Post has published by Seigneur Titan

Ce sujet a 11 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  Nathan, il y a 5 mois et 2 semaines.

  • Participant
    Posts5
    Member since: 31 août 2012

    Je te tien a rappeller que entre son exil a L’ile d’Elbe en 1814 et la fin de la campagne russie de l’hiver 1812-1813, il se passe plus d’un an ! Loin de se tourner les pousse en France, Napoléon reforme la grande armée ( entre 400 000 et 500 000 hommes selons les sources). Fort de cette armée, et avec des ennemie qui on souffert des dernière campagne, Napoléon n’est pas encore vaincu. La question est : Aurait-il put encore tous sauver durant la campagne d’Allemagne qu’il lance au printemps 1813 ?

  • Participant
    Posts30
    Member since: 31 août 2012

    Mais il faut aussi prendre en compte les fait que dans les 400 milles hommes beaucoup sont des jeunes sans expérience enfin je croit car sortir autan d’hommes après le débâcle de Russie il ne faut s’attendre au retour LA Grande Armée

  • Participant
    Posts5
    Member since: 31 août 2012

    Non c’est vrais que cette armée ne vaut pas celle qui a combattu a Austerlitz, mais en face l’ennemie n’est pas au mieu de sa firme non plus. Les anglais finance depuis 12 ans les différentes coalitions, et quoi que l’on dise, les russes aussi ont lourdement souffert de la campagne de Russie. Sa compter que les autrichiens sont toujours neutres et hésite entre joindre Napoléon ou les coalisé avec une réserve de 100 000 hommes…alors c’est plutot équilibrés :unsure:

  • Participant
    Posts578
    Member since: 31 août 2012

    Enfaite si les autrichien avaient rejoint napoléon, Napoléon aurait gagné face à la coalition

  • Participant
    Posts578
    Member since: 31 août 2012

    wikipedia parle de 350 000 a 400 000h pour les français et de 400 000h a 1 000 000 env pour les coalisés.

    l’autriche n’avait pas la reelle intention de ce joindre a Napoleon, mais cela lui permettait entretemps de mobiliser et de mettre au points les derniers preparatifs de son armée et jeta le masque dès qu’elle fut prete et ce reunissant aux coalisés.

    Napoleon ne fut pas dupe de son attitude, il la comptait d’avance dans les rangs ennemis, c’est aussi pourquoi le gros de ses forces etaient aussi placé vers l’autriche pour faire pression lors de l’armistice de Pleiwitz et avant celle ci, entre autres.

    ensuite, la malchance ajouta son lot au malheur a sa campagne, annulant tous les effets benefique de sa strategie jusqu’a sa perte.

    elle consiste par ex en l’annulation forcé de la poursuite autrichienne apres la bataille de Dresde qui aurait amener de grand resultats pour la campagne meme, le jour meme ou cela ce decida, Napoleon fut prit de vomissements tel que l’on cru a un empoisonnement, et la poursuite du etre annulée.

    au nord, je crois à Gross Beeren, soit Dennewitz, la pluie fit gonfler les eaux d’une riviere rapidement, coupant une partie de l’armée française de ses forces principale, destiné à prendre Berlin, ceci eu pour consesquence, la perte de cette bataille.

    16 000 saxons lors de Leipzig, situé vers le centre français qui passe a l’ennemi en plein combat, qui sera malgré tout contenu.

    le pont de Leipzig qui saute trop tot, par erreur, laissant 20 000h de l’autre coté et devenu prisonnier.

    et il y en a d’autres, mais je m’en rappelle plus.

    7 fatalités frapperent cette campagne qui furent decisive et lui donna un resultat negatif.
    ( voir le memorial de St Helene.)

    Napoleon disait, “il ne suffit pas qu’un general soit brave, il faut aussi qu’il est de la chance.”
    dans son cas, cela avait commencé en 1812, par Scharwzenberg et Junot ensuite malgré les ordres imperatifs commençant un debut de folie, qui firent echouer les manoeuvres d’encerclements qui aurait du reussir, si les ordres avait ete suivi, puis, vint le climat, terrible et precoce, lui qui l’avait verifié d’au moins dix ans en arriere, ce radoucissant lors du passage de la Berezina et du marais de Zembly, et ce refroidissant juste apres son passage, permettant aux russes de passer sans probleme.

    en 1814, apres avoir battu par une serie de batailles les Prussiens, ces derniers ne trouverent pour seul passage pour fuir sous peine de destruction totale, la ville de Soissons devant eux, tenu par des troupes françaises, apres des pourparler, la garnison capable pourtant de la retenir et donner le temps a Napoleon d’arriver et de la vaincre totalement, ce rendit, sauvant les prussiens d’un desastre total.

