Post has published by mongotmery
Modérateur
Posts8403
Member since: 14 mai 2013

Partie 6:

De bonnes nouvelles diplomatiques: l’Égypte, avec qui nous étions inutilement en guerre depuis notre ralliement à la croisade nous propose la paix. Nous acceptons et parvenons à lui extorquer 2000 florins contre des accords commerciaux. Ces négociations sont cependant de plus en plus difficiles car la richesse de l’Espagne commence à être connue. Contrairement à l’adage, on prête peut être aux riches, mais on ne leur donne pas…
Justement, le Portugal entame des négociations de paix. Mais son dernier mot est: la paix, des accords commerciaux, la forteresse de Grenade livrée sur un plateau contre 5000 florins. Un accord qui serait convenable si nous n’avions pas été excommunié. Le roi Rodrigo refuse.

Précisément, alors que l’empire byzantin affichait sa puissance financière, c’est l’Espagne qui redevient la royauté la plus riche du monde connu! Nous en profitons pour financer une guilde des voleurs à Cordoue. Ce sera la base du renouvellement des espions royaux.

Autre preuve du développement de l’Espagne, la capitale Leon est en mesure, en l’an de grâce 1234, de recruter des tercios, ces fameux carrés de piquiers espagnols.

Et la guerre reprend. Le siège est mis sur Grenade par une part des forces qui ont pris Cordoue. La défense est effectivement faible, comme l’a fait savoir l’espion royal. Mais l’armée en maraude s’approche de Cordoue et elle pourrait choisir de brutalement rejoindre Grenade pour la libérer. Une forte garnison a donc dû y être laissée.

L’armée portugaise choisit pourtant l’option de la prudence en s’approchant de Grenade sans attaquer. Nos forces sont forcées de lever le siège.
Devant les difficultés, le roi fait recruter des chevaliers à Tolède.
Les soldats, et en particulier les jinetes, ces javeliniers à cheval si efficaces dans la reconnaissance, remplacent notre espion dans cette tâche. Il gagne le port de Grenade, et son rapport est inquiétant: les flottes portugaises maîtrisent totalement la côte Sud de la péninsule ibérique. Heureusement, elle n’effectue aucun mouvement de troupes.

Toutes ces informations sur la concentration portugaise sur le flanc Sud tombe à point nommé. Car ces maudits lusitaniens tentent une diversion en attaquant Pampelune depuis Bordeaux. Heureusement, nous nous rendons vite compte de la réalité de cette attaque: une faible armée portugaise. Le général de Saragosse, très expérimenté à force de battre pêle-mêle anglais, rebelles et milanais et écrasent par des charges de flanc ces imprudents.
D’autres se présentent: une armée anglaise de 4 milices de ville. Une autres action en perspective…

Les chevaliers qui protégeaient Cordoue rallient l’armée ayant tenté le premier siège de Grenade. L’angle de se réorganise à quelques lieues de Cordoue.

L’ensemble de la force, devenu plus puissante, se rapproche de la forteresse, et de la menaçante armée portugaise devenue sa garde rapprochée. L’instant est fatidique.

 

 

Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

A password will be emailed to you.