Post has published by Nathan
Participant
Posts911
Member since: 20 décembre 2014

Pourquoi ne pas retenir les autres fronts ?…

Une attaque seule par le nord, seul endroit possible de Thionville à Sierck, ne pourrait pas creer d’ouverture frontale decisive, l’envoie de forces Française en continu grace aux trains surtout, suffirait a boucler la zone, sauf si des diversions ailleurs sont envigeagées, mais les éffets n’aurait pas le meme resultat decisif que par le centre en coupant l’armée Française en deux.

 

Cependant, des surprises peuvent apparaitre, mais n’entrainerait pas de consequences trop grave pour le front Français…

Mais si la 2eme vague intervient, ce qui serait confirmé comme simple diversion, surprendrait l’état-major Français, et avec ce sursaut inattendu, bien du terrain serait conquis, mais ce serait tout, puisque assez rapidement contrée… la zone formant un coin…

 

De Metz a Luneville, on estime le front Français trop solide et trop boisés pour tenter quoi que ce soit, seule, la Meurthe rend possible une offensive et les français le savent, aussi, tout sera tenté pour rassembler les forces disponibles pour vaincre.

Une puissante offensive par l’Alsace ne menerait a rien de decisif, le front etroit et profond interdirait toute manoeuvres decisives et ce verrait rapidement bloqué a hauteur de Belfort-Cernay et Mulhouse au maximum de sa course, grace aux chemin de fer Français, et la necessité de garder le flanc Vosgiens tout le long de la conquete qui mobiliserait trop d’unités.

 

Aussi, on compte sur l’excelente artillerie qui a fait ses preuves, sur la formidable concentration des forces car le terrain a pu finalement cacher les preparatifs de l’attaque, aussi, l’état-major espere que les français, auquels le renseignement leur prete 3 500 a 4 000 canons, mais supposé en gros disséminé sur un front aussi vaste ne puissent resister longtemps avant renforts suffisant apres 3 jours seulement et attaqué sur un espace aussi reduit dans les 2 a 3 premiers jours devrait percer.

 

Ce plan, le roi Guillaume lui convient, meme s’il y a un faible risque d’echec, c’est le seul qui puisse creer l’evenement decisif et dans un temps assez court pour eviter une possible intervention Autrichienne, alors que le general Stenmeitz qui doute un peu de ce plan, esperait l’inverse de ce choix, passant d’apres lui par une attaque de diversion au sud, par Luneville, mais concentreraient ses forces au nord et passerait par le Luxembourg, ce qui aurait l’avantage de tourner les positions Françaises au nord.

Mais le roi refuse ce plan, politique oblige.

Cela serait consideré comme un acte d’agression grave par les autres nations qui mettrait la Prusse au ban des nations dites civilisées et nuirait finalement a l’objectif de preponderance souhaité apres la guerre en europe, aussi, pas question de traitrise.

 

Il faut conserver une bonne image.

Bismarck mis au courant, approuve…par necessité.

A password will be emailed to you.