  • Participant
    Posts578
    Member since: 31 août 2012

    avec la poursuite accomplit apres Dresde, les autrichiens aurait perdu beaucoup plus de monde, la pression coalisés aurait relacher davantage son emprise, et Napoleon aurait davantage ete le maitre de la situation, ces alliés ne l’auraient pas trahie, sentant le vent tourner, et cela donnait la possibilité de mettre au point sa manoeuvre sur Berlin ensuite, qui l’aurait rendu maitre au nord et de menacer les communications ennemis, obligé de ce replier, tout en surveillant au sud, et il ce serait retrouver sur la Vistule en Pologne, en meilleure situation qu’a l’entré de la campagne, de plus, la Prusse aurait ete presque entiere revenu sous la coupe française, les privant de renforts potentiels.

    tel etait son plan.

    oui, la campagne de 1813 etait realisable et l’on pouvait vaincre malgré la disproportions des forces engagés et de la jeunnesse des troupes française, et malgré la tactique ennemi, a condition aussi que la fatalité n’eut pas frappé l’armée française a des moments decisifs pour la campagne.

  • Participant
    Posts5
    Member since: 31 août 2012

    Si Napoléon n’as pas put poursuivre ses ennemie vaincu lors des différente bataille c’est qu’il manquait cruellement de cavalerie, ayant perdu 90% de ses chevaux en russie

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 31 août 2012

    Avis de modération :

    Je rappelle qu’une phrase commence par une majuscule et se termine par un point. Il s’agit d’une règle de français élémentaire, mais il est important de la respecter, d’autant que ça ne demande pas un niveau de français avancé pour la respecter.

    Pour la modération,

    Maxsilv.

  • Participant
    Posts5
    Member since: 31 août 2012

    Ok j’essayerai de faire plus attention a l’avenir.

  • Participant
    Posts578
    Member since: 31 août 2012

    Moi aussi.

    C’est vrai pour la Cavalerie, je ne l’avais pas oublié pour autant, mais cela n’empechait pas que dans l’ensemble au niveau campagne elle pouvait etre gagnée, sans ces fatalités tombant au mauvais moment, rendant le resultat de la campagne inevitablement mauvais.

    Voila pour la vision générale de la campagne.

  • Participant
    Posts6
    Member since: 31 août 2012

    avec la poursuite accomplit apres Dresde, les autrichiens aurait perdu beaucoup plus de monde, la pression coalisés aurait relacher davantage son emprise, et Napoleon aurait davantage ete le maitre de la situation, ces alliés ne l’auraient pas trahie, sentant le vent tourner, et cela donnait la possibilité de mettre au point sa manoeuvre sur Berlin ensuite, qui l’aurait rendu maitre au nord et de menacer les communications ennemis, obligé de ce replier, tout en surveillant au sud, et il ce serait retrouver sur la Vistule en Pologne, en meilleure situation qu’a l’entré de la campagne, de plus, la Prusse aurait ete presque entiere revenu sous la coupe française, les privant de renforts potentiels.

    tel etait son plan.

    oui, la campagne de 1813 etait realisable et l’on pouvait vaincre malgré la disproportions des forces engagés et de la jeunnesse des troupes française, et malgré la tactique ennemi, a condition aussi que la fatalité n’eut pas frappé l’armée française a des moments decisifs pour la campagne.

    Je pense également que Dresde aurait du être le point final de la campagne d’Allemagne et ainsi rétablir la suprématie Française en Europe, si Napoléon n’était pas tombé malade. Napoléon ne pouvait pas le savoir mais il aurait du gardé Davout à ses cotés (au lieu de le confiné dans la défense d’Hambourg et lui conféré le commandement total de ses forces dès qu’il abandonna le champs de bataille pour se restaurer. Il aurait du également prendre avec lui Masséna au lieu de le bouder. Il c’est privé de deux des meilleurs maréchaux de l’empire à un moment crucial.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 31 août 2012

    Absolument pas, Dresde devait etre le point de depart de sa remonté militaire pour asseoir a nouveau son influence sur l’Europe coalisé, si la poursuite avait pu avoir lieu sur les autrichiens battu, et retraitant jusqu’a Prague.

    Napoleon, en conservant des forces à Dresde pouvait lancer la 2eme partie de sa manœuvre par Berlin pour menacer le ravitaillement Prusso-Russe, les obligeraient a reculer sur la Vistule, libérant aux passages les garnisons de Stettin, Kustrin, Glogau, Dantzig, de Modlin vers Varsovie, totalisant 30 a 40 000h, raffermiraient l’alliance avec ses alliés et séparant l’autriche des coalisés et en position centrale, peut jeter ses forces grossit par les garnisons liberés, ajoutant celle des 28000h de Hambourg contre l’adversaire le plus dangereux.

     

    De plus, il contrôlerait la moitié de la Prusse et empêcherait nombre de ralliement a la cause de l’independance nationale qui c’etait monté jusqu’à 250 000h.

     

    ( Si la France avait eu un tel élan, elle eut jeter sur le rhin jusqu’à 4 millions d’hommes proportionnellement au nombre d’habitant.)

     

    Davout a été calomnié par Berthier aupres de l’empereur, suite a sa mauvaise campagne de 1809 a ses debut lorsque Napoleon n’etait pas encore present et c’etait heurté à Davout, désavouant ses manoeuvres, d’où son envoie à Hambourg et Massena a perdu en Espagne, aussi, Napoleon ne croyait plus en lui.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.