Post has published by Ambarequiem
  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    @kymiou

    … dont une bonne partie encore très peu militaire ! La première cohorte servait aussi d’unité-école pour les recrues fraîchement arrivées. Dans l’action, aucun vétéran n’aurait accepté de s’en encombrer.

    Mais pour Végèce, les soldats sont incorporés après des “classes” de quatre mois. Donc, il ne sont pas totalement des bleus. De même, Végèce “encadre” les bleus ou les jeunes entre deux rangs d’expérimentés qui font les premières lignes (Prince et Hastaires) et un rang d’expérimentés en serre-file (Triaires). Après, ça conception de la légion est assez étrange, notamment pour décrire les coutumes passées. Dans sa description de l’ordre de bataille de la légion, il déploie d’abord 10 cohortes sur deux lignes en les appelants princes et hastaires, puis il y ajoute les férentaires, les archers est des triaires tirés d’on ne sait où, enfin de formations qu’il ne présente pas. Et que si on se fie aux chiffres et compositions des lignes qu’il donne, la légion qu’il présente doit faire 16000 hommes et pas 6800 (incluant les cavaliers) comme il le présente.

    De même, la promotion circulaire qu’il propose me semble poser un certain nombre de problèmes, en admettant qu’on se limite à une rotation de manipule et de cohorte pour les centurions, ça voudrais dire qu’il y a une cinquantaine d’échelon de promotion, donc qu’il faudrait cinquante ans de service pour devenir primus pilus si on veut que les officiers occupent une année chaque poste, on finit avec des vieillards cacochymes aux postes les plus prestigieux. ça fait soit des cadres qui tournent vraiment beaucoup (de l’ordre de quelques mois entre deux promotions), soit une durée de service hors proportion pour arriver aux échelons hauts. Même en perdant des officiers au même rythme que la France en 1914, je doute qu’on arrive au grade de primipile sans servir 40 ans.

    Et le soucis pour décrire l’organisation de l’armée romaine c’est que si on prend n’importe quel auteur, c’est toujours un peu le bordel.

    Au départ, l’armée romaine est organisée par centurie qui sont en fait des classes censitaires où les citoyens sont classés à la foi en fonction de leur richesse et de leur âge.

    Les romains ont une première distinction des centuries sur l’âge entre iuniores (entre 17 et 46 ans) et seniores (plus de 46 ans). La première classe compose en quelque sorte l’armée “d’active”, l’autre la “territoriale” . Il y a 40 centuries de chaque classe d’âge dans la première classe censitaire et 18 centuries d’équites (cavaliers). Dans ce système, on a grand maximum 3-4000 fantassins solides (type hoplites) et 900 à 1000 cavaliers (et les cavaliers ont un armement qui n’est absolument pas équivalent aux fantassins malgré leur fortune) pour l’armée pouvant être déployés dehors en mode phalange de hoplites. C’est rapidement insuffisant, et les romains ne vont pas cesser d’agrandir la base de leur recrutement. C’est ce qui va finir par donner l’organisation des légions.

    Sur les distinctions tactiques entre les combattant, ce n’est absolument pas clair. Les principes généralement décrit comme la deuxième ligne de l’armée manipulaire républicaine se retrouvent selon les auteurs (dont Végèce) en première ligne. Les Hastati qui sont à la base des lanciers (Hasta veut dire lance) perdent leur lance au profit des pilani qui eux deviennent triarii, avec une lance. Et en plus, dans cette armée, principes et hastati seraient issus des classes iuniores quand les triarii sont seniores.

    Les centuries qui composaient l’armée royale n’étant absolument pas des pions tactiques, elles sont groupées par deux pour donner un manipule. Dans les manipules, il y avait un centurion élu par ces hommes, l’autre nommé par le consul, on est dans une espèce de version de l’armée d’amalgame de la révolution française. Le plus anciens des centurions commande le manipule. On ne sait pas si les centuries combattent accolées ou l’une derrière l’autre dans le manipule. Certains auteurs indiquent une distinction prior et posterior qui laisse présumer que ce soit le cas (appelation reprises pour les noms des centurions par la suite).

    La légion manipulaire est censée compter 30 manipules :

    • 10 de Hastati jeunes en première ligne, qui combattent avec javelot
    • 10 de Principes plus âgés et expériementés en seconde ligne qui combattent avec javelot
    • 10 de Triaires encore plus âgés et expérimentés, en troisième ligne, mais avec des effectifs inférieurs de moitiés aux deux premières classes
    • 10 de vélites (tient, on avait pas dit 30 manipules) qui sont réparties entre les manipules de fantassins lourds pour le harcèlement (en gros, ça fait un renfort de 20 tirailleurs par centurie de fantassins)
    • Il faut aussi ajouter 10 turmes de cavaleries ( unités de 30 hommes soit 300 cavaliers par légion)

    Pour la réforme des cohortes, basiquement, on groupe un manipule de chaque dans une unité indépendante la cohorte. En fait, les vélites sont intégrés de manière permanente dans les centuries dont l’effectif passe à 80 hommes. Les effectifs des centuries de triaires sont augmenter pour coller à ceux des autres centuries, ils perdent (ou pas) leur lance, et reprennent leur nom de pilani ou pilus. Les effectifs de cavalerie eux vont fondre par contre. Les équites ne servent plus vraiment en temps que classe, leur rôle est de plus en plus repris par des auxiliaires. Le nombre de cavalier tombe à 120 par légion.

    Le système des cohorte pose pas mal de questions :

    • comment se battent elles et comment s’articulent elles sur le champs de bataille? Les cohortes sont censées être des unités indépendantes composées d’unités indépendantes sur trois lignes.
    • L’encadrement pose aussi beaucoup de questions, il n’y a pas dans les organigrammes assez d’officier supérieurs pour chaque cohortes (6-7 tribuns par légion). Ce qui laisse des cohorte sous le commandement de centurions à l’ancienneté (qui commandent donc une centurie, une manipule et une cohorte en même temps, ça fait beaucoup). Ou on a des groupes de cohortes sous commandement d’un tribun (1 ou deux cohortes par tribun).

    Et je propose de garder l’empire tardif où les légion tombent à 1000 hommes pour un prochain post.

  • A password will be emailed to you.