Post has published by revenant
  • Participant
    Posts129
    Member since: 12 juin 2014

    Beaucoup de gens disent qu’il faut comprendre pourquoi un tel ou un tel est comme ça, je me propose de m’y coller. Déjà je m’excuse de pas avoir de source sous la main ce que je vais dire viennent principalement de mes cours (assez léger je ne fais pas de socio a temps plein c’est juste un cours auxiliaire) et de l’interprétation de ces derniers, donc si quelqu’un a plus d’info la dessus ou voit que je dis des âneries qu’il n’hésitent pas ^^.

    COTE DELINQUANT

    Déjà pourquoi une cité peut être dans cette état ?

    C’est un cercle vicieux, en effet la plupart des “jeunes” que l’on voit ne sont pas délinquant parce qu’ils ont envie de le faire… Enfin c’est pas vraiment ça mais peu importe c’est pour introduire, et donc pourquoi on devient délinquant ? Plusieurs réponse peuvent venir :

    1) L’échec scolaire/professionnel

    Pourquoi je devrais me conformer aux buts que me propose l’état lorsque je n’arrive même pas les préliminaires pour les atteindre ? Pareil pour le chômage, je ne trouve pas et je ne risque pas de trouver du travail pourquoi je me conformerait a ce que me dis l’état ? Vous vous doutez que je caricature (plus ou moins) mais vous voyez l’idée.
    Je cherche donc des alternatives : la religion qui propose un autre système de valeur et de norme qui intègre vite des gens du moment qu’il s’y investissent un peu, et il peut arrivé que ces personnes se radicalisent comme cela. IL se sent enfin reconnu et il va montrer sa gratitude à ses “bienfaiteur” (Daesh tout ça tout ça).
    La délinquance : Je vais quand même tenter d’atteindre le but de l’état (richesse, importance ne serait-ce qu’au niveau local) mais je ne vais pas le faire dans la légalité et la vous connaissez les classiques, drogue, racket tout ça tout ça.
    Il y en a d’autre des alternatives mais bon là encore vous voyez l’idée.

    2) Milieu déjà délinquant

    Pour comprendre plus facilement celui là je vais préciser quelque chose : il y a déviance que lorsque quelqu’un d’autre en voit, c’est une construction social en d’autre terme si dans votre pays tout le monde hurle “PONEY ROSE” et se roule nue par terre dès que quelqu’un éternue sans que personne n’y voit d’inconvénient ce n’est pas de la déviance, faite ça en France et vous êtes inculpé pour attentat à la pudeur.

    Maintenant dans un contexte plus sombre ou vous êtes élevé dans un endroit avec beaucoup de délinquances votre famille sans pour autant être louche ne montre pas son indignation face aux crimes,dans le pire des cas un membre même de votre famille est délinquant. Et bien tout cela ça va être normal pour vous, cela deviendra même un facteur d’intégration que d’être délinquant. Associé a cela que ceux qui tente de sortir et échoue à l’école/travail voue une certaine rancune envers l’état et se sentent abandonner, rancune qu’ils transmettent à l’enfant et ainsi de suite… c’est le cercle vicieux que je vous parle : cette mini société s’entretient toute seul et devient très hostile au action même sincère de l’état.

    3) L’étiquette “déviant”

    Je vous ai dit plutôt que pour être déviant il faut que quelqu’un vous considère comme tel, mais si vous n’y êtes pas ? Et bien c’est pas grave vous rester déviant au yeux des gens (on ne compte plus le nombre de fausse accusation qui ont fait vivre un enfer au personne innocente). Si vous êtes quelqu’un avec un frère délinquant que vous venez d’un milieu délinquant etc etc… Vous serez mis dans le panier “délinquant” alors que si ça se trouve l’idée même de commettre un crime vous révulse (j’admire les personnes de ce genre qui arrive quand même a passé outre cette étiquette c’est très loin d’être facile). Vous êtes plus ou moins exclu et vous pouvez retourner votre veste voir même devenir encore plus violent que si vous étiez délinquant de base (désillusion). Effet qui se transmet aux autres (cercle vicieux). Et dans un France au affaires très médiatiser un bavure policière qui pouvait être qu’un cas rarissime devient un symbole général d’exclusion de ce lieux et le problème c’est que ce cas n’est pas si rarissime que ça et je vous laisse imaginer le bordel que cela provoque.

