Post has published by Pano
  • Participant
    Posts596
    Member since: 21 avril 2012

    Voilà un débat fort intéressant ! 🙂

    Évidemment, certaines décisions peuvent être plus ou moins subjectives, mais en principe on peut toujours les expliquer. 😉

    En tous cas, c’est bien clair que certains points de la campagne auraient pu être abordés différemment (et que j’en touche d’ailleurs aussi un mot à l’épisode 35 ; ça fait bien plaisir de voir que la campagne a été suivie attentivement 🙂 )…

    ***

    Pour mettre définitivement fin à ces Elfes, le plan initial était de rassembler 3 armées pour foncer, à travers tout, rapidement, droit contre la capitale ennemie… « Pour tuer un serpent, il faut lui couper la tête ! » 😉

    Or, il y a bien sûr eu de l’imprévu ! 🙂

    Pour l’essentiel, la frappe préventive contre les alliés de ces Elfes à Urshilaku Camp (au nord-ouest de Morrowind) & la révolte des habitants des cités elfes nouvellement conquises (dans le sud-ouest de Morrowind).

    A cette période-là, chacune de ces zones de conflits a mobilisé pendant un bon moment une armée des fiers Nordiques (au nord celle de Balgruf la Pierre au nord, au sud celle d’Avulsten – de la Garde de l’Aube, cette organisation de chasseurs de vampires).

    Au nord, d’ailleurs, parce qu’il n’a pas été possible de réembarquer directement l’armée, sous peine de rendre quasiment inutile cette opération. (En effet, des pilleurs d’Ashslands étant dans les environs immédiats, puis peu après des Elfes de Redoran… or on n’a pas frappé leurs alliés, aux Redoran, pour leur faire ensuite cadeau de la communauté, tout de même !)

    Donc il ne restait dès lors plus qu’une armée de disponible (celle de Golldir le Blanc), accompagnée de quelques renforts… là, il y avait un CHOIX à prendre :

    • soit continuer malgré tout, droit contre la capitale ennemie, de façon extrêmement audacieuse (avec non pas les trois armées prévues initialement, mais une seule armée, voire une armée et demie en comptant les petits renforts – surtout prévus pour remplacer les pertes que l’armée principale devait subir au cours des batailles à venir),
    • soit attendre pendant probablement un long, long moment afin de rendre disponible les deux autres armées, de les amener jusque vers celle de Golldir le Blanc et de poursuivre de concert, en s’en tenant alors au plan initial (avec bien sûr le risque de laisser l’ennemi souffler beaucoup, se réorganiser, lever de nouvelles armées, peut-être en plus abondamment garnies de leurs insectes géants…).

    Un risque a bel et bien été pris et, au pire, un repli tactique voire une retraite de l’armée de Golldir le Blanc était tout à fait envisageable… 😉 Dans véritablement le pire des scénarios, cette armée aurait peut-être été complètement annihilée…

    Attention, ce n’était bien sûr pas du tout le but visé, mais cette possibilité avait alors été envisagée, pour au cas où… (‘Vaut mieux anticiper, on ne sait jamais !) On allait tout faire pour qu’il n’en soit rien, pour éviter cette annihilation possible – d’ailleurs, on évite au moins au maximum de perdre des généraux ; un seul est mort jusqu’à présent, et encore, sur un coup de malchance pure : le premier de toute son unité à succomber lors d’une charge de la cavalerie des « dinosaures » de ces Elfes… 🙁

    Bref, même si cette armée disparaissait de Tamriel, la sécurité de ce front nordique n’était PAS remise en cause, vu qu’au moins 2 armées n’étaient pas très loin de là et que les communautés frontalières étaient, quand même, pourvues de solides garnisons. 🙂

    Quant à la bataille pour la capitale, c’est bien vrai qu’elle a bien failli tourner au désastre… Il s’en est fallu de peu et il y a quand même eu beaucoup de pertes nordiques. (A relativiser tout de même, vu que, pour l’essentiel, la guerre est désormais terminée de ce côté-là.)

    MAIS ce n’était PAS un assaut des Nordiques. Les Nordiques se défendaient alors (c’est plutôt rare, d’ailleurs 😉 !) En effet, là les Elfes ont accompli une excellente manœuvre : rassembler leurs armées éparses au nord de leur capitale, contourner notre force d’interception (la demi-armée de renforts pour Golldir) et enfin arriver sur les arrières de Golldir le Blanc et son armée afin de lancer une furieuse attaque totale…

    Si on avait pu lancer l’assaut nous-mêmes, on se serait assuré, au préalable, que notre force d’interception puisse arriver en renfort sur le champ de bataille également. 😉

    ***

    Mais il reste plein de questions ouvertes, comme par exemple :

    1. L’offensive du côté d’Urshilaku Camp en valait-elle la peine ? Elle a finalement pris beaucoup plus de temps que prévu, même si ça a été une successions de victoires…
    2. En outre, lors du fameux CHOIX, la 2ème option aurait aussi tout à fait être explorée… Que se serait-il alors passé ? Les Elfes commençaient à avoir de l’artillerie, auraient pu rassembler plus d’armées, les garnir de leurs redoutables insectes géants, etc.

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • A password will be emailed to you.