Post has published by florian30051
  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je connais l’empire des Gaules. Comme tu dis, la Gaule s’est sentie éloignée du pouvoir romain. Tout se passa de l’époque du règne de l’empereur Dèce à celui de l’empereur Aurélien qui changera le cours de l’histoire.
    Il convient cependant de commencer de parler du commencement avant d’évoquer la fin…

    Dèce (automne 249 – juin 251)

    Dèce est un empereur impitoyable qui peut être inscrit dans la liste des pires empereurs romains. Sa politique est radicale. Pour lui, si l’empire romain est en crise, c’est sans contexte à cause de cette “maudite secte chrétienne” qui cause la colère des Dieux. Aussi, sa haine contre les chrétiens date déjà lorsqu’il était au service de l’empereur Philippe l’Arabe. Philippe l’Arabe est loin d’être un mauvais empereur, il réorganisa le système militaire de l’empire aux frontières orientales de l’empire et vainquit plusieurs fois les “barbares” dans les régions du Danube. Le problème est que Dèce ne le supporte pas et il le soupçonne de ne pas faire attention à l’intérieur de l’empire, de ne pas faire attention à la montée du christiannisme. Dèce est avant tout un réveur, un homme persuadé qu’en mettant fin à la secte, les Dieux se retournons vers Rome pour accorder à celle-ci une nouvelle ère de prospérité.
    En 249, Dèce se révolte contre Philippe l’Arabe. A la bataille de Vérone, Dèce bat de façon décisive les forces de Philippe et il parvient même à tuer Philippe lors de la bataille.
    Philippe étant mort, Dèce peut se proclamer “légitimement” empereur. Aussitôt sur le trône, Dèce commence directement son oeuvre tant espéré par lui même et les persécutions contre les chrétiens commencent. Les chrétiens sont obligés d’abandonner leurs croyances, sinon, ils sont directement pourchassé!
    Dèce se rend compte que les Dieux ne l’aident point dans sa politique, ce qui ne fera que accroître la persécution des chrétiens espérant ainsi un signe…
    Autres les Chrétiens, Dèce connait d’autres ennemis. Il y a tout d’abord les usurpateurs qui veulent en finir avec les massacres de Dèce et qui veulent le renverser. Malheureusement, personne ne parviendra à se débarrasser de lui avant sa mort.
    Dèce combat également les Goths aux frontières de l’empire. Le succès de ses campagnes sont assez mitigés. Bien qu’il parvienne à sauver Nicopolis des mains des barbares, il subira ensuite un grand revers contre l’ennemi. A Beroe Augusta Trajana, Dèce est défait de manière décisive. L’empereur et son armée n’hésitent pas par la suite à abandonner leur camps pour se replier en Thrace intérieur. Cependant, comme si ca ne suffisait, le gouverneur de Thrace livre Philippopolis aux barbares pensant que toute résistance était inutile. Par la suite, les Goths en entrant dans la ville n’auront aucune pitié contre les romains et eux et leurs gouverneurs seront exterminés. Dèce espère laver son honneur en livrant une nouvelle bataille. En ayant reçu des renforts, il parvient à gagner la bataille mais celle-ci n’est pas remporté de façon décisive et les Goths ne sont pas repoussés. Aux plaines de la Dobroudja, Dèce et son armée sont piégés et celui-ci est tué ainsi que la plus grande partie de l’armée romaine.

    Dèce laisse donc en 251 ap J-C, un empire fragilisé par une crise interne et externe sans réelle amélioration.

    —-

    La situation ne s’améliorera pas lors des empereurs qui suivront et chaque homme d’importance de l’empire se déclarera nouvel Auguste. Les armées de frontière, recevant de moins en moins de nouvel de Rome et étant de plus en plus ignorés par le pouvoir impérial élira leur plus vaillant commandant nouvel Auguste également.
    Parmi les usurpateurs, on retrouve des généraux qui en désaccord avec Rome fonderont l’empire des Gaules. Avec tous ces problèmes, les barbares qui mettent la pression et les usurpateurs, tout aurait pu laisser croire, de part tous ces événement que le destin de Rome était scellé et que la cité allait tombé au troisième siècle de notre ère.

    —-

    Aurélien, le sauveur de l’Empire (septembre 270 – septembre 275 )

    Aurelien est un grand homme. Tout en réorganisant une armée romaine à bout de force, il marcha contre l’Empire de Palmyre et des Gaules qui représentaient tout deux une menace. Tel César, Aurélien vainquit les deux empires en utilisant des stratégies peux réalisées avant tels que la retraite improvisée qui consistait à faire croire que ses forces abandonnaient le champ de bataille.
    En vainquant l’Empire des Gaules et l’Empire de Palmyre, Aurélien sauve Rome pendant au moins plusieurs décennies avant que la crise interne recommence. Il sera à noter que la politique d’Aurelien sera inverse à celle de Dèce car il mit en place une nouvelle religion pour réunifier de l’empire, le culte du dieu Soleil. Ce culte se rapproche grandement du christianisme étant monothéiste.
    Grâce à la reconquête des provinces perdues avec les usurpateurs, Aurelien se sert des riches métaux qu’il trouve dans les provinces pour mettre fin à la crise monétaire pour un moment et l’unité nationale romaine est réinstauré. De plus, Aurelien se lance dans des constructions pour sauvegarder sa gloire. Il construit notamment un temple du Dieu Soleil et la fameuse Muraille d’Aurélien qui protégea pendant de nombreux siècles Rome.
    Il est l’un des seuls empereurs de son temps à resympathiser avec la pleb et organise des jeux dans toute la ville. Les splendeurs de Rome allaient recommencer grâce à cet empereur miraculeux. Malheureusement, alors en campagne contre des barbares dans les régions du Danube, des militaires romains, sans doute jaloux de son succès sur tous les plans, le firent assassiner.

  • A password will be emailed to you.