Post has published by kymiou
Modérateur
Posts1944
Member since: 20 juillet 2013

@ambarequiem :

Et le souci pour décrire l’organisation de l’armée romaine, c’est que si on prend n’importe quel auteur, c’est toujours un peu le bordel.

Ah çà ! C’est une affaire qui couvre huit cents ans. Si on mélange les périodes… ! 😉

Et c’est très facile avec Végèce. Certes, son Epitoma rei militaris fut un best seller mérité de douze siècles mais il y a un gros malentendu. Végèce est un compilateur de génie, pas un penseur militaire. Il l’admet lui-même :

« J’ai reproduit les écrits de Caton l’Ancien, de Celse, de Frontin et les commentaires de Paternus sur le code militaire, les instructions d’Auguste, de Trajan et d’Hadrien. Je n’assume aucune responsabilité : j’emprunte à ces auteurs leurs préceptes épars et ne fait que coordonner ces fragments » (Liv.1, chap 8).

Mais le résultat fait parfois patchwork. J’ai trouvé un paragraphe de Frontin que Végèce avait recopié mot pour mot car il n’y trouvait rien à changer.

Sous un aspect faussement fluide, le texte de Végèce réclame donc une attention soutenue pour suivre sa pensée. En plus, il saute perpétuellement d’une époque à l’autre au gré de sa démonstration. Il le précise chaque fois mais les traductions n’en rendent pas toujours compte avec le clarté voulue. Il faut souvent lire deux fois sous peine de trancher trop vite. Exemples :

Mais pour Végèce, les soldats sont incorporés après des “classes” de quatre mois.

Mais non. Cette période de quatre mois figure dans un paragraphe relatif aux armées romaines des origines (Livre II, chap. 4-5) qui s’organisaient par levées annuelles. Pour Végèce, qui écrit au Vème siècle, autant dire que ça remonte au Déluge. Ces quatre mois devaient sûrement toujours exister mais, comme le recrutement était permanent, c’est sans doute l’administration de la 1ère cohorte qui gérait les recrues par fiches personnelles.

Végèce “encadre” les bleus ou les jeunes entre deux rangs d’expérimentés qui font les premières lignes (Prince et Hastaires) et un rang d’expérimentés en serre-file (Triaires).

Même objection. Ce système par lignes a disparu avec la République mais les noms traditionnels ont survécu. Végèce le précise d’ailleurs au L.II, chap.2 : « la légion réunit dans un même corps l’armure pesante, c’est-à-dire les princes, les hastaires et les triaires ». Exactement comme nos lanciers et nos hussards actuels, qui voyagent en blindés et ne sèment plus de crottin depuis longtemps.

la légion qu’il présente doit faire 16000 hommes et pas 6800 (incluant les cavaliers) comme il le présente.

Encore une fois non. Végèce donne le détail précis : 1100 fantassins plus 132 cavaliers pour la 1ère cohorte, 555 fantassins et +/-70 cavaliers pour les neuf autres. Les archers et autres spécialités que tu évoques sont à inclure dans ces chiffres, ils ne s’y ajoutent pas.

la promotion circulaire qu’il propose me semble poser un certain nombre de problèmes, en admettant qu’on se limite à une rotation de manipule et de cohorte pour les centurions.

Les centurions ne sont pas dans la course. La promotion circulaire s’applique aux soldats qui, en trente ans de service, peuvent effectivement espérer faire le cursus complet.

 

 

.

A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

A password will be emailed to you.