Post has published by mongotmery
  • Modérateur
    Posts8421
    Member since: 14 mai 2013

    @ambarequiem

    Sur la question de l’efficacité des missiles, qu’ils soient antichar ou antiaériens, elle dépend du matériel, et des utilisateurs, de leur maîtrise des fondamentaux tactiques, mais aussi du degré de méprise ou de sous estimation de l’adversaire, ou du manque de renseignement. Dans certains contextes, un certain type de missile utilisé d’une certaine façon est hyper efficace, dans d’autres contextes, il est décevant.

    Les missiles ont quand même passé un cap dans cette question: ils ont remis les capacités en propre du matériel sur le devant des critères, par rapport à ce qu’on pouvait voir depuis 1945.

    Sans gagner d’avance, ils permettent quand même de mener des actions avec une forte efficacité dans leurs cas nominaux. Alors qu’un avion ou un char n’a pas d’action nominale dans laquelle il est capable de gagner systématiquement. Seule la coopération interarmes ou la manœuvre de grande tactique vient à bout d’un groupe de missiles, à l’image du canon de 88 mm antichar durant l’année 1941.

     

    Reste cependant, que ce que je dis là est d’échelle à échelle: missiles d’infanterie contre armes d’appui légères (aviation légère comme les hélicoptères, automitrailleuses…), missiles antichars contre chars, missiles antiaériens lourds contre bombardiers, missiles antiaériens moyens contre chasseurs bombardiers.

    Et effectivement, c’est en tenant compte de la possibilité d’une attaque saturante, qui reste cependant assez aisé du fait d’une munition relativement légère pour sa puissance explosive, mais peut être gênée par son coût.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • A password will be emailed to you.