Post has published by Solduros_390
  • Participant
    Posts2177
    Member since: 16 avril 2012

    Seleukos 2 Kallinikos (246-226)

    http://www.monnaiesdantan.com/medias/seleucide-seleucus-kallinikos-246-z131567.jpg

    Comme nous l’avons vu, Seleukos 2 est le fils d’Antiochos théos et de Laodicée. Celui-ci l’a désigné comme successeur sur son lit de mort, repoussant du même coup le fils que le basileus avait eu avec Bérénice, son épouse lagide. Evidemment, cela eut des conséquences inévitables, Ptolémée 3 voulant voir un prince de son sang sur le trône asiatique.

    Donc pour varier un peu les plaisirs, le nouveau souverain séleucide va commencer son règne par un conflit à l’ouest de son empire. Dans un premier temps, il ne fut reconnu seul souverain uniquement par l’Asie mineure, tandis que le fils de Bérénice rassemblait toutes les autres satrapies.

    Cette 3ème guerre de Syrie commence bien mal pour Seleukos 2. Ptolémée remonte la côte phénicienne, s’empare de Séleucie (le port d’Antioche) où la population l’accueille chaleureusement et pousse jusqu’à Antioche. Là aussi, les habitants sont heureux de voir arriver le pharaon dans leur ville. Pourtant, Ptolémée 3 va vite déchanter.
    Il se rend compte que sa sœur Bérénice et son neveu ont été assassinés, sans que la population soit au courant néanmoins. Il se trouve donc dans une situation embarrassante vu que son motif (soutenir son neveu) d’invasion vient de disparaître. Cependant, il décide de continuer sa campagne. Vengeance ou ambition lagide sur certaines terres séleucides ? Nous n’en savons rien, mais une chose demeure sûre, il va agrandir (très momentanément) l’Egypte comme jamais. En effet, sans aucune difficulté, il marche à l’est et obtient la soumission des satrapes jusqu’en Mésopotamie. Dès lors, les choses vont se gâter pour lui.
    Une révolte éclate en Egypte et il doit revenir sur ses pas. Ce qu’il fait non sans laisser quelques garnisons dans des villes sémites de l’empire. La vraie guerre peut maintenant commencer.

    Lorsque Seleukos arrive en Syrie en -245, la nouvelle de la mort du fils de Bérénice s’est répandue. Désormais, le fils aîné d’Antiochos 2 incarnant la légitimité de la dynastie, les asiatiques ne veulent plus de Ptolémée sur leur terre. Cela explique pourquoi le megas basileus recouvre sans peine les régions de Mésopotamie et de Syrie (à une exception prêt). Profitant de cette vague euphorique, il en profite pour marcher sur la Coelé Syrie. Réclamant des troupes à sa mère restée en Asie mineure, il les obtient après une concession en faveur de son frère; ce dernier gérera les satrapies d’Anatolie. Pour l’instant, cette association fonctionne et elle contraint le Lagide à la paix en -241. Fait étonnant, l’Egypte conserve Séleucie. A côté de ça, elle garde également les côtes ioniennes et cariennes. Le bilan de cette guerre est donc dérisoire, hormis la prise d’une des 4 cités de la tétrapole séleucide.

    Nous avons conservé une stèle trouvée à Adoulis dans le royaume d’Axsum, gravée par Ptolémée Evergète qui retrace très grossièrement les événements de cette troisième guerre de Syrie. Vous pouvez donc voir à quoi nous devons nous fier pour tenter de recréer les faits antiques.

     

    Le grand roi Ptolémée, fils du roi Ptolémée et de la reine Arsinoé, dieux Adelphes, [fils] du roi Ptolémée et de la reine Bérénice, dieux Sauveurs, descendant par son père d’Héraclès fils de Zeus et par sa mère de Dionysos fils de Zeus, reçut de son père la royauté d’Egypte, de Libye, de Syrie, de Phénicie, de Chypre, de Lycie, de Carie et des Cyclades. Il fit campagne en Asie avec ses forces d’infanterie, de cavalerie, ses forces maritimes ainsi qu’avec des éléphants troglodytes et éthiopiens que son père et lui-même chassèrent pour la première fois en ces lieux. Ils les ramenèrent en Egypte et les préparèrent pour la guerre. Il se rendit maitre de toute la région interne de l’Euphrate, de la Cilicie, de la Pamphylie, de l’Ionie, de l’Hellespont, de la Thrace et des forces armées de ces régions avec leurs éléphants ainsi que des monarques établis dans toutes ces régions. Il traversa l’Euphrate, la Mésopotamie, la Babylonie, la Susiane, la Perse, la Médie et de toutes les terres restantes jusqu’en Bactriane. Sous lui, on pilla les temples des Perses et on rapporta [le butin] en Egypte avec le reste du trésor du roi perse. Il ramena ses troupes à travers les canaux…

    Stèle d’Adoulis, OGIS, 54. J’ai traduit moi-même mais je n’ai pas réussi à faire apparaître le texte original.

     

    Mais pendant ce temps, à l’autre bout de l’empire, un phénomène autrement plus grave émerge, dont il faut parler à présent.

