Post has published by Stherne
  • Participant
    Posts18
    Member since: 7 avril 2018

    Bonjour,

    @ambarequiem

    Pour Abidjan tu as parfaitement raison le piège aurait été de traité la foule d’hostile,  d’autant que d’autre se chargeaient de tirer sur nos force et sur les civil afin de provoquer un embrasement antifrançais. Le sang froid et le savoir de la maitrise des foule non armer, expérience de l’ex-Yougoslavie entre autre, a permis d’éviter les tirs.

    Pour la lecture du terrain et des objectif c’est  des modules de l’école de guerre, afin de faire bénéficier aux plus grand nombre d’officier du RETEX sur le combat urbain de base ou haute intensité.

     

    @cuirassier

    Tu as raison, le format n’est  pas le même entre Fallouja, Grozny ou Gao, de même entre ses 3 villes et le déploiement à Beyrouth ou Sarajevo ….

    La nécessitè de maitrise du feu n’est pas la même, dans le cadre de l’ONU et d’un déploiement national sur un sol allié.

     

    Le Mali a été mener comme une charge de cavalerie, pour justement empêcher tout enfermement dans les villes à forte population, justement pour éviter les schémas Fallouja. Car bien qu’avec une densité de population sans rapport, des combat au sein même de la population aurait eu des effets désastreux. Sans pour autant que les populations soient hostile a la France. Mais dans le cas d’un déploiement sur un sol alliés, en soutien de cette alliés, bein tu partage l’héritage de la mauvaise gestion mener par cette alliés…

    Se choix a été payant car cela à éviter un engagement en zone urbaine. Se qui est au antipode des autres exemples, les forces Russe et Américaine ayant accepter l’enfermement en zone urbaine des opposants.

    **Le meilleur des combat urbain, c’est celui que l’ont évite !** JFS

     

     

     

     

    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
    Benjamin Franklin

  • A password will be emailed to you.