Post has published by Henri Dubret
  • Participant
    Posts893
    Member since: 24 février 2015

    Au premier tour, aucun changement et tout le monde peut se présenter.
    C’est au second qu’il y a une subtilité: n’y sont présent que ceux totalisant plus de 12.5% des suffrages exprimés.

    Ainsi, il peut y avoir 2, 3 ou 4 personnes au second tour. On parle beaucoup de triangulaire lorsque 3 personnes sont au deuxième tour et cela entraîne bien souvent de complexes jeux d’alliances selon les sensibilités. Lorsque l’extrême droite est dans une triangulaire, il était d’usage que le plus faible des deux autres se désiste pour faire barrage mais la droite a toujours été plus rétive à ce jeux là, faisant que la gauche cesse à son tour le front républicain.
    C’est aussi un scrutin où la victoire au premier tour est plausible (ce fut le cas de mon député Cazeneuve en 20012).

    En fait, ce qu’il faut bien comprendre dans ces histoires de complexification du “front republicain”, c’est que d’une part, ideologiquement parlant, la droite est generalement plus proche du FN que la gauche (sauf peut-etre celle de Melenchon, mais il existe une telle histoire entre ces deux camps que meme si certains electeurs passent d’un extreme a l’autre, les leaders ne peuvent absolument pas se voir, ainsi qu’une partie des electeurs).
    Ce que l’on remarque aussi, c’est que de maniere generale, et on l’a confirme avec les resultats des elections regionales (qui ont le meme mode de scrutin, mais pour les presidents et conseils de regions), c’est que la droite est bien souvent devant la gauche dans le cadre de triangulaires ou de quadrangulaires. Ainsi, ce sont les exemples les plus connus, dans la region des “Hauts-de-France” (c’est-a-dire le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, Xavier Bertrand, membre de la droite traditionnelle LR est arrive deuxieme (24,96%) apres Marine Le Pen (FN ; 40,64%) au premier tour. Le socialiste Saintignon (18,12%) etait 3e et, bien qu’ayant un mauvais score, pouvait pretendre au second tour. Il s’est neanmoins desiste puisque s’il restait, le FN etait sur de passer. Ainsi, au second tour, Xavier Bertrand l’a emporte avec 57,77% des voix (source).

    On a eu exactement le meme phenomene en Provence-Alpes-Cote d’Azur : au premier tour, Christian Estrosi (LR) fait 26,48% ; le socialiste Castaner (aujourd’hui soutien d’Emmanuel Macron) 16,59% ; Marion Marechal-Le Pen 40,55 %. De meme, au second tour, Estrosi l’emporte avec 54,78% face a la frontiste.

    Apres cette parenthese chiffree, ce qui est aussi assez flagrant depuis quelques annees en France, c’est une forme de “droitisation de la societe”. J’entends par la que les idees de la droite occupent une place grandissante dans nos debats, nos interrogations, et aussi la litterature. En France, on a eu la rive gauche, Sartre apres-guerre, aujourd’hui il y a Houellebecq, Finkielkraut, Zemmour… : les intellectuels sont “de droite”. Les idees “identitaires”, la crise de l’immigration occupent davantage de place. Le liberalisme economique est d’ailleurs en train de scinder la gauche entre ceux virant toujours davantage a gauche derriere Melenchon les fameux “sociaux-liberaux” qui se regroupent sous la banniere d’EM !
    Je ne dis pas qu’il s’agit d’un phenomene absolu, mais force est de constater que depuis quelques annees, les idees de droite occupent davantage de place et l’ensemble du centre au FN recueille un plus grand nombre de suffrages.

    La gauche a donc davantage de mal a pour “reclamer” un:”front republicain”.

  • A password will be emailed to you.