Post has published by Maxsilv
  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Ta remarque Saganami est judicieuse, car l’Espagne même si elle n’est plus la superpuissance du XVIème siècle continue de donner des sueurs froides aux anglais. Ainsi, à l’issue de la guerre de succession d’Espagne (1702-1713), le trône espagnol est cédé à Philippe d’Anjou (devenu Philippe V), le petit-fils de Louis XIV c’est à dire un Bourbon ! Aussi, même si les clauses du traité d’Utrecht (1713) interdisent toute réunion entre monarchie française et espagnole, outre-manche on n’en demeure pas moins très méfiant. Cependant, l’Angleterre a préféré cette option à l’autre candidat : un Habsbourg qui laisserait donc présager le retour de l’immense empire de Charles Quint. Evidemment, pour les Anglais qui recherchent un équilibre en Europe, il est impensable de laisser émerger de telles puissances.
    Un autre point très important de cette diplomatie du début du XVIIIème siècle est la présence depuis la Glorieuse Révolution (1689) d’un Prétendant au trône d’Angleterre réfugié en territoire français. Si on s’intéresse à la correspondance de certains diplomates français et anglais, on se rend compte que durant toute la première moitié du siècle la pire frayeur du roi d’Angleterre était le potentiel retour de ce Prétendant, de la lignée Stuart et aux idées proches de l’absolutisme. Cela explique d’ailleurs en partie le rapprochement avec la France : la Grande-Bretagne escompte ainsi se faire du régent le duc d’Orléans (Louis XV étant mineur à la mort du Roi Soleil) un ami susceptible de bouter le Prétendant un peu plus loin des côtes anglaises.

    A ce propos, je vous conseille vraiment l’ouvrage Le mythe de l’Europe française au XVIIIème siècle, de Beaurepaire qui retrace extrêmement bien cette ambiance à la limite de la paranoïa pour les diplomates anglais et français au début du siècle des Lumières (en effet la France s’efforce à répéter son soutien au roi anglais en place, tandis que les Anglais demeurent extrêmement méfiants).

  • A password will be emailed to you.