Post has published by guiguit
  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    L’esprit de corps, de groupe ou d’équipe joue un rôle extrêmement important dans toutes les sociétés humaines. Il représente un facteur d’intégration et d’épanouissement pour l’individu qui rejoint un groupe social et l’armée (et ses diverses composantes : air, terre, mer, régiments, bataillons, sections,…) ne fait exception à cette règle. L’armée est un groupe social. Or, pour trouver sa place et s’intégrer à ce groupe, il faut être capable de suivre et de respecter les normes de ce groupe. Dans notre contexte, la lâcheté n’est certainement pas une norme acceptable. La peur de décevoir et de ne pas être à la hauteur est une motivation pour s’intégrer à un groupe. Voilà pourquoi nombre de jeunes engagés ont envie “d’en être” dans des opérations guerrières afin d’entrer dans le “club” des combattants. On remarque d’ailleurs un grand niveau de cohésion et même de solidarité entre des soldats qui ont été ensemble sous le feu.

    Ce sentiment est d’ailleurs devenu coutume ou codes dans de nombreuses unités. L’éphèbe athénien doit jurer : “Je ne déshonorerai pas les armes que je porte et je n’abandonnerai pas mes camarades au combat ; je lutterai pour défendre les dieux et l’Etat.” Le légionnaire français n’applique rien de moins que le même serment : “Chaque légionnaire est ton frère d’arme, quelle que soit sa nationalité, sa race, sa religion. Tu lui manifestes toujours la solidarité étroite qui doit unir les membres d’une même famille.”

    Personnellement, je ne sais pas si je saurai encore me regarder dans une glace si j’abandonnais des frères d’armes.

  • A password will be emailed to you.