Post has published by Second Empire
  • Participant
    Posts345
    Member since: 4 novembre 2016

    Avril 1945

    Le lendemain de l’arrivée dans la sphère soviétique des premiers convois de soldats soviétiques de la Wehrmacht, Staline permet le départ du premier convoi de prisonnier de guerre français vers la France. Quelques semaines plus tard, l’un d’eux parmi les plus charismatiques devient sous-secrétaire d’état aux Anciens combattants.

    François Mitterrand…

    https://i.servimg.com/u/f77/19/53/38/76/fm_jeu10.jpg

    À Potsdam, près de Berlin, se tient la dernière Conférence interalliée, destinée à régler les derniers détails de l’après-guerre.

    On y décide de la séparation définitive entre l’Allemagne et l’Autriche, la division de la première en 4 zones d’occupation tandis que la seconde retrouve sa pleine souveraineté (sans que Staline ne reconnaisse cependant le gouvernement provisoire de l’Archiduc Otto). Pourtant, Staline surprend Roosevelt et Churchill lorsqu’il déclare souhaiter, concernant la division de l’Allemagne, que « cette situation ne s’éternise pas ».

    Le Géorgien va-t-il réunir de force l’Allemagne en lançant ses chars à l’ouest ?

    De Gaulle a la réponse, lui. Il s’est entretenu en secret avec Staline. Les 2 ont fait part de leur souhait de voir l’Allemagne devenir un état tampon neutre et démilitarisé entre l’Est et l’Ouest. Ainsi, le Général suit strictement de la « Ligne Mandel ».

    Roosevelt, en tout cas, est inquiet et ordonne d’accélérer les préparatifs de la bombe A, bien que la guerre soit finie.

    On décide également d’entériner les nouvelles frontières orientales de la Pologne et de l’Allemagne. L’expulsion en masse des Allemands de ces zones, soit 11 millions de personnes, est décidé.

    https://i.servimg.com/u/f77/19/53/38/76/800px-10.png

    Mise en place des 5 « D » à savoir

    -Démilitarisation

    -Dénazification avec l’installation aux postes importants des opposants au Régime nazi et le jugement des dirigeants de ce dernier dans un grand procès qui se tiendra à Nuremberg.

    -Décartellisation par la scission des grands groupes regroupés de force par les Nazis.

    -Démocratisation

    -Décentralisation afin d’éviter le retour à la dictature.

    Concernant l’Italie, elle perd l’ensemble de ses colonies et rétrocède le Dodécanèse à la Grèce. Quant à sa Métropole, elle est gardée intacte, à la grande fureur de Tito qui lorgnait sur l’Istrie et Zara.

    https://i.servimg.com/u/f77/19/53/38/76/800px-11.png

    En dépit des tentatives de Staline en ce sens, on ne discutera pas du Japon impérial durant la Conférence. Le Japon est donc considéré comme une affaire principalement américaine.

    Hormis le toast de Staline à l’unité allemande, le château de Cecilienhof connaît 2 autres coups de tonnerre. Le premier a lieu lorsque Churchill apprend que les Travaillistes ont gagnés les élections législatives en Grande-Bretagne. Pressentant cela, Churchill s’était fait accompagné de son successeur potentiel, Clement Atlee. Le second est rien moins que le décès de Roosevelt, au dernier jour de la Conférence ! Ce dernier est remplacé par son Vice-Président, Harry Truman, encore présent aux États-Unis.

    Quelques jours avant la Conférence, les Occidentaux avaient évacués Magdebourg et les parties de la Saxe et de la Thuringe qu’ils occupaient tandis qu’en échange, Staline leur cédait une partie de Berlin. Notons que les Français hissent le drapeau bleu-blanc-rouge sur la colonne commémorant la victoire allemande en 1870-1871 !

    https://i.servimg.com/u/f77/19/53/38/76/320px-10.jpg

    Dans le même temps, tout en préparant l’avenir de l’Europe, de Gaulle continue à peaufiner la destruction d’Hô Chi Minh et de la République démocratique du Vietnam. De Lattre est déjà sur place mais à la tête des seules forces qui combattent depuis 1941 et qui firent partie de la Résistance. Soit trop peu pour espérer chasser Hô du pouvoir.

    Mais le Général prépare un puissant corps expéditionnaire qui sera transporté par la Marine nationale.

    Les plans sont déjà sur la table. Un assaut massif est prévu pour Juin sur Saïgon. Puis, on y installera Bao Daï afin de montrer qu’il ne s’agit plus d’une guerre coloniale mais bien d’une lutte contre le Communisme. S’ensuivra la reconquête méthodique du pays par l’Armée d’Extrême-Orient, via un assaut terrestre et des débordements conduits via des débarquements. En parallèle, on instituera une Armée impériale vietnamienne dont le commandement sera confié à Nguyễn Văn Xuân, un Vietnamien chaud partisan de la France, ancien membre du cabinet de Georges Mandel lorsqu’il était Ministre des colonies et qui a combattu aux côtés de Salan.

    En parallèle, les Japonais quittent en masse le pays, à l’aide de leur propre Flotte de transport mais certains fanatiques s’engagent dans le Viet-Minh, par haine des Occidentaux !

    De Gaulle est furieux, les Japonais ont non seulement laissé Hô massacrer les colons, mais voilà que certains Nippons rejoignent les rangs des ennemis de la France !

    Dans le même temps, les Pays-Bas, désormais libérés, préparent également leur propre revanche contre Sukarno. Ils cherchent des alliés dans la région pour y prendre la tête d’un gouvernement autonome. De Gaulle propose aux Néerlandais une aide matériel car leur Armée est très mal au point.

    En Chine, Tchang commence à masser ses troupes à la frontière du territoire contrôlé par Mao au nord de Pékin. Cependant, Jean Escarra multiplie les rapports sur l’incompétence du Président chinois et, surtout, la corruption de son Régime. À Paris, on craint de voir la gigantesque Chine tomber dans l’escarcelle de Staline.

    De plus, le gouvernement français constate que Tchang n’a pas tenu sa promesse de promulgation d’un vaste programme de réformes politiques et sociales.

    La Roumanie expulse la minorité des Hongrois de Transylvanie, reconnus coupables de collaboration avec le gouvernement Croix-Fléché. La Tchécoslovaquie en fait de même avec sa propre minorité magyare ainsi qu’avec les Sudètes.

  • A password will be emailed to you.