Post has published by Saganami
  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Un sujet fort intéressant.
    Premièrement, je met le lien vers le sujet sur qualité ou la quantité, qu’à évoqué Maxsilv, et qui contient quelques éléments de réponse.

    Ensuite vient le fameux usage de la technologie. Cet avantage peux parfois être quasiment absolu, comme le montre la doctrine du Air Band Battle, qui a réduit à néant la résistance Irakienne durant la première guerre du Golfe (voilà ce qui lui restait après un tel Bitz : le dernier carré de la Tawakalna).

    Cet avantage quasi absolu (s’il est avéré) permet en théorie de supplanter tout adversaire. Le problème, c’est que pour posséder un tel avantage, il faut être constamment à la limite de l’innovation, et au delà des coûts, cela conduit à se baser quasiment que sur du prototype. C’était par exemple le cas du KingTiger ou du Me262 , qui possédait encore de très nombreux défaut de jeunesse. Et un prototype est généralement :

    – mal maitrisé, et donc ne sera jamais utilisé a son plein potentiel
    – possède des défaut intrinsèque, puisqu’il sert en théorie à les repérer, mais dans cette doctrine de course technologique, le modèle efficace est déjà obsolète lorsque ces défauts sont corrigés
    – terriblement onéreux, car il devient difficile de discerner la conception de modèle unique ou de petite série à cette échelle de production

    Parfois, cela peux même mener à des impasses technologiques, à l’image du programme d’Initiative de Défense Stratégique, voulu par Ronald Reagan. Il consistait en une myriade d’innovations d’ordres spatiale, comme des canons lasers orbitaux ou des constellations d’alerte, en vu de créer un véritable bouclier anti-missile. Le coté futuriste du programme à conduit les médias à le surnommer “Guerre des Étoiles”.

    Mais dons les années 80, un tel programme était absolument hors de portée de quiconque. Ses objectifs immédiat furent donc un échec total, à l’exception de deux innovations que nous apprendrons bien vite à considérer comme essentielles : le GPS et la téléphonie mobile cellulaire ;). En tout cas, les successeurs de l’IDS commencent tout juste à porter leurs fruits… C’était il y a 30 ans.

    D’une manière générale, ce dosage entre technologie et besoins tactiques est une des règles absolue de la stratégie navale (pour parler de ce que je commence à connaitre). Dans un domaine où le moindre écart technologique conduit à des avantage colossaux (à l’images des caronades anglaise à l’ère napoléoniennes), la course à l’innovation n’est pas pour autant viable. Ces deux éléments que sont la technologique et la tactique doivent évoluer de concert, se renforçant simultanément.

  • A password will be emailed to you.