Post has published by Mégas Aléxandros
Modérateur
Posts197
Member since: 12 septembre 2015

Il y a 2 350 ans…

Le siège d’Halicarnasse (Août-automne -334 /Août automne 2016)

Une après-midi, deux Macédoniens de la phalange de Perdiccas étaient assis à boire dans leur tente ; comme chacun vantait ses mérites et ses hauts faits, ils firent le serment de s’emparer, à la pointe de leur lance, d’Halicarnasse tout entière et de tous ces poltrons de Perses qui la remplissaient. Aussitôt les deux soldats prennent leur bouclier et leur lance, et s’en vont tout seuls droit au mur ; ils brandissent leurs armes et poussent des cris en levant la tête vers les créneaux. Ceux qui se trouvaient sur les remparts, voyant et entendant ces bravades, firent une sortie contre les deux hommes ; ceux-ci, sans lâcher pied, abattaient quiconque s’approchait de trop près et allongeaient des coups à ceux qui reculaient. Mais la foule des ennemis croissait à chaque instant, et les deux champions, qui malgré tout tenaient ferme, furent enfin accablés par le nombre

Histoire de l’Hellénisme, Droysen

Qui l’eut cru qu’un jour les mosaïques de cités grecques seraient unifiées sous un même État … Au Nord de la Grèce, c’est le roi Philippe II qui rassembla par la force les différentes cités hellènes. Il rendit possible une union entre Athènes, Corinthe, Thèbes et bien d’autres ; la ligue hellénique de Corinthe fut créée après la bataille de Chéronée en 338 avant JC. Cette dernière a permis de régler l’interminable querelle grecque et d’entamer la conquête de l’empire Perse, avec l’aide de la puissante armée macédonienne. Son successeur, le bien aimé Alexandre le Grand, fit la même chose que son père le long des côtes d’Asie mineure : les vieilles tyrannies corrompues par les Perses succombèrent une par une face au rouleau compresseur macédonien. En fin politicien, Alexandre réussit un compromis : soumettre les cités de Mysie, de Ionie et de Lydie, tout en laissant une certaine indépendance aux villes de conquises. Pourtant, une cité aurait pu stopper l’avancer d’Alexandre et ses compagnons : Halicarnasse.

Rendue célèbre par le satrape Mosaule, ce dernier fit construire un gigantesque tombeau dans la cité. Cet édifice fera bien entendu parti des sept merveilles du monde antique. Après des successions de frère et sœurs Hecatomnides (dynastie de Carie), c’est au tour du petit frère de Mausole, Pixodaros, de règner sur la cité. Pour barrer la route d’Alexandre, il peut compter sur le diabolique Memnon de Rhodes, (qu’on peut facilement associer à Arbacès dans la BD Alix, un ennemi grec qui s’enfuie tout le temps 👿 ) chef des mercenaires et allié du roi Perse Darius, ainsi que l’exilé Néoptolème, qui s’était enfui après le meurtre de Philippe II. Ajoutons au soutien de Pixodaros la flotte Perse, supérieure en nombre par rapport à la mince flotte grecque.

Voici les questions abordées dans la discussion qui va suivre :

Quelles étaient les armes de siège utilisées par les Macédoniens à Halicarnasse ?

Avez vous des anecdotes particulières à raconter en rapport avec le siège ?

Quelles en furent les issues ?

Ruines de la porte Myndos, Hallicarnasse, époque d’Alexandre 
A password will be emailed to you.