Post has published by mongotmery
  • Modérateur
    Posts8423
    Member since: 14 mai 2013

    La particularité des tensions est qu’un troisième larron se trouve parmi les acteurs: l’Iran.

    Si la Syrie est plutôt opposée à Israel, depuis la guerre du Liban de 1982, elle a dû se retirer des postures militaires ouvertes. C’est via des milices libanaises comme le Hezbollah qu’elle s’oppose à Israel. En revanche l’Iran a une rhétorique politique de destruction d’Israel, et depuis la guerre civile il est fortement présent en Syrie, comme la Russie.

    Or les Israéliens voient la présence iranienne en Syrie, à leurs portes, comme un fort danger: ils frappent donc régulièrement les forces iraniennes qu’ils voient comme une menace envers eux et non une unité dédiée à la lutte contre les rebelles syriens en tous genres: par exemple des batteries antiaériennes.

    Les Russes laissent faire les Israéliens, dans la mesure où leurs forces ne sont pas visées et qu’ils sont prévenus, et donc ne défendent pas les Iraniens ou les Syriens contre les raids aériens d’Israel.

    Malgré cet accord, la tension qu’engendre une telle situation est déjà palpable.

    Récemment, un avion russe d’écoute électronique a été abattu par la DCA syrienne qui visait des avions israéliens. Selon les Russes, les avions israéliens auraient utilisé l’avion russe pour se masquer à la DCA, d’où une méprise de cette dernière. Si cela est vrai, on comprend que l’accord est brisé: les Russes ne sont pas vraiment tenus à l’écart des combats, ils deviennent un atout pour Israel dans cette situation. Même si les Israéliens contestent cette version, et maintiennent que l’accord a été respecté par les avions israéliens et que ce sont les Syriens qui se sont trompés du tout au tout dans l’évaluation des contacts aériens, le fait qu’ils existent deux versions antagonistes, et qu’au moins l’une d’entre elles accuse particulièrement l’un des protagonistes (la versions russes accusant Israel), la tension augmente d’un cran.

    Si encore les choses se maintenaient là, cela resterait un incident avec des gesticulations politiques, et le plus grave serait finalement la perte de vies humaines russes qui n’étaient pas censés être en danger dans ces combats. Mais d’après Le Monde, les Russes envisagent maintenant de livrer des S-300 à la DCA syrienne, ce qui renforcerait considérablement ses capacités. Actuellement, les S-400 russes en Syrie n’interviennent pas contre la Hey’l Ha Avir, la force aérienne israélienne. Aux mains des Syriens, de tels systèmes de missiles sol-air guidés par radar compliqueraient les choses, et Israel verrait cette vente(/don?) comme un acte très agressif de la Russie à son égard.

     

    D’où les tensions plus importantes ces derniers temps.

    De là à dire qu’Israel va frapper les forces russes en Syrie, ou que les Russes attaqueront les appareils israéliens, il y a un grand pas: dans le premier cas, que gagne Israel à ajouter comme opposition les Russes, en plus des Iraniens et des Syriens auxquels la Russie n’aurait plus aucune raison de ne pas céder les modernes S-300? Dans le second cas, la position russes en Syrie n’était déjà pas aisée sur le plan international, l’aide à Bachar étant mal vue. Avec le risque de la frontière turque, irakienne, et des rebelles, pourquoi ajouter un front supplémentaire avec Israel?

    Donc on ne peut parler pour le moment de conflit imminent, simplement d’une montée importante des tensions par rapport à une situation où un arrangement avait été trouvé.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • A password will be emailed to you.