Post has published by Von_Clausewitz
Participant
Posts860
Member since: 1 mai 2013

@maxsilv : pourtant le commencement du conflit donne tort à ces objections ! Il faut tout de même rappeler que les armées allemandes traversent le Luxembourg, la Belgique, les Ardennes, suivent l’Oise, pour buter à à peine 40km de Paris ! Et que, sans le manque de clairvoyance de Von Klück (1ère armée allemande, à l’extrême droite/nord de leur dispositif) qui vient prêter son flanc à la 6e Armée française nouvellement constituée, la victoire décisive aurait très bien pu être emportée.

Ensuite, impasse stratégique pour le haut-commandement français à cette même période, c’est vite dit; car la conduite de la guerre de Joffre fut particulièrement audacieuse et efficace lors de cette “grande retraite” sur la Marne : Joffre, si l’on veut, reproduit un “Cannes” en formant une nasse, où viennent se plonger les 1ère et 2ème armées notamment. Le repli stratégique du généralissime est, je trouve, excellent, car il ne néglige pas non plus les contre-offensives tactiques (la bataille de Guise est certainement l’une des plus importantes de toute la guerre pour l’armée française !), et, face à une armée agitée (c’est le moment des mutineries de 1914, d’une plus grande ampleur que celles de 1917), il parvient à faire retraite en bon ordre en ayant un schéma stratégique en tête.

Quant à l’enterrement de la guerre, passés les premiers temps de la rencontre face au combat moderne, en était-il possible autrement ? Les moyens à la disposition des belligérants, et le terrain sur lequel ils s’affrontaient, ne conduisaient-ils pas irrémédiablement à cette issue ?

A password will be emailed to you.