    Bref vous voyer l’idée en plus de tout ça le facteur temps les légitimistes : les cité de ce genre ne datent pas d’hier malheureusement et ce genre de mini société sont très ancré, je vous laisse imaginer la galère que ce sera de régler le problème.

    COTE POLICIER

    Je vous avoue que la j’ai beaucoup moins de matière mon cours se portant principalement sur la déviance même, mais je me lance :

    Un policier est un garant des normes et valeurs de la société au sein du territoire qui l’embauche et ses actions peuvent aller du conseil,avertissement à l’amende ou a la prison. Ce cas ne pose pas de problème dans un lieu ou la population lui est “acquise” pas dans le sens ou les gens sont pro policier mais dans le sens ou il vont approuver le fait que les policiers arrêtent les voleurs, tueurs etc… Des déviants plus ou moins isolé face a la majorité aux même normes. Mais envoyer maintenant ce policier dans un lieu qui ne lui est pas du tout acquis avec des gens qui lui sont complètement hostile et qui cachent leur délinquants, comment va-t-il réagir ?

    1)L’abandon

    Il ne cherchera pas a calmer l’endroit vu que c’est dangereux pour lui et ses collègues, ou bien on peut lui intimer l’ordre de ne justement pas aller la bas (je ne suis pas sur mais je crois que c’est le cas dans certain coins de Marseille mais j’aimerais que l’on me le confirme).

    2) Le “tir à vue”

    Tout le monde se soutient mutuellement et est plus ou moins trempé dans des affaires donc autant m’occuper de tout le monde a la fois (veuillez ensuite ajouter 500 ml d’étiquette “déviant” et vous avez la un magnifique cocktail a déguster entre amis : veuillez servir très chauds)

    3) Chevalier sans peu et sans reproche

    La tentative désespérer d’être le chevalier blanc qui consiste a faire son travail correctement malgré les risques et éviter les bavures mais devant l’ampleur du problème un cas individuel et isolé ne va pas réussir et se tourner vers les options plus haut.

    Mais finalement tout ça c’est bien beaux mais est-ce que cela justifie le fait que Délinquant X fasse une connerie monumentale ? NON

    Est-ce que cela justifie le fait que Policier n°42 637 fassent une fouille anale muni d’une matraque sur une personne ? NON

    En plus de cela je n’ai fait que frôler l’iceberg car une infinité de facteur doit être pris en compte, je n’ai parler que des déviances mais il y a aussi le cas des étranger ou il vous suffit juste de changer l’étiquette “déviant” par “Tunisien”, “Algérien” etc… Que les deux camps sont exaspérer par l’autre et n’attendent que le prétexte pour se mettre sur la gueule.Que les deux camps sont anciens et s’estiment légitimes au vu du contexte (et donc pas de remise en question). Que le contexte économique n’est pas au beau fixe et que la réinsertion professionnelle surtout pour les métiers peu qualifier est assez difficile et imprévisible. Que la crise des migrant accentue ce mélange déjà bien explosifs bref vous avez compris.

    La conclusion plutôt que chercher a qui revient la faute complète est inutile vu que les deux ont commis des fautes. La vrai question est comme on l’as dit plutôt est comment régler cela ?Meilleurs réinsertion après la prison ? Recrutement plus sévère ? Le napalm (Troll) ? Mais il faut se dire que dans tout les cas un problème qui a mis des années a se mettre en place mettra des années a se résoudre.

    Autre précision : ce que j’ai dis sont des cadres généraux qu’ils ne faut pas forcément prendre au pied de la lettre, les métiers de l’humain comme la psycho, la socio ou la politique ne peuvent être cadrer précisément car l’homme est imprévisible du à son nombre et a sa complexité.

    Voilà j’espère ne pas avoir fait trop de fautes, de ne pas avoir dis d’ânerie surtout côté policier et de m’être fait comprendre. ^^

  • A password will be emailed to you.