Post has published by mongotmery
  • Modérateur
    Posts8422
    Member since: 14 mai 2013

    A propos de la posture A2/AD de l’armée pakistanaise évoquée par @saganami:

    Pour sa marine, elle semble de plus en plus claire:

     

    1/Son matériel est constitué principalement de sous-marins d’attaque anaérobie à longue autonomie (classe Agosta franco-espagnole), de frégates chinoises et américaines, et de patrouilleurs lance-missiles chinois. Principalement des unités de combat au missile donc, et pas trop loin des bases car il n’existe qu’un seul navire logistique.

    Sa dotation en avions de patrouille maritime ne semble pas particulièrement importante (elle n’est pas mentionnée), donc on peut supposer que les moyens de surveillance de l’océan se limitent à une capacité de surveillance des approches des côtes, pour éviter l’amère expérience de 1971: un raid surprise de patrouilleurs lance-missile (des vedettes OSA dotées de missiles Styx, des anti navires lourds) sur le port de Karachi, qui coula plusieurs navires.

     

    2/ Pour son armée de terre, on a vu que la doctrine impliquait une courte attaque suivie d’une défense acharnée du territoire conquis: on est assez proche, dans l’idée, des objectifs égyptiens de la guerre du Kippour. Or pour les remplir, l’armée égyptienne avait effectivement adopté ce qu’on appelle une posture A2/AD: des moyens terrestres d’attaque concentrés dans quelques unités (chars), des blindés et missiles antichars pour permettre à l’infanterie de repousser les contre-attaques ennemies. Une couverture d’artillerie et de quelques avions d’attaque au sol. Des frappes lointaines pour désorganiser la réaction adverse (roquettes Frog 7). Des moyens du génie importants et bien préparés pour le franchissement des obstacles de la frontière (spécifiques au cas du Canal de Suez).

    L’armée de terre pakistanaise dispose de moyens similaires, mais on les retrouve aussi dans de nombreuses autres armées à action “locale” (armée israélienne, russe dans une certaine mesure, nord coréenne, iranienne, chinoise, etc….)

     

    3/ Mais pour son aviation, l’expérience pakistanaise est différente: durant la guerre de 1971, elle a disputé la supériorité aérienne à l’aviation indienne, a tenté de la neutraliser sur ses bases pendant une longue période, et n’a mené que peu d’actions d’appui au sol par rapport à l’aviation indienne. D’après les pertes reconnues par les deux aviations, le Pakistan a finalement moins perdu d’avions que l’Inde, alors que son effectif était initialement inférieur.

    Actuellement encore, si l’Inde est monté en puissance, les Pakistanais ne semblent rien vouloir lâcher en termes de supériorité aérienne (contrairement à la situation navale où clairement, ils ne cherchent pas à disputer la maîtrise de l’eau):

    Aux Rafale et Mirage 2000 indiens, le Pakistan oppose des chasseurs américains (F-16) et chinois (JF-17). L’Inde aligne des avions d’attaque au sol qu’on ne retrouve pas en aussi grand nombre, ni d’aussi modernes, dans l’arsenal pakistanais: les Su-30 indiens sont récents et optimisés pour l’attaque au sol en conflit de haute intensité, avec des projectiles guidés. Les Pakistanais n’alignent que les versions d’attaque au sol du F-16.

     

    Aussi, je pense que le Paksitan entend bien disputer le contrôle des airs aux Indiens, pour plusieurs raisons, dont on peut identifier:

    • Gêner les reconnaissances et attaques au sol de l’aviation indienne sur les troupes en défense pakistanaise
    • Gêner des attaques à longue distance sur l’industrie ou les villes pakistanaises

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • A password will be emailed to you.