Post has published by Ambarequiem
  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    @mongotmery

     Alors qu’un avion ou un char n’a pas d’action nominale dans laquelle il est capable de gagner systématiquement.

    Pour le char, je suis pratiquement d’accord, pour l’avion beaucoup moins. L’avion est un porteur de missiles et pour les plus modernes, les technologies de furtivité et brouillage leur permettent largement de s’affranchir de la menace missile. Les Rafales sont entrés dans l’espace aérien Libyen en 2011, sans être détectés, malgré des systèmes SAM et radars actifs et intacts. Une cinquantaine d’appareil est capable de faire complètement tomber un gouvernement, ou en tout cas de paralyser entièrement un système étatique de défense (destruction des bases aériennes, installation antiaériennes, casernes et dépôts d’armement). Assez peu de pays ont les moyens concrets de s’y opposer sur la seule base de missiles antiaériens. La plupart des missiles de croisière modernes peuvent être tirés hors de portée des systèmes antiaériens et détruire la plupart des éléments fixes ou dont la position est connue avant la frappe. Même les systèmes antiaériens les plus performant comme le S 400 ne peuvent pas faire grand chose, les lanceurs étant forcément exposés à un tir de missile de croisière depuis l’avion.

    Les chars aussi sont capables de porter des systèmes de brouillage, mais il principal soucis c’est que le tireur humain a généralement un visuel sur la cible et une possibilité de correction de trajectoire. Difficile d’aller brouiller un œil, et difficile de faire disparaître complètement la cible volumineuse. Mais de manière générale, les chars restent difficiles à aborder, surtout les plus modernes. La vision thermique permet de détecter un fantassin à 12 km, donc loin de la portée des missiles antichar. La reconnaissance s’effectue à la moitié de cette distance, toujours hors de porté des missiles antichars. Donc, pour attaquer un char au missile, l’embuscade est la seule possibilité viable, de préférence dans un environnement très cloisonné. Parce que sinon, le temps de se placer en position de tir et de monter le missile sur le poste de tir, l’obus de 120 est arrivé depuis longtemps pour réduire ça en lumière et chaleur.

  • A password will be emailed to you.