Post has published by Remicas
  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Je sais, c’est pour ça que j’ai utilisé les termes de “liens féodo-vassaliques” (peut-être mal choisi le terme d’ailleurs, d’où confusion) et de “vassalités”, pas de féodalisme, ou féodalité ou “système féodale”. Je me basais sur les liens personnels d’aide et de protection mutuelle entre un puissant et son protégé, traits que l’on reconnait dans les pratiques romaines, sans vouloir m’attarder sur la partie réelle de l’engagement qu’est la concession du fief. La concession d’un bénéfice en échange d’un serment de fidélité, et la délégation de pouvoirs correspondants, ne commence vraiment qu’avec Charles Martel, et ne devient obligatoire (voire même un pré-requis) que vers le IXème siècle. Comme tu le dit, les princes territoriaux ne deviennent autonome, voire carrément indépendant qu’à partir des raids vikings. En gros ce qui relevait du droit privé (les liens d’homme à homme) est passé dans le droit public (en tant que relation entre “micro-États).

    Cela fait quand même un beau trajet entre la chute de Rome (476) et les raids vikings (vers 850) ^^ jusque-là les royaumes barbares comme le royaume franc, wisigoth ou lombard tenait plutôt bien la route.

    Entrave au commerce, certes, mais cela ne l’a pas empêché de se développer : l’âge d’or de la féodalité en France va environ de l’an mil jusqu’au début du XIIIème siècle (où le pouvoir royal reprend du poil de la bête), or cette période est aussi celle d’un grand essor démographique, qui entraîne l’essor du commerce, et donc des villes, non sur la Méditerranée mais sur un axe qui part du sud de l’Angleterre jusqu’au nord de l’Italie en passant par la Champagne et l’ouest du SERG.

  • A password will be emailed to you.