Post has published by kymiou
Modérateur
Posts1944
Member since: 20 juillet 2013

La question des Peuples de la Mer agace un peu car elle ne progresse pas malgré les études sans nombre qu’elle a suscitée. On peut seulement « sentir » qu’il ne s’agit que de la partie émergée d’un iceberg et que le fond de l’affaire est un déplacement de population de grande ampleur quelque part dans le Nord et dont nous ne savons rien.

Nous avons une longue liste de peuplades rassemblées sous le vocable de Peuples de la Mer et l’on a longtemps cherché à les identifier à des groupes de consonance similaire. Ainsi, les Lukka seraient des Lyciens, les Akawasha des Achéens, les Shardanes des Sardes, les Shekelesh des Siciliens, les Denyen des Danaens – ou des Dardaniens – et les Terousha des Etrusques.

Ouais, c’est tentant et sûrement en partie vrai : les Pelest sont à coup sûr les Philistins de la Bible.

Mais cela n’aide pas à comprendre réellement ce qui s’est passé. Par exemple, les Shekelesh furent-ils appelés ainsi parce qu’ils venaient de Sicile, ou bien est-ce l’île qui fut appelée ainsi parce que les Shekelesh en déroute finirent par s’y établir ?

Le scénario est donc bien léger. Tout au plus peut-on soupçonner une progression. Sous Amehotep III (-1390 – 1352), on signale des raids limités de pirates sur les ports du Delta.

Sous son fils Akhenaton (-1352 – 1338), on a une lettre où il se plaint à un vassal nord-syrien de ce qu’on a repéré quelques-uns de ses hommes aux côtés de pirates attaquant Chypre. Cela pourrait indiquer que la piraterie recrutait et cela expliquerait pourquoi on compta tant de peuples différents luttant ensemble au siècle suivant.

Séthi 1er (-1294 – 1279) intercepte des pillards shardanes et en incorpore dans la garde royale.

http://andresordes.e-monsite.com/medias/images/2jkhlkjl.jpg
Avec leurs casques à cornes et leurs épées droites, leur allure est nettement européenne. Je penche pour des Mycéniens à cause de leur ressemblance avec les figures d’un certain vase, … mais les deux sont fragiles (mon idée et le vase ).

http://img.over-blog.com/300×235/4/07/62/61/IMAGEARTICLE/Warrior_Vase_Medium-Mycenae_c_1200BCE-.jpg

Ramsès II (-1279 – 1213) repousse une nouvelle attaque Shardane en -1277. Désormais, toute la garde royale porte leur tenue caractéristique, ce qui ne veut pas dire qu’ils l’étaient tous. Des membres d’autres ethnies ont dû venir s’y adjoindre.

Sous son fils Merenptah (-1213 – 1202) commencent les choses sérieuses avec un raid de grande envergure : l’ennemi de toujours, les Libyens, s’entend avec une série de peuples de la mer récemment débarqués pour attaquer le Delta Occidental. Merenptah, alors en expédition en Syrie, met un mois à revenir et écrase les envahisseurs, faisant 6000 tués sur place et 9000 prisonniers.

Parenthèse : en égyptien, «  un prisonnier » se dit seker ânkh, littéralement : « un massacré vivant » 😛  !

Parallèlement à ces assauts sur le Delta se déroulait un saccage en règle des côtes d’Asie mineure (au détriment des Hittites de plus en plus défaillants) et du nord de la Syrie où les villes tombaient les unes après les autres.

Longeant la côte, cette seconde branche de la tenaille surgit du Sinaï en l’an 5 de Ramsès III (- 1186 – 1154). Elle devait offrir les caractère d’une vraie migration, des hommes en armes accompagnés de leur famille et flanqués d’une flotte. Bloqués par les fortifications égyptiennes, les arrivants embarquent sur leurs vaisseaux et tentent une incursion par un bras du Nil mais tombent sur l’armée de Ramsès III qui les anéantis.

Une nouvelle – et dernière – tentative aura lieu six ans plus tard pour le même résultat. Les survivants sont autorisés à s’installer dans la région d’Askalon sous le nom de Philistins.

En 1175 av. J.-C, les Peuples de la Mer sortent de l’Histoire.

Les variations sur base de ce scénario sont multiples mais n’ont conduit jusqu’ici à aucune certitude. Notre seul espoir réside désormais dans une approche génétique du problème. A condition de trouver les bonnes nécropoles, l’Adn nous donnerait sans doute les bonnes clefs.

.

A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

A password will be emailed to you.