Post has published by kymiou
Modérateur
Posts1944
Member since: 20 juillet 2013

Comme le souligne @skyros, les racloirs figurent parmi les outils les plus anciens. Les Néandertaliens déjà en usaient abondamment. Certains crânes montrent une denture inclinée vers l’avant avec des incisives usées sur leur côté intérieur. On a supposé qu’ils tendaient les peaux à tanner entre leurs pieds d’une part et leurs dents de l’autre, ce qui leur laissaient les deux mains pour jouer du racloir.

La taille des pierres est assez bien connue grâce à l’archéologie expérimentale. En gros, on place le galet dans sa main protégée d’une pièce de cuir (comme pour ouvrir une huître), on choisit bien l’angle puis on frappe d’un morceau de bois dur ou de ramure de cerf. Après, c’est affaire d’expérience et elle s’enrichira avec le temps.

Les progrès ont été constants au fil des millénaires. Il y a 500.000 ans, ils tiraient d’une pierre d’un kilo 40 centimètres de tranchant; deux mètres il y a 40.000 ans et, il y a 10.000 ans environ, 12 mètres de lame coupante. Encore ne tient-on pas compte des outils pointus, comme les poinçons, et la récupération des petits éclats, toujours utiles au bout des flèches.

A propos de ces dernières, elles étaient souvent collées au goudron d’écorce de bouleau. C’est, en plus petit, la recette du charbon de bois : une combustion à l’étouffée, avec le moins d’oxygène possible. D’autres colles étaient disponibles, particulièrement la gelée issue du bouillon d’os, disponible encore aujourd’hui au supermarché.

Peaux et fourrures furent naturellement nos premiers vêtements. Les premiers textiles ne seraient apparus qu’il y a 12.000 ans environ avec leur accessoire obligé : l’aiguille à coudre. Mais cela ne veut pas dire qu’avant, ils se baladaient quasi à poils, juste couverts de ponchos de peau à moitié putréfiées comme on le voit dans La guerre du Feu de Jean-Jacques Annaud (1980) ! Avec un poinçon et un lacet, même les Néandertaliens avait de quoi s’équiper look glaciaire avec un minimum de commodité et – pourquoi pas ? – d’élégance.

Pour la matière première, le silex était le premier choix et ils creusaient parfois profondément pour en trouver, comme à Spiennes (Belgique), où cette roche est présente sous forme de « rognons » sertis dans de la craie. Mais d’autres ressources s’offraient ailleurs, comme le grès quartzitique, la jadéite et surtout l’obsidienne. Souvent, il n’avaient qu’à se baisser. Les éboulis d’avalanche ou les galets de torrents offrent tout un panel de pierres parmi lesquels on n’a que l’ennui de choisir.

.

A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

A password will be emailed to you.