Post has published by Ambarequiem
Participant
Posts1036
Member since: 17 juin 2014

@ cuirassier

@Mike affirmait que les français pouvaient faire mieux que les russes et les américains dans ce domaine. Ce que je doute car leur expérience respectives sont totalement différentes. D’où ma phrase.

« Abidjan, le Kosovo mais aussi Sarajevo, Gao, Tombouctou, Mogadiscio, Beyrouth. »

Toutes ces opérations n’ont rien à voir, mais alors vraiment rien, en terme d’échelle, de durée, de force et de motivation de l’ennemi rencontré avec ce que les russes et américains ont connu à Grozny, Falloujah, Mossoul etc.

C’est ce que j’ai dit, nous ne sommes pas vraiment dans le même type d’opération entre ce qu’a fait l’armée française en milieu urbain, et la prise de Grozny ou Falloujah. Si les opérations de Grozny ou Falloujah sont beaucoup plus denses, et violentes que ce qu’à pu faire l’armée française, elles sont aussi beaucoup plus brèves (de l’ordre de quelques mois à chaque fois) que les années passées à Sarajevo ou Abidjan.

Les opérations menées par l’armée française en milieu urbain ont eu la caractéristique d’être moins violente que ce qu’on pu connaitre les US et Russe, mais plus longue sur la durée. Ce sont des missions d’interposition en majorité, et pas forcément de conquête de vive force au contraire de Grozny ou Falloujah.

Pour Grozny, il s’agissait d’aller prendre la ville, face à des miliciens qui avaient préparé le terrain pendant des mois et qui se sont battus en embuscades mobiles. Les russes ont rasés la ville pour se rendre maître des ruines…deux fois. Et la première fois, la ville est reprise par les Tchètchènes 6 mois après qu’ils en aient été chassés par les russes. Les raids blindés sont tombés dans les embuscades, et des compagnies entières se sont faites anéantir. Mais l’armée russe souffrait à l’époque de grave déficits. La ville sera rasée puis occupée bloc par bloc par les fantassins.

Les raids blindés US par contre seront eux efficaces contre Bagdad, où les défenses ne résisteront pas. Falloujah sera aussi prise facilement, mais la gestion de l’occupation par les US est calamiteuse (avec tirs à balle réelles sur manifestants). Ils laissent les guérilleros organiser des positions quelques mois et devront reprendre la ville bloc par bloc, en faisant progresser une force mécanisée et des Marines en mode infanterie légère. La ville sera prise et plus qu’à moitié détruite.

Si ces sièges sont des victoire tactiques, ils sont le plus souvent aussi des défaites stratégiques. En 1995, après six mois, les Tchétchénes réoccupent Grozny. En 2004, les US sont enfermés dans un Falloujah “libéré”, au milieu d’une province majoritairement hostile a leur présence, avec des guérilleros qui se sont dispersé et ont essaimé malgré le siège et le blocus de la ville.

Les français ont une approche sensiblement différente de la question des sièges et du contact avec des populations par rapport aux russes et aux US. Outre que les russes n’en ont rien à foutre des civils, ce qui a été une erreur à Grozny où il se sont coupés du renseignement humain des ressortissants russes sur place. La différence d’approche française et US a été mise en lumière depuis Beyrouth, les US quittent rarement leurs bases et les blindés pendant les patrouillent, ils vivent en autarcie avec peu de contacts dans la population. Les français font des patrouilles à pied, prennent des contacts et échangent commercialement avec les populations locales. Ils s’assurent ainsi renseignement humain, et baisse du niveau de danger pour les soldats.

 Demain si elle doit reprendre une cité telle que Grozny, Falloujah ou Mossoul, c’est-à-dire de grandes villes avec un ennemi retranché, nombreux et déterminé ce n’est pas son expérience d’interposition à Sarajevo qui lui servira. Non elle ira avec du lourd, du char Leclerc Azur, des canons CAESAR,  et des bombes guidées, tout ce qui lui permettra de taper sans trop se faire taper.

J’en doute. S’il faut reprendre une ville de vive force, les français enverront la 11ème BP ou la 9ème BiMA, se sont les unités avec le plus d’expérience du milieu urbain. Je doute que l’on déploie un jour un escadron de Leclerc en l’absence de menace blindée équivalente en face, et même pour du T72, on laissera ça aux missiles, chars légers ou à l’ALAT et l’aviation.

De même, tu peux être sûr que les français auront une application du feu différente de celle des US, pas de poivrage préventif de façade aux munitions d’infanterie, des tirs précis et une consommation en munition maîtrisée, pas de coup de 120, 105,  90 ou même 25 ou 20mm là où une rafale de 12.7 ou de 7.62 suffit, le risque de dommages collatéraux est trop déterminant en ville.

De même, les bombes d’aviation seront utilisées de manière restreinte sur des PC ou des dépôts identifiées. Je doute que l’on envoie une AASM pour un sniper. Les Caesar seront tenus en contre batterie des positions de mortier adverses, avec les radars .

A password will be emailed to you.