Post has published by mongotmery

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 1 an et 7 mois.

  • Modérateur
    Posts8403
    Member since: 14 mai 2013

    En Février 1941 a lieu l’opération Abstention.
    Dans le cadre de l’entrée en guerre italienne dans l’Axe, de l’importance nouvelle du théâtre d’opérations Méditerranée-Afrique du Nord-Porche-Orient-Balkans, les Britanniques veulent sécuriser leurs positions en Mer Egée. La situation est alors favorable: la Regia Marina connait un repli du fait de l’attaque de Tarente, la Grèce a repoussé les attaques italiennes tandis que les Britanniques sont victorieusement entrés en Libye.

    Mais les Italiens possèdent depuis la Première Guerre mondiale le Dodécanèse, cet archipel au Sud-Ouest de la Turquie, qui inclut l’importante île de Rhodes. Cet archipel peut être un véritable épine dans le pied des liaisons des Britanniques avec leur nouvel allié grec. Sa prise serait donc intéressante. De plus, une telle capture pourrait pousser les Turcs à rentrer en guerre aux côtés des Alliés.

    Il n’y a donc que des bonnes raisons de s’attaquer à cet archipel. L’opération Abstention est montée, avec pour but de créer une tête de pont sur l’île de Kastelorizo.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7b/Castelorizon.jpg/260px-Castelorizon.jpg
    Le port de l’ile

    Les Britanniques envoient une force navale débarquer des commandos pour s’emparer de la petite station radio de l’île, puis être renforcés par une troupe de fantassins des Sherwood Foresters.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/31/The_British_Army_in_France_1940_F3504.jpg/220px-The_British_Army_in_France_1940_F3504.jpg
    Des Sherwood Foresters dans une tranchée en France, en 1940. Ces soldats se sont déjà illustrés durant la Seconde Guerre mondiale

    Mais les Italiens réagissent depuis Rhodes à cette opération, d’abord en envoyant des bombardiers qui harcèlent les commandos et forcent leur canonnière de soutien à se replier. Les Italiens envoient aussi une force de reconquête sur des navires de guerre (des torpilleurs) débarquer sur l’île. Les destroyers britanniques restés près de l’île ne les interceptent pas pendant le premier débarquement, car ils cherchent à se rassembler (les deux navires sont éloignés de 65 milles) avant. La mer forte gêne le débarquement italien, ce qui laisse le temps aux Britanniques renvoyer des navires vers Kastelorizo, mais le commandant des Sherwood Foresters se rend vite compte que la situation des commandos est intenable, et ils sont rembarqués. 40 soldats restent comme arrière-garde pour protéger le rembarquement des soldats italiens déjà débarqués dans l’île. Ils seront ensuite fait prisonniers.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/49/SM79_193.jpg/280px-SM79_193.jpg
    Bombardiers italiens SM 79 en vol, ils interviendront contre la canonnière britannique

    Les Britanniques effectuent donc un repli efficace, mais l’opération reste un échec devant la réaction italienne rapide et interarmes.

    En 1943, sous l’impulsion de Churchill, les Britanniques visent à nouveau la mer Égée. Mais alors toutes les Balkans sont sous le contrôle allemand. Seul avantage, les Italiens ont aussi plusieurs garnisons, et ils se rallient aux Alliés du fait de l’armistice. Mais menée avec de faibles moyens (des caïques grecs et quelques péniches), et soumise aux attaques de la Luftwaffe sans aucune couverture aérienne (les Britanniques n’ont pas d’appareils avec suffisamment de rayon d’action, pas de porte-avions, et les Américains refusent leur concours à cette opération). L’opération tourne au désastre, els forces britanniques débarquées à Kos et Leros sont capturées, les navires ne peuvent les rembarquer du fait des attaques aériennes.
    Cette opération fut fortement critiquée pour le risque qu’elle représentait, même si on peut comprendre ses motivations:
    – Profiter de l’armistice pour rejoindre les garnisons italiennes
    – Donner une importance au Royaume-Uni dans les Balkans, qui risquent sinon de revenir aux Soviétiques (ce problème sera réglé par une conférence avec Staline, et l’opération Manne libérera la Grèce sans difficultés des Allemands déjà en retraite)

    Mais l’opération Abstention aurait t’elle pu servir d’avertissement devant la difficulté d’une telle opération loin de ses bases, avec des moyens navals seulement légers?

    Place au débat!

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.