Post has published by Mars
Participant
Posts11
Member since: 24 juin 2018

Alors, je suis globalement d’accord avec ce que tu dis, cependant il ya deux trois points que je voudrais éclaircir.

Il peut y avoir des charges et tentatives de bousculades pour prendre l’ascendant. Le but est toujours de faire chuter un maximum d’adversaires et d’avancer sa ligne au dessus du tas d’hommes au sol pour moissonner les rançons

Il faut savoir que dans la période dont il fait question les armées étaient très majoritairement composées de soldats de garnisons, miliciens ou encore simplement de la piétaille à peine entrainée aux armes.

Les nobles et chevaliers sur le champ de bataille combattaient rarement à pied , encore moins en ligne de front ils étaient souvent sur les flancs avec la cavalerie ou en arrière. Le déroulement du combat entre les masses était dans les faits le contraire de ce que tu avances .

Le but des contacts entre mur de boucliers ,phalanges ,ou mur de lances c’était pour briser les lignes adverses et une fois cela fait en profiter pour massacrer les troupes d’en face désorganiser. Car en effet en plus des raisons logiques de pourquoi le fait d’essayer de capturer la piétaille d’en face serait incroyablement stupide, il faut aussi prendre en compte que cette dernière n’avait aucune valeurs ou très peu en comparaison aux nobliaux, chevalier et autres personnes de hauts rangs.

D’ailleurs je pense qu’il est intéressant de prendre en compte que les batailles durant l’époque en question se dérouler souvent de la manière suivante. Echange bref de tirs entre les archers des deux camps tandis que la piétaille avance ,les piétailles rentrent en choc et commencent un combat de masse .Le combat de masse tournera en avantage pour l’un ou pour l’autre camp selon plusieurs paramètres .

  • Mort, blessure grave  (ou capture plus rarement) du dirigeant ou d’un ou plusieurs commandants durant les combats.
  • Pertes excessives   , ligne qui flanche, percer dans les rangs, perte de terrain
  • Charge décisive des cavaliers du camps opposés , ou dégâts importants causés par les archers

 

Puis une fois une des deux armées désorganisées le plus gros du carnage commence. Par ailleurs bien que les personnes de valeur étaient capturées si possible la mort au combat des chevaliers , des barons  des seigneurs  , des princes ou même des rois n’étaient pas anodines.

 

Il faut feindre la faiblesse , afin que l'ennemi se perde dans l'arrogance.

A password will be emailed to you.