    Sans entre dans les détails des relations Séleucido/iraniennes, je vais présenter l’irruption « parthe » dans l’histoire occidentale.
    Pendant l’expédition de Ptolémée, Andragoras, satrape de Parthiène, ne se soumet pas au Lagide. Cependant, il semble qu’il ne prête pas non plus allégeance au Séleucide. Son ambition et les dangers que représente la steppe le pousse à se déclarer roi indépendant. Mal lui en prend, car dès lors, il n’est plus protégé par Seleukos et les Parnes (premier nom des Parthes) peuvent s’engouffrer dans la brèche. Leur victoire s’achève vers -239 avec la prise de la satrapie et la mort d’Andragoras.
    Au même moment, on observe un phénomène analogue en Bactriane. Le satrape Diodote, fidèle à Antiochos 2, se détache petit à petit de Seleukos 2. Jusqu’à la rupture définitive en -239. On peut expliquer cela par un désir de la population sédentaire de se protéger contre les hordes nomades. Voyant que le megas basileus ne peut pas intervenir, elle accepte sans difficulté le titre de roi que s’octroie Diodote. Désormais, la Bactriane et la Parthie vivront leur vie indépendamment et si la première ne posera pas de problèmes aux Séleucides, il en sera autrement pour la deuxième.

    Revenons à l’Asie mineure. Nous avons vu qu’Antiochos Hiérax, le frère de Seleukos 2 avait été nommé corégent de l’empire pour l’ouest. Sa mère Laodicée (qui est également la mère de Seleukos…) avait poussé son fils à réclamer plus de pouvoir, et maintenant, elle voulait que son cadet (Antiochos) acquît un territoire personnel, et pourquoi pas tout l’empire si on lui en laissait l’occasion. Antiochos se souleva donc en demanda un appui aux dynastes locaux indépendants. La Bithynie, la Cappadoce et le Pont rejoignirent donc le camp du cadet, préférant voir l’empire séleucide affaibli que puissant et uni. De plus, Antiochos obtint l’appui des Galates.
    Après une première victoire, Seleukos ne put néanmoins pas marcher sur Sardes car il fut écrasé à Ancyre. Regagnant la Syrie la queue entre les jambes, il dut signer une paix laissant à son frère les terres d’Asie mineure. Si l’on considère qu’à côté de ça, les Parnes et les Bactriens firent irruption en même temps que ce traité défavorable, on peut imaginer dans quel état désespéré devait se trouver Seleukos 2.
    Une fois basileus Antiochos Hiérax (l’épervier) décida de réduire l’indépendance de Pergame. Ayant acheté à prix d’or l’alliance chancelante des Galates, il marcha contre la capitale ennemie… sans succès. Il fut vaincu et Eumène put sans crainte se proclamer lui aussi basileus. L’indépendance pergaménienne était dès lors consommée.

    Antiochos dut ensuite combattre les Galates qu’il réussit à vaincre. Cependant, loin de vouloir se réconcilier avec son frère, il chercha encore une fois à écraser Eumène. Résultat : ses armées furent balayées en Carie, en Phrygie et en Lycie. Dès lors, rien n’empêchait le Pergaménien d’envahir l’Asie mineure séleucide : ce qu’il fit. Insatiable et buté, le frère de Seleukos se dirigea ensuite plus à l’est pour disputer des territoires à son aîné. Il perdit en Mésopotamie face à des stratèges du megas basileus. A ce moment-là, il ne lui restait que la fuite pour continuer sa vie. Après être passé en Cappadoce, il se rendit en Thrace où il périt assassiné (-226).

    Triste destin que celui de Seleukos Kallinikos (belle victoire, suite à sa reconquête de la Syrie) qui mourut la même année que son traître de frère. Cependant, pendant que ce dernier dilapidait l’héritage paternel, le roi légitime tenta de réagir face aux Parnes. Encore une fois, les sources ne sont pas claires à 100%. On estime que cela se passa vers -230/-227 et qu’après quelques revers, le Séleucide connut plusieurs succès. Cependant, il ne put pas les exploiter car de nouveaux troubles vinrent secouer l’ouest de ses possessions. Finalement, il ne réussit qu’à repousser quelques temps les Parthes (on peut les appeler comme ça désormais) et ne marcha même pas contre la Bactriane.

    Seleukos mourut donc sur ces entrefaits et on peut estimer qu’il représente bien l’empire qu’il dirige. Trop vaste pour s’occuper de tout en même temps, le basileus se retrouve forcé d’errer d’un endroit à un autre sans rien achever. Seleukos Kallinikos ne manquait pas d’énergie ni de courage, mais la tâche qui lui était imposée était tout simplement trop lourde pour un homme. Il ne pouvait que limiter les dégâts au mieux ; ce qu’il réussit en partie à faire.

    J’espère que ce poste est assez clair, parce que j’en bavé pour l’écrire et je ne suis pas sûr d’avoir mentionné tous les faits les plus marquants. Alors si vous avez des remarques, j’essayerai de compléter ce que j’ai écrit.

  • A password will be emailed to you.