Post has published by cuirassier
  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    Les sièges et assauts de forteresses sont toujours courant lors de l’épopée révolutionnaire et napoléonienne : Toulon, Mantoue, Malte, Acre, Ulm, Stettin, Dantzig, Ratisbonne, les lignes de Torres Vedras etc.

    Les forteresses sont utiles car elles assurent un certain rayonnement et une autorité sur une région. Elles servent de dépôts pour le ravitaillement et d’abris pour la troupe. Un exemple marquant est celle de Mayence qui fut si précieuses pour les opérations françaises.

    Les sièges sont moins systématiques qu’à l’époque moderne à cause de la différence dans la forme de guerre entre ces deux époques.
    A l’époque moderne on ne cherche pas LA bataille décisive et la destruction des forces adverses. C’est une victoire aux points. Chaque gain territoriale à portée devient bon à prendre et inversement le défenseur disperse ses troupes dans des forteresses pour tenir le plus de territoire possible. C’est la guerre de cordon, lente et minutieuse.
    A l’époque napoléonienne en revanche on recherche la destruction des forces adverses. Pour le coup on évite de se disperser. Chaque soldat dans une forteresse c’est un soldat en moins sur le champ de bataille “décisif”. Du coup seuls les forteresses vitales aux lignes de communications où celles inévitables pour l’attaquant seront abondamment occupées et équipées.

  • A password will be emailed to you.