Post has published by Knoloa
  • Participant
    Posts18
    Member since: 12 octobre 2012

    Bonsoir tout le monde. Je me suis inscrit exprès pour répondre à ce sujet car je trouve qu’il est infesté de clichés qui ne sont pas dignes de ce forum. Je suis loin d’un expert, mais m’intéressant autant à la culture médiévale occidentale que japonaise, je pense pouvoir répondre à la question de manière objective, et ma réponse sera très simple :

    Victoire écrasante du chevalier.

    Pourquoi ?

    Le chevalier a l’avantage des armes.

    Les katana ont très longtemps étés des lames médiocres pour ne pas dire pourries. Le Japon n’a jamais été gâté au niveau de ses ressources en minerais, ce qui explique notamment leur choix en matière d’armure. De plus, leur techniques de forges ont longtemps étés très basiques, ce n’est qu’à la fin du 18ème siècle que les lames des katana commencent à obtenir la qualité qui font aujourd’hui leur renommée. De plus, le katana possède une lame beaucoup plus épaisse que l’épée longue, ce qui le rend plus lourd, oblige à le manier à deux mains et rend son utilisation plus fatiguante.

    De plus, le katana n’est pas fait pour combattre un chevalier en harnois. Les armures japonaises offraient une protection bien moins élevée et offrent plus d’ouvertures à un adversaire. Ainsi, un samurai privé de sa lance pouvait encore se permettre de frapper les parties mal couvertes (et souvent protégée par du cuir, parfois de la maille) en tranchant dans le tas. Ce choix était aussi motivé par le fait que les samurai était les seuls à être aussi bien protégés, les paysans eux avait droit à une cuirasse ou du cuir, mais jamais plus, donc une lame tranchante était la bienvenue.
    Entre deux chevaliers, le combat était très différent. Toute arme tranchante est inutile contre un harnois, le seul moyen de blesser l’adversaire était de tenter des coups d’estocs dans les parties les moins protégées (c’est pas pour rien que les mercenaires savant manier la rapière étaient très appréciés et que les estocs sont devenues aussi populaires). Du coup, les chevaliers ont adaptés leur techniques de combat (halbschwert et tout le bataclan), et ont progressivement favorisés l’estoc sur le tranchant.

    Donc si on résume :

    Le Samurai combat avec une mauvaise armures, qui le couvre mal, et est armée d’un sabre lourd, de mauvaise qualité et qu’il doit manier à deux mains.
    Le Chevalier combat dans un harnois d’une qualité moyenne à bonne qui lui offre une très bonne protection, il est armée d’une épée longue (meilleure estoc) à lame fine (ce qui offre une meilleure pénétration), son épée est assez légère pour qu’il puisse la manier à une main ce qui lui permet d’utiliser une main gauche ou un poignard en plus de son épée.

    Enfin, n’oublions pas que contrairement au Samurai, le Chevalier est entrainé à combattre des armures comme celle qu’il porte, donc l’armure du Samurai ne sera pas un problème.

    La victoire revient donc naturellement au chevalier.

    Par contre, je pense que le combat serait beaucoup plus serré si il devait prendre place au 13ème siècle.

  • A password will be emailed to you.