Post has published by Saganami
  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Bonjour TriWarForKaos, et bienvenu sur le Forum de la Guerre.

    L’anti-matière n’absorbe pas la matière. Les deux sont annihilé purement et simplement lorsqu’elles se rencontrent.

    En fait, l’erreur commune est peut être de faire une distinction entre les mécanismes qui régissent matière et anti-matière. Hors, fondamentalement, elle n’existe pas. Elles sont régis par les même interactions (forte, faible, électromagnétique, et il faut attendre confirmation pour la gravité).

    Pour annuler cette distinction, il faut adopter une notation particulière, la matière devenant M+ et l’anti-matière M. Le fait d’être “anti” ou non devient alors une propriété. La matière (dans son sens global) est alors un constitutif de l’univers qui possède une masse.

    Pour comprendre comment elle se forme, et évidement s’annihile, il faut comprendre que la masse (matière) et l’énergie se conservent, mais peuvent se transformer l’une en l’autre. Cependant, cette conversion se fait de manière équilibrée :

    M+ + M Energie

    Lorsque matière et anti matière s’annihilent, elle forment de l’énergie sous forme de lumière (photon). Mais l’opération est totalement réversible. Ainsi, lorsque tu dissipes l’énergie d’un choc de particule, toute la composante cinétique de ce choc doit trouver un échappatoire, et bien souvent, elle utilise cette réaction. On crée alors de la masse lors d’un choc de particule dans un accélérateur de particule. Cette masse est alors autant de la matière que de l’anti matière.

    On prends donc deux particules banales (protons), on les accélèrent de manière démente au moyen d’électro-aimant, ces particules emmagasineront alors des dizaines de millier de fois leur équivalent masse sous forme d’énergie cinétique, et lors de la collision, on génère alors 5000 protons et 5000 anti-protons ! (je simplifie à mort ;))

    Ensuite, viens le stockage, et c’est là le grand problème. Car il est évident que l’antimatière suit son chemin et s’annihile alors avec la matière du collisionneur lui même.

    On se sert donc de la propriété électromagnétique de l’antimatière, car avoir la propriété matérielle opposé fait que l’interaction est “inversée”. Alors que l’électron est négatif électriquement, l’anti-électron est positif.

    Un couple très simple (mais théorique) est donc une particule d’un électron et d’un anti-électron. Ces deux là ne s’aimeront cependant pas très longtemps (expliquant que cette particule soit théorique). La solution est donc de créer des anti-particules plus stable (comme des anti-atomes), et de les ioniser (en leur ôtant quelques anti-électrons).

    On peux alors faire de la chimie, ou plus vraisemblablement, les emprisonner dans des anneaux électromagnétiques, où ils tourneront comme des toupies sans jamais rencontrer la parois. C’est de cette manière que l’on stocke actuellement l’anti-matière (sous fore d’antiquark et anti électron cependant).

    PS : j’ai simplifié à mort tout ce que j’ai dis. Il existe des sources naturelles d’anti matière, comme certaines réaction radioactives. De même, la parité matière/anti-matière pose de nombreux paradoxe, même si elle n’a jamais été mise en défaut et est donc l’unique réalité acceptable aujourd’hui.

  • A password will be emailed to you.