Post has published by Marechal Montcalm
  • Participant
    Posts54
    Member since: 29 juillet 2017

    A titre d’exemple la limite de la zone libre a été fixée par l’avance des allemands le 30 Juin
    http://www.1940lafrancecontinue.org/images/image.php?id=145&file=t1c1.jpg bien entendus que les Italiens réussiront quelques exploit avec leurs avion mais il reste inférieur au nôtres et au moment ou les Anglais posteront un radar a Toulon notre flotte ne risqueras plus rien
    Ensuite pour l’armée Allemande j’ai trouvée un truc assez sympas c’est :
    ” Au 15 juin 1940, les unités avancées de l’armée allemande (les automitrailleuses des
    groupes de reconnaissance) sont à 50 ou 100 km en avant du premier échelon de leurs
    forces. Von Thoma, dans un document d’après-guerre (1946 ?), décrit la nécessité de
    procéder à des ravitaillements en carburant par avion des unités les plus avancées. Mais
    il faut savoir que vu les faibles quantités transportées par un Ju 52 et les besoins d’un
    char comme le Pz-III ou le Pz-IV, ces ravitaillements ne concernent QUE les troupes de
    reconnaissance, dont les blindés à roues sont intrinsèquement moins gourmands en
    carburant.
    Von Thoma précise qu’une Panzer Division doit être ravitaillée trois fois en 7 jours en
    phase offensive (sauf en ce qui concerne les rations alimentaires). Pour un seul régiment
    blindé équipé de Pz-II et Pz-III, il faut 36 000 litres de carburant pour couvrir environ
    100 km. Ceci représente un peu plus de 26 tonnes. Compte tenu du “poids d’emballage”
    (les fûts…), il faut compter environ 40 tonnes, soit l’équivalent de 40 vols de Ju 52. Il en
    faut 15 % de moins si le régiment est équipé de chars tchèques. Or, une Panzer Division a
    deux régiments de chars, sans compter tous les autres véhicules à moteurs pour
    l’infanterie, l’artillerie, etc. Compte tenu du parc de camions disponibles, il était
    impossible de ravitailler des forces substantielles au-delà du “seuil de Bourgogne” au 20
    juin 1940.
    Il faut noter que les unités allemandes ont très peu utilisé du carburant français
    capturés, et ce pour deux raisons expliquées par Ritter von Thoma. D’une part le degré
    d’octane du carburant français ne correspondait pas à celui des moteurs des chars
    allemands. D’autre part, même pendant la débâcle, les dépôts étaient incendiés et très
    peu ont été capturés intacts.
    La première raison me semble personnellement un peu étrange, même si le taux de
    compression des moteurs des chars allemands est effectivement supérieur à celui des
    moteurs utilisés à l’époque sur les chars français (6,5/1 contre 5/1). Un élément non
    mentionné par von Thoma mais signalé par von Mellenthin est l’usure des moteurs des
    chars à la fin de la Campagne de France. Il faut se souvenir que les blindés allemands
    utilisaient des moteurs relativement “poussés” pour l’époque et pour l’usage qui en était
    fait. Par ailleurs, en combat offensif un moteur de char “travaille” beaucoup. Le besoin en
    réparations importantes (changement des segments des cylindres, voire des pistons)
    devait être criant au 15 juin 1940. Or, il est vrai qu’un moteur fatigué n’accepte pas aussi
    facilement une essence plus pauvre qu’un moteur neuf. Ceci peut expliquer l’argument
    donné par von Thoma. Il faut ajouter un cas documenté d’une Panzer Division tombée en
    panne d’essence durant la Campagne de France “

  • A password will be emailed to you.