Post has published by Nathan
  • Participant
    Posts914
    Member since: 20 décembre 2014

    La contre attaque Française:

    Celle ci prévoit une avance dans l’axe nord, montant vers l’est de Metz, ou, arrivant dans une région centrale déboisée vers Rémilly en délogeant l’ennemi tenant devant Metz et donnant accès a plusieurs voie de directions d’attaque intéressante possible contre l’ennemi en remontant vers la frontiere sur plusieurs axes, devient la prochaine cible.
    Ainsi l’armée arrivée presque a hauteur de Metz, verra ce rallier toutes les forces françaises situé derriere la Moselle, de Metz à Nancy, redonnant un élan suplémentaire a l’offensive.

    De Moncel-les-Lunéville a Baccarat, l’ennemi a d’abord été contenu sur tout ce front sud, écrasé là aussi sous le feux qui ce dévoila dès que l’ennemi ce présenta completement, aussi, une faible pression continuelle sera excercé sur les Prussiens qui retraiteront ensuite, l’axe d’attaque ce situe a Lunéville.

    Le soldat est motivé, les géneraux et l’armée ont gagné en expérience, les munitions suivent sans probleme, la voie ferré longeant les fronts les reliant à Paris les aide considérablement, la nouvelle des victoires entraine le soldat en avant, désormais, l’armée commence a croire en ses chefs, et la confiance grandit.

    Il est vrai que les armes comme le canon mitrailleuse et l’immense artillerie sont les principaux vecteur de la victoire que l’ennemi a sous estimé, surtout en artillerie.

    La puissance feux a été telle qu’elle a cloué sur place les Prussiens engagé au sud de Luneville qui tentaient de percer, au moment convenu du tir…nul doute que le roi Guillaume a compris que c’était la fin de ses ambitions en France.

    C’est un tel atout qu’a l’état major on envisage déja la victoire définitive, certes les combats seront couteux, mais le principal ce fera par l’artillerie pour éviter d’user les unités.

    Un message de l’empereur Napoleon III reçu a l’état major félicite toute l’armée pour ses combats, il ajoute qu’il faut libérer de son sol, toute emprise ennemi, et qu’il verrait bien l’armée arriver jusqu’a Mayence sur le rhin, afin de donner du poids au futures négociations, selon son état et si le Prussien veut bien l’accorder, sinon, il s’enfonceront plus avant dans le territoire ennemi, avec comme allié l’Autriche qui fera pression vers Berlin protéger, diplomatiquement d’abord, et s’il le faut, s’engager a nos cotés, et conjointement relier nos forces sur Berlin, dont les conséquences seront immenses dans les négociations…et l’avenir de la Prusse pourrait etre serieusement compromis car elle pourrait ce voir amputer de certains territoires et états du sud, et meme de la Silésie qui reviendrait a l’Autriche.

    Il faudra la traiter durement, car il vaudra mieux une Autriche plus forte et retrouvant son ancienne hégémonie sur l’allemagne qu’une Prusse ayant acquis depuis une mentalité bien trop agressive.

  • A password will be emailed to you.