Post has published by kymiou
  • Modérateur
    Posts1941
    Member since: 20 juillet 2013

    @BaTBaiLeyS

    Sinon je répète ma proposition, on peut avoir ce passage?

    Ce ne sera pas si commode. J’ai un peu cherché et… il semble que le vrai journal de bord de Colomb soit resté dans ses papiers personnels jusqu’à se mort. L’ensemble serait passé entre les mains de Bartolomeo de Las Casas (le futur évêque défenseur des Indiens) qui, en tant qu’ami de ses fils, aurait traité ces documents dans le cadre des formalités de l’héritage. Il en aurait profité pour rédiger un résumé du journal de bord qui, lui, s’est perdu.

    C’est ce même résumé qui servit plus tard à Fernand Colomb pour écrire la biographie de son aïeul.

    Je n’ai pas retrouvé ces deux textes mais, en revanche, je possède une version commentée du journal de Juan de la Cosa, qui était le propriétaire et le capitaine de la Santa Maria et, par conséquent, le second de Christophe lors de son voyage de 1492.

    Comme on pouvait s’y attendre, il n’est fait mention d’aucune construction, fût-elle une mosquée, à Cuba. Par contre, deux considérations significatives sautent aux yeux :

    D’abord, Colomb est conscient qu’il aura à décrire ses trouvailles devant la cour espagnole ; dès lors, il multiplie les comparaisons accessibles à son auditoire : tel paysage lui rappelle les sierras andalouses, tel autre la vallée de Cordoue, etc…

    Autre point : Colomb est persuadé qu’il a touché l’Asie par sa côte orientale et que Cuba est, en réalité, l’extrême Est du… Japon. Il soutiendra cette conviction dur comme fer jusqu’à sa mort en 1506, alors que nul ne doutait plus qu’il s’agissait là d’un nouveau monde. Toute la terminologie qu’il utilise est donc asiatique et lui vient du livre de Marco Polo qu’en bon Italien, il connaît parfaitement. Il possède une lettre pour le Grand Khan et espère pouvoir la lui remettre personnellement. Chez lui, Cuba, c’est Zipangu. Il est prêt, chaque matin, à apercevoir une pagode, un caravansérail ou, tant qu’à faire, une mosquée., bref, n’importe quoi qui prouve qu’il s’agit bien de l’Extrême-Orient. Sa conversation (relayée par La Cosa) était pleine de ces références – et forcément ses écrits également.

    J’imagine que ces éléments peuvent nourrir, dans une certaine mesure, ce gros bobard qui ne devrait pas faire de grandes vagues – et ne mérite sûrement pas le temps que j’y ai consacré !

    Quid d’Erdogan dans tout çà ? Dans le contexte actuel, et notamment sa gestion de la crise jihadiste, il a sans doute besoin d’une diversion sous forme d’un gros effet d’annonce pour des raisons de politique intérieure.

    Ou alors il y croit, et là… !

    P.S. Bravo Remicas. Je ne l’avais pas trouvé.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • A password will be emailed to you.