Post has published by Ambarequiem
  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    Sur les chiffres donnés pour le nombre de chars, les allemands construisent en moyenne 70 chars puissants par mois entre mai et octobre 40, les français sont déjà à 75 chars puissants en mai 40, et leur production peut s’accélérer. Le S40 qui entre en production en juin devrait permettre d’atteindre rapidement 50 chars par mois, et le B1 peut être produit à 100 exemplaires par mois d’ici octobre 40. À terme, la production des chars sera double de celle de l’Allemagne. Et les ce ne sont que les chiffres français, il faut ajouter la production britannique, et les chars que les français peuvent faire produire aux USA, qui grâce aux leçons du combat peut faire rapidement apparaître un équivalent du Sherman à l’horizon 41.

    Si les français réussissent à stopper les allemands sur la Meuse, ils auront le temps de se fortifier sur tout le front avant que les allemands ne puissent rassembler leurs forces pour une nouvelle attaque. Les français auront à disposition 3 DLM, 4DCR et 7 DIM pour jouer au pompier et faire face aux tentatives de percées allemandes, ces unités interviendront en renfort d’une infanterie classique, retranchée dans ces positions de combat. Et là, l’avantage sera au défenseur si les allemands n’arrivent pas à prendre de vitesse les forces françaises. On risque de voir, comme à Stonne les allemands perdrent quatre fois plus d’hommes que les français pour des gains territoriaux limités. Si les alliés peuvent s’établir de manière solide en Belgique, le front n’offre pas assez de place pour que les français soient débordés surtout s’ils utilisent des réserves motorisées. Je doute fort que les allemands puissent supporter longtemps des pertes de l’ordre de quatre contre 1 longtemps. De même, des pertes importantes en chars mettraient les pzdivisions rapidement sur les rotules.

    Pour pouvoir dissocier les réserves françaises de manière suffisamment efficace il faut que les allemands attaquent de manière simultanée la ligne Maginot et le front belge, et qu’ils arrivent à percer des deux côtés, c’est difficilement faisable rapidement du côté de la ligne Maginot sans beaucoup d’artillerie lourde et de munitions, les allemands n’ont ni l’un, ni l’autre au contraire des français.

  • A password will be emailed to you.