Post has published by cuirassier
  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai lu son précis sur l’art de la guerre, qui est un petit livre d’introduction, et je me souviens qu’il s’efforçait de donner des exemples.

    Clausewitz n’a jamais écrits de livre s’intitulant « précis sur l’art de la guerre ». Tu ne confonds pas avec Jomini par hasard ?
    Surtout que c’est bien son genre de s’appuyer sur des cours d’eau et des forteresses.

    Clausewitz parle-t’il aussi des techniques dans sa réflexion, où n’évoque-’til que des contre-attaques sans parler de leur composition?

    Pour l’instant je n’ai pas vu beaucoup de détails tactiques sur ces contre-attaques. Promis si j’en lis je les posterais ici.
    On peut faire des suppositions. Il sous-entend que même si on pratique une campagne défensive, on peut surprendre et attaquer l’ennemi sur plusieurs cotés. Cet ennemi étant sur l’offensive il est donc en mouvement, donc imaginez la réactivité nécessaire pour surprendre et attaquer sur plusieurs cotés un ennemi en mouvement… Cela doit nécessiter de bons renseignements, une organisation souple, un commandement réactif et une armée très mobile.

    Par contre j’ai déjà lu le passage où il évoque les moyens de la défense au niveau stratégique. Ces moyens sont :
    – La réserve. (Rappelons-nous que Clausewitz a participé à la formation de la Landwehr).
    – Les forteresses pour fixer l’ennemi.
    – Le peuple : sa volonté, son soutien.
    – Le soulèvement national
    – Les alliés

    Comparaison n'est pas raison.

  • A password will be emailed to you.