Post has published by Ambarequiem
  • Participant
    Posts1019
    Member since: 17 juin 2014

    A propos de la reconnaissance plus moderne, il y a un aspect intéressant qui s’est développé (mais qui existait quand même à l’époque dont parle @papazoulou): la reconnaissance offensive.

    En fait, la reconnaissance est toujours “offensive”, ou au moins, porte le fait qu’elle n’exclue pas une action armée en cas de rencontre avec l’adversaire, au contraire de l’éclairage par exemple où il s’agit de rester le plus discret possible, et de refuser le feu sauf dernière extrémité (troupe encerclée, ennemi à bout portant et menaçant etc…)

    Pour repréesnter simplement la situation, de nos jours, une moto peut faire 400 km à 130 km/h sur route en transportant un homme, donc un soldat. Cela peut servir à faire de la reconnaissance, à infiltrer un espion, mais aussi à saboter une base arrière adverse, ou à guider des avions -ou pour parler d’actualité des missiles de croisière- sur une cible adverse

    Ici, il s’agit d’éclairage ou d’espionnage qui sont d’autres mission de recueil de renseignement que la reconnaissance. Lors d’une reconnaissance, vous devez pouvoir dire :

    • est-ce que l’ennemi occupe la position à reconnaitre
    • quelle est la force de sa position, relativement aux moyens employés pour la reconnaissance, et est-ce que par conséquent, il nécessite d’autres moyens pour être traité.

    enfin, quant on parle de reconnaissance terrestre, parce qu’il y a l’emploi des moyens aérien ou spatiaux qui peuvent aussi opérer une partie de la reconnaissance (en étant toutefois limités par les couverts, bâtiments etc…).

  • A password will be emailed to you.