Post has published by lucdelgames
Participant
Posts1392
Member since: 12 avril 2012

II : La Fin des Templiers : le début d’une malédiction :

En 1307, Philippe s’attaque donc aux Templiers dans un contexte de « besoin d’argent ».
En effet, en dépit de leur repli en Occident et en Chypre ainsi que la chute des États Latins d’Orient, l’ordre du Temple ne cesse de s’enrichir et se fait important. Fondé en 1119 par des chevaliers français au service du roi Baudoin de Jérusalem, l’Ordre du Pauvres Chevaliers du Christ devient vite l’Ordre du Temple étant donné que son quartier général se situe près des vestiges du mythique bâtiment du roi Salomon. Défendant les routes de la Terre sainte et servant d’armée permanente aux États latins d’Orient, leur succès est immense et l’Ordre se développe considérablement aussi bien en Orient qu’en Occident. Contraints de se replier à partir de 1291, les Templiers conservent de nombreuses commanderies, places fortes et autres châteaux à travers toute l’Europe tandis que leurs activités se concentrent plus que jamais sur la banque.

https://lenouveaugringoire.files.wordpress.com/2014/01/templiers.jpg
Les Templiers ont abandonné les activités militaires en même temps que la Terre sainte. A l’époque, ils sont les premiers banquiers d’Occident tout en restant une force militaire non-négligeable.

Outre les raisons financières, les Templiers représentent une sorte d’armée «internationale» aussi puissants que le Pape (dont ils dépendent directement, à la grande horreur des premiers gallicans) ou le roi de France. Ainsi, c’est à la tour du Temple à Paris que Philippe IV s’était réfugié un jour d’émeute à Paris. Qui plus est, le roi avait aussi tenté e vain de se faire nommer grand-maître. Une seule de ces raisons peut valoir le courroux du Roi de Fer, alors quand il y en a tant…..
A la demande de Philippe IV, un dossier d’accusation est monté de toutes pièces sur base de rumeurs : profanation, idolâtrie, sodomie,….

Le vendredi 13 octobre 1307 (cette date est à l’origine du malheur qu’elle est censée porter), les 2000 Templiers de France sont arrêtés et jetés en prison. Les officiers royaux prennent par surprise les moines-soldats lors de cette gigantesque opération «militaro-policière» qui a lieu dans tout le royaume. Le Grand-maître, Jacques de Molay et ses lieutenants sont fait prisonniers à Paris sans opposer de résistance.

Sous la torture, les Templiers avouent tout : avoir pratiqué de l’hérésie ainsi que de la sorcellerie, d’être homosexuel,… Face à de tels aveux, Clément V ordonne aux autres princes d’Europe de neutraliser leurs Templiers. Les rois s’exécuteront bien qu’indigné du traitement subi par les Pauvres Chevaliers du Christ. La plupart des Templiers sont brûlés vifs ou emprisonnés à vie.

Le pape Clément V cède à la pression du roi et, convoque un Concile à Vienne en 1311 pour juger les Templiers en tant qu’ordre religieux. Au terme du concile, le 22 mars 1312, la bulle Vox in eclesis abolit l’ordre mais ne le condamne pas ! Les biens du Temple sont transférés à leurs anciens rivaux Hospitaliers, à la plus grande frustration de Philippe le Bel.

Une forteresse hospitalière. Cette ordre existe encore de nos jours, après avoir perdu Rhodes et Malte….

Le 19 mars 1314, d’importants dignitaires du Temple, il s’agit de Jacques de Molay et de Geoffroy de Charnay (le chef des Templiers normands), sont contraints de répéter leurs aveux devant la population parisienne (afin d’en finir définitivement avec cette affaire). Mais, contre toute attente, ces hommes, littéralement brisés par la torture, dénoncent l’absurdité de leurs accusations et proclament leur Ordre saint et pur. Le roi les condamne au bûcher le soir-même.

http://www.france-pittoresque.com/IMG/jpg/52g.jpg

Sur le bûcher, Jacques prononce ses dernières paroles au pape, au roi et à son conseiller Guillaume en criant : «Pape Clément, chevalier Guillaume, roi Philippe, avant un an, je vous cite à paraître devant le tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment. Maudits ! Maudits ! Vous serez tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races !»

Cette malédiction semble se réaliser puisque le pape meurt le 20 avril qui suit et Philippe tombe de son cheval lors d’un accident de chasse dans la forêt de Pont-Sainte-Maxence en rendant visite à son oncle Robert de Clermont. Ainsi s’éteint un grand Roi prononçant ceci à son héritier Louis :«Pesez Louis, pesez ce que c’est d’être roi de France.»

Mais une partie de la malédiction s’est produit, à quand la suite ? Cependant, la malédiction n’est peut-être que légende puisque Guillaume de Nogaret n’aurait pas pu assister à l’exécution de Jacques de Molay étant, soi-disant, mort en 1313.

A password will be emailed to you.