème siècle, ils purent apprendre cette méthode de combat qui se maintint jusqu’à la guerre des Gaules. Cepedant, il y avait quand même une différence entre les hoplites hellènes et helvètes. Les Celtes engageaient volontiers le duel avec l’épée pour venir au plus prêt de l’ennemi contrairement aux Grecs qui devaient rester en formation sous peine d’être détruits. Ce type d’unités formait l’élite des tribus helvètes et on y retrouvait de nombreux nobles dans ces rangs.

    http://www.ancient-battles.com/catw/merc_slaves/merc_mori_gaesum10.png
  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Super ! :woohoo: Enfin ! :woohoo: Merci ! B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Certains linguistes pensent que le mot soldat viendrait de solduros, vu qu’ils formaient les soldats d’élite des nobles celtes.

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Petit ajout. Je tiens à vous parler d’un type de guerriers assez particuliers. Il s’agit de jeunes gens armés très légèrement: un bouclier, des braies et un long couteau. Ils ne portaient ni casque ni quoi que ce soit sur le tronc. Recrutés par les chefs de tribus, ils jouaient surtout sur le mobilité et sur leur jeunesse pour s’en sortir. Et puis, en cas de succès, les chances de gagner du galon existaient toujours chez les Celtes. Ils étaient recrutés pour créer du nombre lors de grandes batailles, une sorte de milice en quelque sorte. Ces soldats qui vivaient dans l’est du monde celtique s’occupaient d’attaquer les phalanges en passant sous les piques pour atteindre les phalangites.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Ouïe, vraiment très risqué comme type de combat…
    Quoi que ceux qui s’en sortent doivent être drôlement doués.

  • Admin bbPress
    Posts6316
    Member since: 5 août 2017

    Je propose un super livre nommé Alésia (c’est une bd) superbe et enrichissante. Je vous conseille de l’acheter car elle est super!

    Pour la cavalerie gauloise césar la décrivit comme la meilleure cavalerie du monde !

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Admin bbPress
    Posts6316
    Member since: 5 août 2017

    Les francais ont toujours eu la meilleure cavalerie lol

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Prendre les gaulois pour des français est un raccourci historique 😉

    Es tu sûr qu’il parlait des cavaliers gaulois et non pas des cavaliers germains?

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Il parlait bien des Gaulois. 😉

    Vercingétorix en aurait eu 15’000 sous ses ordres :woohoo:… plus 8’000 avec l’armée de renfort lors de la bataille d’Alésia. (Environ. :lol:) Une des cavaleries les plus imposantes (sinon la plus) de l’époque ! 🙂 Et des troupes de qualité (excepté au niveau moral, parfois…).

    Les Germains ont bien aidé César, mais cette cavalerie-ci (on parle d’environ 10’000 mercenaires germains, mais il y avait aussi quelques troupes de fantassins germains, donc quelques milliers de cavaliers, mais combien exactement -> ???), cette cavalerie, donc, était nettement moins bien équipée que les cavaliers gaulois présents… C’est en partie pour cela que César les gardait en réserve, pour charger les cavaliers gaulois déja engagés au combat par les flancs… B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Les cavaliers germains portaient un fantassin pour se déplacer plus vite. Donc si on parle de 10000 soldats, logiquement on devrait avoir 5000 cavaliers et 5000 fantassins làgèrement armés.

    Pano, vu que tu habites tout prêt, as-tu déjà visité le site de la Tène?

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Le site de la Tène ? Le Laténium ? Oui, plusieurs fois. Et toi ?

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    2 fois. J’y ai aussi vu une exposition sur l’egypte antique. Mais je me demandais où était le site celte qu’ils ont découvert et qui a donné son nom à une période historique.

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Le site celte lui-même était dans les environs du Laténium… le bateau proviendrait (à l’origine, hein, pas la reconstruction :lol:) de Bevaix…

    http://ablogjeanfloch.over-blog.com/article-27736787.html

    En tout cas, de l’autre côté du lac, il y avait un autre site celte : le Mont Vully, qui fut fortifié.

