Post has published by mongotmery
  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Je ne sais pas si on peut parler de quelque chose de totalement improvisé: les Alliés ont réagi à l’attaque allemande loin dans le Nord, avec des forces insuffisantes, mais ils ont mené de réels combats, et pas de simples actions d’arrière-garde.
    Cela marque une volonté de se battre ardemment contre cette avance allemande.
    Alors, l’idée de la contre-attaque sur le flanc n’est simplement qu’une transcription dans les faits de la défense, utilisant des principes militaires bien connus, comme la doctrine clausewitzienne.

    Je ne sais pas si je suis clair, mais en gros je veux dire, toute action militaire tactique (comme les contre-attaques sur la Marne) est par essence improvisée, car “un plan de bataille ne reste jamais le même après la confrontation avec la réalité”.
    Au niveau stratégique et opératif, l’adaptation au plan Schlieffen se fait très tôt, dès les premiers combats en défense du BEF et de la Ve armée française.

    Au final, la bataille de la Marne n’est que l’aboutissement du plan Schlieffen, lentement contrecarré par les actions françaises.

    C’est peut être çà que tu voulais dire @ambarequiem?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • A password will be emailed to you.