Post has published by miles imperii
Participant
Posts294
Member since: 12 avril 2012

L’influence dans la partie désertique de la Syrie et du centre de l’Irak, milieu particulièrement difficile à contrôler, n’y favorise pas la présence humaine et, dans cet espace, l’État islamique règne sur du vide. L’assise territoriale d’un État n’a de valeur que si elle porte une population.

Ce que tu dis à ce sujet là n’est que partiellement vrai, la région qu’occupe l’Etat islamique, à cheval sur la Syrie et l’Irak est en effet une région aride, mais elle est peuplée des anciennes “tribus” bédouines, sédentarisées après la fin de la première guerre mondiale et la création de cette frontière qui coupait leurs routes migratoires entre leurs zones de vie estivale et hivernale.
Ces tribus, bien que sédentaires aujourd’hui, ont conservé leur structure, et les affinités et réseaux entre ces tribus perdurent encore malgré la frontière syro-irakienne, et Daesh en profite beaucoup, en tissant les bonnes relations pour contrôler cette zone.
Après techniquement, c’est vrai que la population est minimale dans ces contrées, mais d’un point de vue historique et étymologique, les termes “Bédouins” et “Arabes” étaient au départ synonymes, ce qui montre quand même que leur histoire est liée.

Ta synthèse est particulièrement bien construite, chapeau d’avoir eu le courage de tout exposer aussi limpidement 🙂 , notamment avec l’idée de la restauration d’un calife, dont la mission était à l’origine d'”établir le royaume de Dieu sur terre”.
Cependant au sujet du califat et de la place de l’Irak dans ce dernier, il est intéressant de noter que la Syrie et l’Irak furent conquis en 636, le califat omeyyade fut fondé en 661 (califat sunnite)et Bagdad fut créé en 762 et pendant 500 ans cette ville allait être considérée comme un des centres du monde arabo-musulman. L’avènement des Abbassides n’y changera rien, mais cette hégémonie s’achève en 1258 comme tu le dis après la prise de Bagdad par les Mongols.
Ce qui est intéressant c’est de constater que bien que le calife ait une portée religieuse, il ne fut jamais souverain exclusif des musulmans à Bagdad, la communauté musulmane y était minoritaire, il fut bien plus le souverain des adeptes de toutes les religions monothéistes (même les zoroastriens), des débats théologiques avaient notamment lieu.
Et bien que le calife fut toujours arabe, les élites administratives qui gagnèrent du pouvoir ne l’étaient pas forcément. Dès le IXème siècle les califes perdirent de l’importance et du milieu du IXème siècle jusqu’en 1055, un califat chiite prit place à Bagdad jusqu’à l’arrivée des Turcs seldjoukides.
Le calife abbasside ne fut alors plus que le “symbole de l’unité impériale idéale dans un monde musulman fractionné en entités politiques autonomes, les nouveaux dynastes non-arabes avaient besoin de sa reconnaissance.” (D’après le hors série du monde sur le Proche Orient)

A password will be emailed to you.