    Moi aussi, j’ai vu l’expo sur l’Egypte antique…

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Bon. Le truc, c’est que la cavalerie gauloise était vraiment – au moins :whistle: – l’une des meilleurs de l’époque ! :woohoo:

    Après, pour savoir si c’était vraiment la meilleure ou pas, c’est tout de même difficile à dire :huh:… Je serais tenté de dire “oui”, mais méfions-nous : c’est en partie César qui les a décrits, ces cavaliers, non ? Glorifier l’adversaire que l’on a battu, c’est se glorifier soi-même, non ? Aussi, méfiance quant à la “véracité” de cette source… 😉

    En tout cas, les gaulois formèrent une excellente cavalerie qui servit d’auxiliaire aux légions romaines, ou du moins à certaines d’être elles :lol:. Et ce même durant la guerre des Gaules – vous connaissez la légion Alouette ? (Voir :http://fr.wikipedia.org/wiki/Legio_V_Alaudae)
    B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Les Celtes formaient d’excellents cavaliers. Et je pense qu’ils faisaient partie des meilleurs au monde. Mais il faut être objectif. Certains peuples possédaient une meilleure cavalerie, je pense notamment aux Parthes et aux Sassanides.

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Les Celtes formaient d’excellents cavaliers. Et je pense qu’ils faisaient partie des meilleurs au monde. Mais il faut être objectif. Certains peuples possédaient une meilleure cavalerie, je pense notamment aux Parthes et aux Sassanides.

    A la même époque ? :huh:

    Ah, au fait, un petit détail : je parlais de la légion des Alouettes… en fait, je pensais surtout à ses éclaireurs, vu qu’on parlait de cavalerie ! 😉

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Si on parle de l’époque de la guerre des Gaules, un certain crassus se fit anéantir par une force de 10000 cavaliers parthes, composés d’archers montés et de cataphractes. Ces derniers sont tout simplement meilleurs que les cavaliers celtes.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Les cavaliers germains portaient un fantassin pour se déplacer plus vite. Donc si on parle de 10000 soldats, logiquement on devrait avoir 5000 cavaliers et 5000 fantassins làgèrement armés.

    Pano, vu que tu habites tout prêt, as-tu déjà visité le site de la Tène?

    Sérieux? Une tactique de voltigeurs déja?

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Ben oui. Et les Gaulois ont fait pareil certaines fois. B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts363
    Member since: 17 juillet 2012

    excellent sujet solduros et je comprends mieu notre mini debat spartiate celte 😆 aprés avoir vu tout sa je maintiens l’entrainement d’un spartiate de 7 a 16ans physique (donc puissance vitesse agilité….) & mentale, 16ans, de 16 a 30ans & ce tout les jours entrainement millitaire. Seul les durs et les forts ayants le privilége de s’appeler spartiate comme il le dise.

    Chér amis au plaisir!!

  • Participant
    Posts600
    Member since: 21 avril 2012

    Accessoirement, si les Spartiates pouvaient s’entraîner ainsi, c’est parce qu’ils n’avaient pas besoin de travailler pour manger, s’équiper, etc. : nombre d’esclaves y pourvoyaient !!! Ils pouvaient consacrer tout leur temps à l’entraînement et à la guerre. B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts363
    Member since: 17 juillet 2012

    Dans une periode antique ou on choisi de se tournée vers l’art millitaire c’est juste la politique parfaite, un spartiate ne savait rien faire d’autre que tuer 30kilo d’armures supporter aisément, imaginer la resistance la force la vitesse de ces guerriers!!!

  • Participant
    Posts1004
    Member since: 28 juillet 2012

    Sinon au sujet des celtes G trouvé une bonne documentation sous forme de BD sa s’appelle ” le casque d’agris” toutes les armes et armures que l’on y voit sont les resultats de fouilles archeologiques donc de source sure.
    On se rend compte dans cette bande dessinee a quel point les guerriers gaulois ressemblaient aux hastatis/princeps romains ( ou plutot l’inverse car ce sont les romains qui ce sont inspirés de l’armement gaulois )

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Dans une periode antique ou on choisi de se tournée vers l’art millitaire c’est juste la politique parfaite, un spartiate ne savait rien faire d’autre que tuer 30kilo d’armures supporter aisément, imaginer la resistance la force la vitesse de ces guerriers!!!

    La politique de Sparte ne fut guère glorieuse. Il avait un retard économique énorme par rapport à l’exemple type qu’est Athènes. De plus ils durent leur salut aux perses durant une longue période.
    Puis au final, une politique guerrière comme Sparte ne fonctionne que dans la mesure où l’armée est la plus puissante. Hors, l’armée de Philippe de Macédoine leur fut supérieur.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 83)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.