Post has published by Invictus
Participant
Posts3
Member since: 20 août 2014

Les animaux étant ma véritable passion (plus encore que l’histoire), je me permet de m’intégrer au débat.

La notion d’espèce est assez vieille et bien ancré dans notre société si bien qu’on l’emploie à trot et à travers. En fait, la plupart des gens en ont une image un peu floue, et à juste titre : cette notion est de plus en plus controversé et la définition actuelle serait complètement dépassé. Pourquoi ? A cause de nombreux cas d’hybridation qui divisent la communauté scientifique.

Le loup et le chien peuvent se reproduire et engendrer une descendance fertile, donc selon la définition d’une espèce, le chien et le loup sont de la même espèce. Dans les mentalités, à la fois civiles et scientifiques, c’est très difficiles à faire passer on a donc dit que le chien était une sous-espèce du loup. Ouf ! on est sauvé, on a trouvé une solution ! Mais d’autre cas sont encore plus étrange.

Le cheval et l’âne peuvent se reproduire mais leurs descendance est stérile. Oui, c’est vrai, mais à quelques exceptions prêt puisque certains mulet et Bardot ont eu des petits. Mais le phénomène étant beaucoup trop marginale, le cheval demeure un autre espèce que l’âne. Ouf ! encore sauvé !!

Dépuis quelques décennies, certains éleveurs tentent des hybridations entre animaux domestiques et sauvages afin d’assouvir la soif exotique des hommes. C’est ainsi que des éleveurs ont pu faire reproduire des chats domestiques avec des chat léopards du Bengale (une espèce de chat sauvage vivant en Asie). Cette nouvelle race de chat, intitulé le Bengal (voir le Bengal), est fertile. Pareil pour le Savannah (voir le Savannah), qui est le résultat d’une hybridation entre un chat domestique et un serval (un félin d’Afrique), la descendance est encore une fois fertile. Pourtant, dans la classification actuelle, le chat domestique, le chat léopard du Bengale et le serval sont bien trois espèce distinctes. Le serval et le chat domestique se sont “séparés” il y a 8 millions d’années tandis que le chat dommestique et le chat léopard du Bengale se sont “séparés” eux il y a 6 millions d’années. A titre de comparaison, c’est comme si un homme se reproduisait avec un Bonobos et engendrerait une descendance fertile (l’homme et le bonobos se sont séparés il y a 6 millions d’années)!

Encore un autre cas, plus surprenant encore, le Liligre (voir le Liligre) qui est une hybridation entre une ligresse (union entre un lion et une tigresse) et un lion (il ne peut être le résultat du croisement entre une lionne et un ligre, car les ligres mâles sont stériles).

Après tout ces exemples que nous pouvons observer aujourd’hui, l’on pourrait se demander si effectivement l’homme de Neandertal ne se serait pas hybridé avec l’homo sapiens sapiens. Cela à pu se produire et, l’homme de Neandertal étant beaucoup plus rare et moins fécond que l’homo sapiens sapiens, sont matériel génétique se serait perdu après de nombreuses générations, ce qui fait qu’il nous est difficile de le retrouver en nous aujourd’hui. Le débat est relancé !

PS : pour ceux que ça intéresse 🙂

A password will be emailed to you.