Post has published by Maxsilv
Participant
Posts5796
Member since: 12 avril 2012

La Troisième Croisade s’inscrit dans le contexte de la perte de Jérusalem (1187) qui était aux mains des croisés depuis la fin de la Première Croisade (1099). C’est pourquoi il est difficile de parler de légitimité sachant qu’elle était auparavant musulmane (638-1099) et encore avant byzantine donc chrétienne. Sans parler des Juifs qui en ont été maintes fois chassés.
Et l’échec de la Troisième Croisade est facilement prévisible (Richard comprend lui même que reprendre Jérusalem serait seulement une héroïque boucherie de plus et que les croisés ne sont plus en mesure de tenir autre chose en Terre Sainte que les ports côtiers : Tyr et Saint-Jean d’Acre). En effet, pour la Première Croisade on a affaire à une Chrétienté soudée : malgré le Grand Schisme d’Orient en 1054 (qui en passant est toujours d’actualité : l’excommunication réciproque entre le légat du pape et le patriarche de Constantinople n’a pas été levée) Byzantin et Occidentaux s’unissent pour repousser les musulmans : les Byzantins y gagnent des territoires perdus les décennies auparavant et les croisés les Etats latins d’Orient en Terre Sainte. En face, les musulmans sont ravagés par les querelles intestines et se font littéralement surprendre.
En revanche, à la fin du XII° siècle l’équilibre des forces s’est inversé : les chrétiens sont divisés mais détiennent Jérusalem, tandis que les musulmans sont unis par Saladin et partent à la reconquête de la Ville Sainte. Bref, autant dire que Jérusalem est définitivement perdue pour les croisés.

A password will be emailed to you.